Chaque semaine, notre scanner recueille des signaux faibles - et moins faibles...

Read l'analyse du 2 avril  

Monde - Trois articles cette semaine sont particulièrement intéressants, en eux-mêmes mais aussi lorsqu'ils sont lus ensemble. Amal Mudallali "Désolé, Obama : Le monde arabe n'a plus besoin de l'Amérique" pour L'intérêt nationalse concentre sur la fierté et le "nouvel esprit arabe" résultant de l'opération "Tempête décisive" menée par les Saoudiens, de la "Doctrine de Salman" et de la création d'une "force militaire arabe commune", qui annoncent tous une nouvelle ère pour la région, où les États-Unis suivent plutôt que dirigent et où les pays arabes ont enfin pris leur destin en main. Gavi Barnhard avec "The Patient Preacher" : Yusuf al-Qaradawi's Long Game" pour le Institut Hudson se concentre sur la vie et la mission du chef spirituel des Frères musulmans. Yuri Barmin "La stratégie de la Russie au Yémen se met en place" pour Russie en direct analyse la position de la Russie concernant l'opération au Yémen et montre comment elle essaie de rester neutre et donc dans une position potentielle de négociateur.

L'article de M. Barnhard souligne ainsi d'une certaine manière les défis internes encore formidables auxquels la nouvelle union arabe est confrontée, tandis que celui de M. Barmin souligne la difficulté et la complexité de la situation, illustrée par la tentative de la Russie de rester neutre, car tout mouvement peut facilement déséquilibrer davantage un "équilibre" (sinon un déséquilibre) très délicat. Si, du point de vue de l'ordre international, l'"Opération Tempête Décisive", pour son mépris de l'ONU et l'absence de leadership américain, ouvre très certainement une nouvelle ère, soulignant notamment la multipolarité du monde, la difficulté qui se pose pour maintenir une union arabe, ainsi que la complexité de la situation au Proche-Orient ne doivent pas être occultées.

Le cas du Yémen a peut-être été plus facile que d'autres à focaliser sur les lignes sectaires et à rallier les États sunnites contre une rébellion considérée comme principalement soutenue par l'Iran. Cependant, le danger ici est d'oublier les dynamiques propres au Yémen et de tout voir à travers le prisme d'une lutte régionale externe pour le pouvoir. Les deux éléments, comme dans la plupart des conflits, sont très certainement à l'œuvre, mais oublier un élément ne peut que conduire à l'escalade.

Quelles seraient la position et les actions de la nouvelle Union arabe dans des cas plus compliqués comme, par exemple, la Libye, où différents États arabes soutiennent différents acteurs et différents types de solutions ? Seront-ils capables de surmonter leurs différences pour une action commune réellement acceptée par tous, ou seront-ils bloqués par des intérêts divergents ? Dans ce cas, la nouvelle union et la force arabe commune survivront-elles ?

Dans le cas de l'Irak et de la Syrie, que fera la nouvelle force arabe commune ? Peuvent-ils vraiment, là-bas, encore trouver un pouvoir unificateur dans les perceptions sectaires et lutter contre ce qu'ils perçoivent comme les visées hégémoniques de l'Iran ? Dans ce cas, en Irak, cela pourrait les amener à ne pas soutenir le gouvernement irakien, mais alors, ils deviendraient l'allié passif de facto... de l'État islamique, qu'ils considèrent tous comme une menace grave. Seront-ils donc capables d'oublier l'inimitié qui a conduit à leur rapprochement et de rester unis ?

En Syrie, ils peuvent choisir de continuer à soutenir les combattants antirégime d'Assad qui ne sont pas membres de l'État islamique. Cependant, l'État islamique est maintenant à la porte de Damas - ce qui, étonnamment, ne semble pas susciter beaucoup d'intérêt dans les médias et les réseaux sociaux. Cela impliquera-t-il un soutien renouvelé de l'Iran à Bachar-al Assad, ce qui pourrait susciter de nouvelles réactions négatives au niveau régional et international ? Ou bien Damas sera-t-elle autorisée à risquer de tomber aux mains de l'État islamique ? Il est vrai que Damas n'est pas Raqqa et on peut se demander si Damas ne serait pas un trop gros morceau à avaler pour l'État islamique. La nouvelle force arabe conjointe - et la coalition dirigée par les États-Unis - pourrait faire le pari de laisser Bachar el-Assad et l'État islamique se concentrer l'un sur l'autre dans et autour de Damas, ce qui leur permettrait de soutenir leurs propres protégés respectifs (lire pour la fragmentation de l'opposition, Aron Lund "To Go or Not to Go : Syria's Opposition and the Paris, Cairo, and Moscow Meetings"). Ces derniers tenteraient alors d'étendre et de consolider leur pouvoir dans le reste de la Syrie, mais, là encore, pourraient-ils s'unir ? De plus, le pari pourrait être très dangereux, notamment en raison du pouvoir symbolique qui serait alors librement transmis à l'État islamique.

Le défi libyen resterait cependant aussi insoluble, sinon plus.

Pour l'instant, face à tant d'incertitudes et d'équilibres instables, pour les puissances non régionales, la position de la Russie concernant le Yémen pourrait bien être la plus sage à adopter... jusqu'à ce qu'un prochain mouvement d'un acteur ou d'un autre modifie la situation de telle sorte que les intérêts dictent le contraire.

Économie - Un développement intéressant a eu lieu en Islande concernant la politique monétaire, l'État tentant de reprendre le contrôle de son pouvoir régalien de battre monnaie. Il est vrai que l'Islande est un petit pays. Pourtant, ce mouvement, ainsi que les évolutions potentielles, doivent être surveillés car ils pourraient être imités, même si ce n'est pas immédiatement... un signal faible typique.

Analyse, stratégie et avenir - Un ensemble intéressant permettant de représenter visuellement les épidémies et leur propagation. A lire en gardant à l'esprit la forme que l'on peut donner aux produits de prospective stratégique et d'alerte pour les communiquer au mieux, sans oublier, bien sûr, comment ces approches pourraient être utilisées pour notre analyse.

Technologie et armes - Les robots ont attiré plus particulièrement l'attention cette semaine, outre les nouveaux drones américains.

Environnement et énergie  - Les signaux liés au réchauffement de la planète ne faiblissent pas, comme l'illustre le réchauffement de l'Antarctique ou, comme le souligne le Dr Daum, "une nouvelle étude qui apporte des preuves supplémentaires que les mécanismes de rétroaction interne positifs de la terre peuvent amplifier l'augmentation des gaz à effet de serre, entraînant des augmentations encore plus importantes des concentrations de CO2 et de méthane." Pendant ce temps, en termes de réponses, nous avons d'abord des positions politiques et diplomatiques environnementales : "le président américain a proposé à l'ONU une réduction de 28% des gaz à effet de serre. Cependant, le chef de la majorité au Sénat, Mitch McConnell, a averti les négociateurs internationaux de "procéder avec prudence." Le Mexique prend également position. En termes d'actions, le Dr Daum souligne une initiative française, selon laquelle "chaque nouveau bâtiment dans une zone commerciale [devra] être partiellement couvert de panneaux solaires ou de plantes". "Même si ce n'est pas "extrême" comme évoqué dans l'article, cela semble être un pas important dans une direction positive."

On peut se demander - et c'est un euphémisme britannique - si les réponses sont à la mesure des impacts potentiels de plus en plus quasi certains. De toute évidence, les sociétés humaines sont si peu préoccupées qu'elles ont très probablement choisi de vivre avec et par le changement climatique, fidèles à la célèbre déclaration du roi français Louis XV : "Après moi, le déluge".

The Weekly est le scan de The Red (Team) Analysis Society et il se concentre sur les questions de sécurité nationale et internationale. 

Les informations recueillies sont très nombreuses. Elles ne signifient pas une approbation, mais indiquent les problèmes et les enjeux nouveaux, émergents, en progression ou stabilisants.

Si vous souhaitez consulter le scan après la fin de la semaine, utilisez les "archives" directement sur The Weekly.

évaluation de la probabilité sc

Image en vedette : "Antenne parabolique en bande C". Licenciée dans le domaine public via Wikimedia Commons.

Publié par Dr Helene Lavoix (MSc PhD Lond)

Dr Hélène Lavoix, PhD Lond (relations internationales), est le président/CEO de la Red Team Analysis Society. Elle est spécialisée en prospective et alerte précoce stratégiques (S&W) pour les questions de sécurité nationale et internationale. Elle se concentre actuellement sur la montée en puissance de la Chine, la pandémie de COVID-19, la méthodologie du SF&W, la radicalisation, les environnements extrêmes ainsi que sur les problématiques des nouvelles technologies (IA, QIS, monde virtuel) du point de vue de la sécurité internationale.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

FR