Alors que le noeud coulant semble se resserrer lentement autour de l'État islamique en Mésopotamie, il est encore plus important de considérer la dimension mondiale de la Khilafah. Il est en effet probable que toutes les composantes géographiques seront utilisées par l'État islamique dans sa volonté de contre-attaquer et de survivre.

Une indication forte confirmant le caractère mondial de la guerre menée par l'État islamique et sa Khilafah est apparue dans le message audio d'al-Baghdadi du 26 décembre 2015, "Et attendez, car nous attendons aussi" (Pietervanostaeyen), où la place de la Somalie que nous avons soulignée précédemment (voir "Face à un piège stratégique en Somalie ?), ainsi que l'importance du Bangladesh, de l'Indonésie et des Philippines, comme nous allons le voir maintenant, ont été confirmées.

"Ô musulmans, s'engager dans cette guerre est en effet obligatoire pour tout musulman, et personne n'est excusé à ce sujet. Et en effet, nous vous appelons tous ensemble, en tout lieu, à vous mobiliser, et nous précisons les fils des terres d'al-Haramayn (les deux sanctuaires). Marchez donc, qu'ils soient légers ou lourds, vieux ou jeunes. Levez-vous, petits-fils des Muhājirīn et Ansār (compagnons du prophète Muhammad). Levez-vous contre Āl Salūl (la Maison des Saoud), les apostats tawāghīt (dirigeants tyranniques), et soutenez votre peuple et vos frères en Shām, en Irak, au Yémen, en Afghanistan, dans le Caucase, en Égypte, en Libye, en Somalie, aux Philippines, en Afrique, en Indonésie, au Turkestan, au Bangladesh, et partout ailleurs".

Cet article conclut la partie de notre série qui identifie les risques d'une stratégie qui ne s'intéresserait qu'à un seul théâtre de guerre et à une seule dimension, et qui se concentrerait sur l'implantation géographique globale de l'État islamique. Il examine trois cas, peut-être moins connus, d'implantation mondiale de l'État islamique et de sa Khilafah : La Malaisie et l'Indonésie, ainsi que les Philippines en Asie du Sud-Est et le Bangladesh en Asie du Sud.

L'État islamique en Asie du Sud-Est

L'État islamique en Indonésie et Malaisie

L'Indonésie et la Malaisie sont un exemple du premier type de "ribat"* nous avons choisi précédemmentc'est-à-dire lorsque al-Baghdadi a accepté l'allégeance (bay'a) promise par des groupes. En effet, comme l'a analysé V. Arianti et Jasminder Singh ("Unité Asie du Sud-Est de l'ISIS : Renforcer la menace pour la sécurité“, Commentaire du RSIS20 octobre 2015), plus de 20 gLes Roupes ont promis la bay'a et l'ont vu acceptée par Al Baghdadi en novembre 2014. Depuis lors, ils se sont unis sous le Jamaah Ansharut Daulat (JAD) en mars 2015. Entre-temps, en Mésopotamie, on trouve une unité de combat "correspondante", la Katibah Nusantara (KN ou Majmuah Al Arkhabiliy en arabe). Selon Arinati et Singh, le "KN Indonésie, État islamique, Katibah Nusantara, guerre, ISIScontinue de s'étendre géographiquement dans l'année qui suit sa création" "à Shaddadi, Hasakah en Syrie en septembre 2014". "Il y a environ 450 Indonésiens et Malaisiens, y compris des enfants et des femmes qui sont sous la férule de l'ISIS en Irak et en Syrie aujourd'hui". "Il s'est depuis le milieu de l'année, divisé en trois groupes géographiques : KN Central dirigé par Bahrum Syah ; Katibah Masyariq dirigé par Salim Mubarok At-Tamimi alias Abu Jandal, basé à Homs et Katibah Aleppo dirigé par Abu Abdillah. Bahrum Syah reste l'émir du KN, traitant strictement avec les combattants indonésiens de l'ISIS qui défient ou désobéissent aux instructions du KN, pour maintenir l'unité au sein de l'ISIS".

Si l'implication du groupe malaisien-indonésien avait été principalement axée, comme le soulignent Aranti et Singh (ibid.) sur hijrah, c'est-à-dire la migration vers les terres des wilayats existantes, la menace de l'État islamique était sérieux Khilafah Telah Kembali scsuffisamment pour avoir été spécifiquement notées et distinguées dans le rapport du 16 mars 2015 Déclaration commune des ministres de la défense de l'ANASE sur le maintien de la sécurité et de la stabilité régionales pour et par les peuples (p.4) et identifiée comme la principale menace par le Premier ministre singapourien Lee Hsien Loong dans son discours d'ouverture lors du dialogue IISS Shangri-La le 29 mai 2015 (voir aussi Ibrahim Almuttaqi "L'"État islamique" et la montée de l'extrémisme violent en Asie du Sud-Est“, Centre Habibiejuillet 2015).

Nous devons également souligner le rôle potentiellement important joué par les groupes indonésiens dans la diffusion du message et des psy de l'État islamique, car un grand nombre de ces derniers semblent être publiés par le biais de sites web et de "noms d'utilisateur" avec une composante bahasa indonesia (indonésienne). Une étude systématique serait nécessaire pour déterminer l'étendue de cette implication.

Activité renouvelée et meurtrière pour les groupes qui suivent l'État islamique aux Philippines

Aux Philippines, les groupes comme Abu Sayyaf, Jamā'at Anṣār al-Khilāfah (vidéo sur Jihadologie.net), ou Les combattants de la liberté islamique Bangsamoro (BIFF - voir Stanford Résumé du groupea commencé à s'engager à bay'a à al-Baghdadi durant l'été 2014 (pour une liste complète, voir "Les 43 filiales mondiales de l'État islamique Carte du monde interactive", IntelCenter; “Alerte rouge à Sabah concernant les liens entre Abu Sayyaf et le SI", 22 septembre 2014 ; Michelle Florcruz ".Philippine Terror Group Abu Sayyaf May Be Using ISIS Link For Own Agenda", 25 septembre 2014). 

Ansar al-Khilafah, ISIS, État islamique, ISIL, Philippines
Jamā'at Anṣār al-Khilāfah aux Philippines : "Pledge Of Allegiance" par al-Batār Media Foundation - 12 août 2014.

Jusqu'au discours d'Al-Baghdadi du 26 décembre 2015, il n'était pas clair si ces engagements avaient été pleinement acceptés ou non, notamment parce que les vidéos, si elles ressemblent à celles de l'État islamique officiel, émanent néanmoins de groupes indigènes et représentent donc ces groupes et non la Khilafah, tant que l'approbation n'a pas été donnée. Cette ambiguïté concernant les Philippines a maintenant disparu, d'une manière très générale, et nous pouvons donc mettre à jour en conséquence notre carte, à laquelle nous ajouterons également le Royaume-Uni (voir ci-dessous).

Carte du monde de l'État islamique, ISIS, IS, ISIL
Carte de l'État islamique dans le monde (janvier 2016) - Cliquez pour agrandir l'image

Plus récemment, un nouvel engagement a été publié le 4 janvier 2016 par le "Mujāhidīn in the Philippines" (vidéo sur Jihadologie.net). Entre-temps, une autre vidéo montrant un camp d'entraînement de l'État islamique aux Philippines a fait surface le 20 décembre 2015 ("Jund al-Khilāfah in the Philippines : "Camp d'entraînement" Jihadologie.net). Il est intéressant de noter qu'en essayant de nier continuellement la présence de l'État islamique sur son territoire, l'administration philippine a finalement confirmé les liens existants entre l'État islamique et les groupes locaux - ce qui est absolument Ce n'est pas surprenant car c'est la façon dont l'État islamique se propage - lorsque le secrétaire aux communications a déclaré, pour essayer de minimiser la formation Jungle Filipino scl'existence du camp : "Certaines de ces personnalités liées à l'ISIS, qui sont vraiment peu nombreuses, ont également cherché refuge dans les zones de base de ces groupes terroristes locaux" (Patricia Lourdes Viray, "Pas de camps de formation ISIS aux Philippines", 22 déc 2015 & Aurea Calica, "Aucune menace crédible d'ISIS aux Philippines", 29 novembre 2015, L'étoile philippine).

Puis, pendant la période de Noël, 200 combattants, dont notamment le BIFF, ont mené "au moins huit attaques" dans trois provinces contre des villages chrétiens et des avant-postes militaires, tuant 14 villageois, tandis que les militaires ont tué 5 rebelles, selon le porte-parole militaire régional (Jim Gomez, The Associated Press, "14 morts lors d'une attaque des rebelles islamiques aux Philippines“,  USAToday26 décembre 2015).

On peut se demander si la prochaine Dabiq ne mettra pas l'accent sur les Philippines et l'Asie du Sud-Est, car le Khilafah pourrait bien vouloir inclure tout groupe "suffisamment sérieux" et agir pour démontrer sa résistance, en supposant que les tensions potentielles avec le JAD et le KN ont été résolues.

Vers un groupe de coordination des États islamiques pour l'Asie du Sud-Est ?

Avec une présence relativement forte dans les trois pays, lorsque les wilayats mésopotamiennes de l'État islamique sont fortement attaquées, il est probable que des efforts seront faits pour au moins coordonner l'effort de l'État islamique en Asie du Sud-Est. L'objectif pourrait être de voir émerger un groupe suffisamment fort pour permettre la création d'une wilayat, comme une variante du modèle utilisé pour le Sinaï (Acamp d'entraînement Filipino 2ymenn Jawad Al-Tamimi, "L'État islamique et sa "province du Sinaï".“, Notes de Tel Aviv : Centre Moshe Dayan26 mars 2015). En effet, au niveau mondial, des actions plus fortes et plus réussies en Mésopotamie, ou en Mésopotamie et en Libye, dans la guerre contre l'État islamique, pour prendre les deux théâtres de guerre les plus intenses dans un avenir proche, risquent de voir l'État islamique tenter de desserrer l'étau en ouvrant de nouveaux fronts, en plus de désorganiser l'ennemi avec de nouvelles attaques. Ici, la création d'un wilayat sur l'Indonésie, la Malaisie et les Philippines, ou une partie de ces pays, refléterait également la volonté de l'État islamique de détruire les frontières considérées comme imposées par ce qui est perçu par l'État islamique comme "l'idolâtrie et le nationalisme" (vidéo "And No Respite", Fondation Al Hayat pour les médiasLe 24 novembre 2015, Jihadologie.net). Si une telle wilayat devait être déclarée en Asie du Sud-Est, sa force et son évolution devraient être soigneusement surveillées, comme cela a été suggéré précédemment (voir Comprendre le système de l'État islamique - Structure et Wilayat4 mai 2015).

camp d'entraînement drapeau blanc

Jusqu'à présent, nous disposons d'indications montrant que des efforts de coordination sont en cours. Anṣār al-Khilāfah tenterait de coordonner ses efforts avec ceux des Indonésiens (Jerry Adlaw, "ISIS existe à Mindanao“, The Manila Times5 janvier 2016). Un rapport précédent de la Malaisie tend également à indiquer des efforts similaires en cours, cette fois par un malaisien, ancien professeur d'université, le Dr Mahmud, avec Abu Sayyaf, pour unir tous les groupes ayant promis le ba'ya à al Baghdadi dans un seul parapluie d'Asie du Sud-Est (Farik Zolkepli, "Une faction régionale de l'ISIS pour unir les cellules terroristes de Malaisie, d'Indonésie et des Philippines“, AsiaOne14 novembre 2015).

Entre-temps, les actions menées sur et à partir de cette ribat*. - qu'elle soit ou non déclarée comme wilayat - pourrait être intensifiée.

Une telle unification réussie ou, plus probablement, une coordination des groupes ayant prêté allégeance à al-Baghdadi, sans parler de la déclaration d'un wilayat, augmenterait encore le niveau de menace pour la région, y compris si elle impliquait des combattants revenant du champ de bataille mésopotamien, chargés de répandre le Khilafah, comme l'a souligné le ministre de la défense de Singapour dans ses remarques lors d'un voyage aux États-Unis en décembre 2015 : "Le danger est le lien et la formalisation [des liens] entre ces groupes" (Prashanth Parameswaran, "Singapour met en garde contre le lien entre la terreur d'État islamique et l'Asie du Sud-Est“, Le diplomate10 décembre 2015).

De nouvelles actions meurtrières et concurrentes de type étatique, menées par l'Indonésie, la Malaisie et les Philippines, pourraient être couplées et liées, dans la région, à des actions de nature plus "individuelle" (comme au Bangladesh, voir ci-dessous) sur des cibles ennemies, comme le craint le FSB russe en Thaïlande et au sujet desquelles il a mis en garde les autorités thaïlandaises (par exemple Bangkok Post4 décembre 2015). On peut voir ici comment le refus de l'État islamique d'accepter l'ordre étatique moderne, fondé sur la territorialité, la souveraineté et l'indépendance (voir H Lavoix, "Surveiller la guerre contre l'État islamique ou contre un groupe terroriste ?", le 29 septembre 2014 ; "Les psy de l'État islamique - La guerre mondiale", 19 janvier 2015 ; "Les psychopathes de l'État islamique - La guerre ultime", 9 février 2015) et la volonté de créer un autre système mêlé à l'internationalisation ou à la globalisation des intérêts et des influences nationales remettent en cause l'ordre moderne. Les menaces nationales ne peuvent plus être considérées comme visant uniquement le territoire national stricto sensu - en supposant qu'il ait jamais été possible de les percevoir comme telles et que nous ne soyons pas ici victimes d'une illusion provoquée par des normes. En réponse, les administrations des États doivent travailler plus étroitement et mieux ensemble, y compris en termes de renseignement et de sécurité, ce qui constitue, notamment pour les services de renseignement qui ne partagent qu'avec parcimonie et à contrecœur le renseignement, un énorme défi.

Les nouvelles actions de l'État islamique pourraient également être liées à la crise et à la fragilité actuelles des Rohingyas (une communauté musulmane du Myanmar), impliquant des réfugiés, des migrants et des sentiments d'injustice sur fond de tension religieuse (par exemple, Eleanor Albert, "La crise des migrants Rohingyas“, Fiche d'information sur le CCR17 juin 2015 ; Alistair Cook, "Insécurité humaine et déplacements le long de la frontière du Myanmar" dans Jiyoung Song, Alistair D. B. Cook, ed. Migration irrégulière et sécurité humaine en Asie de l'Est(2015), comme le montre clairement le cas du Bangladesh dont nous allons maintenant parler.

Bangladesh

État islamique Bangladesh, État islamique, Bangladesh, Bengale
Tiré du magazine de l'État islamique Dabiq #12, 18 novembre 2015, p.37

Le Bangladesh est un exemple récent de la troisième catégorie de "ribat "*, nous avons distingué précédemmentc'est-à-dire lorsque des attaques ont eu lieu et ont été revendiquées, parfois dans le prolongement des opérations de wilayats non mésopotamiens. Au Bangladesh, six attentats ont été menés avec succès et revendiqués par l'État islamique, malgré le déni par les autorités de toute cellule islamique dans leur pays et les accusations portées contre des groupes islamistes locaux (par exemple BBC News27 novembre 2015). Trois attentats ont visé des étrangers, qui ont été abattus par des agresseurs individuels à moto : un Italien le 28 septembre 2015, un Japonais le 3 octobre et un Italien, cette fois missionnaire, le 18 novembre 2015 (par exemple Annie Gowen, "Pour les étrangers, la peur grandit face aux meurtres revendiqués par l'État islamique au Bangladesh“, Le Washington Post20 novembre 2015). Deux autres attentats ont visé les musulmans chiites : le 24 octobre 2015 (BBC News), pendant les célébrations de l'Ashura, un attentat à la grenade a été perpétré contre une mosquée de Dhaka, tuant une personne et en blessant 80 autres ; le 26 novembre 2015 (BBC News), une autre attaque a été perpétrée contre une autre mosquée chiite dans le nord-ouest du pays, tuant une personne et blessant au moins trois autres. Enfin, le 26 décembre 2016, un attentat suicide à la bombe a été perpétré à la mosquée Ahmadiya dans le village de Chakpara (Bagmara Upazila, district de Rajshahi), qui a fait un mort et dix blessés et a été revendiqué par l'État islamique (DhakaTribune, 26 et 27 décembre 2016).

Comme l'a analysé Animesh Roul, les premières indications de liens potentiels entre l'État islamique et le Bangladesh ont été identifiées en juin 2014 (vidéo psyops "No Life without Jihad"), puis par l'arrestation d'un recruteur en septembre 2014, le recrutement ayant commencé début 2014 (Animesh Roul, "Étendre les tentacules : L'État islamique au Bangladesh“, Observatoire du terrorisme 13 : 3, le 6 février 2015).

Naheed Bengal, État islamique du Bangladesh, ISIS, ISIL
"Applaudissez le retour de la Khilafah au Bengale" - Centre des médias al-Hayat - 27 oct. 2015

Or, le statut du Bangladesh en tant que ribat* pour l'État islamique a d'abord été confirmé par un nasheed (a capella chanson) "Applaudissez le retour de la Khilafah au Bengale" (Al Hayat Media Center, 27 octobre 2015), puis par Dabiq #12 (Al-Hayat Media Center, 18 novembre 2015) avec l'article "The revival of jihād in Bengal with the spread of the light of the Khilafah", pp. 37-41. L'État islamique y réaffirme la légitimité unique de la Khilafah face à d'autres "groupes indépendants", c'est-à-dire n'ayant pas prêté allégeance à al-Baghdadi, tels que "'Jamā'atul Mujāhidīn',''Al-Qā'idah,'' ou tout autre groupe," et souligne que la prise de conscience de l'existence de la Khilafah a conduit à l'unification des "vrais" Jihadistes bengalis (pp. 39-40). Toujours selon Dabiqles attaques mentionnées ci-dessus, ainsi qu'une attaque contre un poste de police, ont été menées par "des soldats du Khilāfah au Bengale [qui avaient] prêté allégeance au Khalīfah ... ont unifié leurs rangs, nommé un chef régional, se sont rassemblés derrière lui" (p.41) ... et qui "sont devenus une source de force et de soutien pour les musulmans opprimés tant au Bengale qu'en Birmanie" (ibid.).

Le cas du Bangladesh met l'accent sur quatre éléments. Premièrement, et c'est particulièrement important en termes d'alerte et donc de prévention, il souligne une fois de plus la variété des modes opératoires utilisés par l'État islamique, y compris l'appel aux individus à agir sans nécessairement établir au préalable une cellule complexe ou un réseau souterrain de terroristes purs et durs, comme cela a été montré, par exemple, dans le cas des attentats du 9 janvier 2015 de Coulibaly en France (par exemple BBC News, 13 oct. 2015), et encore, toujours en France, par l'attentat contre des militaires à Valence le 1er janvier 2016 (malgré le démenti du procureur s'en tenant à une compréhension dépassée de l'État islamique et du "terrorisme") et probablement dans le cas de l'attentat contre un commissariat de police à Paris le 7 janvier 2016 (Europe 1, 2 janvier 2016Angelique Chrisafis, The Guardian, 8 janvier 2016). Ce modus operandi a été rappelé à nouveau dans Dabiq #12 dans la référence au porte-parole de l'État islamique Al-Adnani (p.40). Quelques contacts, un léger réseau de personnes partageant les mêmes idées ou simplement la croyance individuelle dans l'État islamique et sa Khilafah peuvent suffire à susciter des actions.

En outre, les partisans des États islamiques sont également favorables à des opérations relativement faciles à organiser, mais meurtrières et complexes à arrêter, comme le souligne Watts dans son paragraphe "Al Qaeda Tried Too Hard - ISIL Gets It" (Clint Watts, "Ce que Paris nous a appris sur l'État islamique"., La guerre sur les rochers16 novembre 2015). En attendant, l'État islamique peut utiliser ses produits psyops pour tout type de conseils pratiques de "combat" à des "combattants" lointains et non formés, comme le montre l'article "Et préparez contre eux tout ce que vous pouvez comme force" (Dar al-Islam #6, 27 septembre 2015 : 34-39). Elle y explique minutieusement comment manipuler et utiliser différentes armes.

Dans ces cas-là, on peut se demander si les produits psyops de l'État islamique, y compris en termes de contenu, ne sont pas devenus l'un des meilleurs endroits où trouver des indications que quelque chose va se passer, où et comment, outre les attaques réussies elles-mêmes, qui en déclenchent de nouvelles. Il est vrai que les informations ainsi recueillies n'ont peut-être pas le degré de précision ou la nature de celles habituellement recherchées dans la lutte contre le terrorisme, mais elles doivent néanmoins être considérées comme contribuant à réduire le champ des possibilités. Combinées à la surveillance plus classique du renseignement antiterroriste et à l'analyse des psychopathes, héritées des périodes précédentes, y compris la lutte contre Al-Qaïda jusqu'à la naissance de la Khilafah, elles pourraient contribuer à une meilleure alerte concernant d'éventuels futurs attentats et donc à la prévention.

Le cas du Bangladesh souligne à nouveau un nouveau type de menaces pour les sociétés attaquées, où n'importe qui, n'importe où, peut être la cible de pratiquement n'importe qui qui décide de répondre à l'appel de l'État islamique, comme nous l'avons déjà souligné ("Guerre mondiale"et "La guerre ultime") et comme cela a probablement été le cas lors des attentats du métro de San Bernardino et de Londres (BBC News, “La station de métro Leytonstone poignarde un "incident terroriste".", 6 déc. 2016 ; "L'attaque de San Bernardino en 2015", Wikipédia).

Bengale, shia sc dabiq
Extrait de Dabiq 12, "The Revival of Jihad in Bengal", p.41 - La légende se lit comme suit : "Hosseini Dalan", le temple de Rafidi visé par les moudjahidin du Bengale". Centre des médias Al-Hayat, 18 novembre 2015.

Deuxièmement, les attentats au Bangladesh confirment une fois de plus la composante antichiite des croyances et des objectifs de l'État islamique (voir tous les numéros de Dabiq). L'État islamique n'attaque pas seulement les chiites en tant qu'ennemis mais, ce faisant, il favorise également l'intensification d'une concurrence au sein du monde sunnite pour la légitimité sectaire. Dans cette course sectaire, plus les chiites sont durs, plus l'Islam sunnite est légitime. Cet aspect a des conséquences fondamentales en termes de création d'une coalition de travail pour lutter contre l'État islamique, car il favorise une division entre les ennemis de la Khilafah, lorsque ceux-ci ne sont pas assez sages pour surmonter l'attrait du sectarisme mêlé à d'autres ambitions, comme on le voit par exemple dans le cas de l'Arabie Saoudite, où ses ambitions régionales, les multiples tensions résultant d'une compétition liée au pétrole et à la guerre au Yémen, semblent avoir la priorité sur la guerre contre l'État islamique (ex. DeutscheWelle, “Une agence d'espionnage allemande met en garde contre une intervention saoudienne qui déstabiliserait le monde arabe"2 décembre 2015 ; Fatima Ayub, éd. Le Golfe et le sectarismeConseil européen des relations extérieures, 91, novembre 2013), comme l'indique probablement l'aggravation des tensions avec l'Iran à la suite de l'exécution du cheikh chiite Nimr al-Nimr (par exemple, Paul Iddon, "L'exécution du cheikh Nimr par l'Arabie saoudite était-elle calculée ou imprudente ?“, Rudaw8 janvier 2016 ; Jon Schwarz, "Une carte qui explique le dangereux conflit saoudien-iranien“, L'interception6 janvier 2016)

Troisièmement, en illustrant nos commentaires généraux sur le sujet dans "Un théâtre de guerre mondial", les attaques ont un impact sur les ressources du Bangladesh, y compris les ressources immatérielles. La police doit utiliser des ressources pour enquêter sur les attaques, les institutions médicales doivent soigner les blessés, tandis que des vies sont perdues. Ensuite, la peur créée par le recours massif au terrorisme, ajoutée à l'incapacité des États et de leurs gouvernements à les prévenir, a un impact économique direct : dans le cas du Bangladesh, les multinationales et autres entrepreneurs ont réduit leurs voyages dans le pays, ce qui peut sérieusement entraver le commerce de la confection (Ruma Paul, "Les géants occidentaux du commerce de détail restreignent leurs déplacements au Bangladesh après les attentats“, Reuters14 oct. 0215). Enfin, l'incapacité à faire face à la menace ajoutée au déni des autorités du Bangladesh peut nuire à la légitimité des autorités politiques. Elle pourrait ainsi contribuer à une fragilité de l'État déjà existante, comme le souligne C. Christine Fair (Militantisme islamiste au Bangladesh : Hier et aujourd'hui“, Podcast sur le djihadisme11 novembre 2015), ou par Michael Kugelman et Atif Jalal Ahmadto ("L'ISIS infectera-t-il le Bangladesh ?“, L'intérêt national8 décembre 2015). En revanche, si la fragilité augmente, il deviendra probablement plus facile pour l'État islamique de se répandre et de se consolider.

Enfin, le fait de pouvoir opérer par des attentats réussis dans un pays non arabe éloigné - et cela vaut bien sûr aussi pour l'Asie du Sud-Est - renforce le statut que l'État islamique et sa Khilafah veulent projeter : qu'ils sont pour tous les musulmans et qu'ils sont librement associés pour cette raison (voir la partie Salafisme comme réponse dans H. Lavoix, "Les psy de l'État islamique - Les complexes des combattants étrangers (2)“, RTAS30 mars 2015). En effet DabiqL'article de l'UE sur le Bangladesh (ibid.) souligne le caractère indigène du groupe, avec un leadership indigène, qui a rejoint les Khilafah. Réciproquement, la prétendue émergence de ce groupe autoproclamé renforce le charisme de l'État islamique tel qu'il est, toujours selon DabiqLa création de la Khilafah a permis aux combattants du Bangladesh de trouver la force de s'unir et de mener leur djihad. Comme précédemment dans le cas de l'Asie du Sud-Est, mais ici d'une manière qui est explicitement énoncée dans DabiqNous voyons une indication précoce d'un lien potentiel avec la crise du Rohingya.

Ces cas d'implantation géographique globale de l'État islamique et de sa Khilafah soulignent les liens existant entre les différents théâtres de guerre et combien il est crucial d'inclure cette dimension globale dans toute stratégie de lutte contre l'État islamique.

Note -

* RibatLa Khilafah, ou le lieu où elle mène le combat, de différentes manières, plus ou moins intenses, comme le montre l'étude de sa vision du monde dans " Le monde en action ".Guerre mondiale"et "La guerre ultime", en s'appuyant notamment sur Magnus RanstorpL'explication de la Commission : ribatsignifie "se placer en première ligne là où l'Islam était [est] assiégé" (Déclaration 31 décembre 2003, à l'aide du livre Azzam, le mentor de Bin-laden Caravane des martyrs).

Image en vedette : Photo tirée de la vidéo "Training Camp" de Jund al-Khilāfah aux Philippines - 30 déc 2015.

A propos de l'auteur : Helene Lavoix, PhD Lond (relations internationales), est la directrice de la Red (Team) Analysis Society. Elle est spécialisée dans la prospective stratégique et l'alerte pour les questions de sécurité nationale et internationale.

Publié par Dr Helene Lavoix (MSc PhD Lond)

Dr Hélène Lavoix, PhD Lond (relations internationales), est le président/CEO de la Red Team Analysis Society. Elle est spécialisée en prospective et alerte précoce stratégiques (S&W) pour les questions de sécurité nationale et internationale. Elle se concentre actuellement sur la montée en puissance de la Chine, la pandémie de COVID-19, la méthodologie du SF&W, la radicalisation, les environnements extrêmes ainsi que sur les problématiques des nouvelles technologies (IA, QIS, monde virtuel) du point de vue de la sécurité internationale.

Rejoindre la conversation

1 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

FR