La deuxième décennie du XXIe siècle semble être rude pour les États-Unis. Cela pourrait-il signifier que la puissance américaine s'affaiblit ? La question d'un prétendu déclin des États-Unis émerge régulièrement dans les relations internationales et dans les médias depuis au moins les années 1970 (Kenneth Waltz ; Théorie de la politique internationale, 1979 : 177-178). Cependant, à chaque fois, jusqu'à présent, il a été prouvé que c'était faux. Mais si, cette fois, c'était vrai ?

Cette série de trois articles examine trois dimensions du déclin des États-Unis telles que perçues - publiquement - par le Conseil national du renseignement (NIC), qui fait partie du Bureau du directeur du renseignement national (ODNI). Nous commencerons ici par examiner ce que l'on entend exactement par "déclin américain" et son début. Ensuite, dans le deuxième articleNous nous concentrerons sur les sources du déclin et de la puissance américaine, telles qu'identifiées par le NIC, qui nous donneront également des indicateurs pour suivre le déclin. Enfin, dans le troisième article, nous soulignerons le caractère paradoxal du déclin des États-Unis et aborderons l'incapacité des États-Unis à accepter leur disparition en tant que superpuissance.

Résumé

Lorsque le déclin d'un acteur international est en cause, les perceptions et les actions qui en découlent de la puissance en déclin sont cruciales. En effet, par exemple, une guerre mondiale ou, à tout le moins, une guerre majeure pourrait s'ensuivre, comme le montre le piège de Thucydide. Nous nous concentrerons donc ici sur la manière dont le Conseil national du renseignement (NIC) américain aborde l'idée et la réalité d'un déclin américain, à travers la version non classifiée (publique) de Tendances mondiales : The Paradox of Progress (GT), le rapport quadriennal de prospective stratégique que le NIC produit pour le nouveau président élu.

Le rapport de prospective stratégique du NIC souligne en effet l'importance du déclin américain, ou plutôt de la fin du monde unipolaire dirigé par les États-Unis, pour l'avenir.

Nous constatons cependant que le moment où le NIC évaluera la fin de la domination reste incertain. Il fluctue d'une page à l'autre, allant d'une période indéterminée, c'est-à-dire entre le moment de la publication et 2035, à une période qui pourrait se situer vers 2020 (voir la figure ci-dessous).

Lorsque nous rendons cette incertitude claire et explicite, nous constatons alors que le rapport de prospective du NIC entraîne également une incertitude quant à la nature, aux caractéristiques et aux voies possibles de déclin, ce qui n'est ni propice à une ligne de conduite et une politique claires, ni utile en termes de surveillance, et donc plein de dangers.

ARTICLE 2133 MOTS - ENVIRON 6 PAGES (Y COMPRIS LE RÉSUMÉ)


Dans cet article, nous allons présenter les premiers impacts possibles du déclin américain, et expliquer pourquoi nous devons prendre en compte la perception et les actions mêmes de la puissance en déclin, dans notre cas les États-Unis, ainsi que présenter le document de l'U.S. I.C. utilisé pour notre analyse. Ensuite, nous montrerons que le rapport souligne effectivement que nous sommes confrontés à la fin du monde unipolaire dirigé par les États-Unis. Cependant, nous soulignerons que le début de la fin de la domination évaluée reste incertain, et nous examinerons les défis que cette incertitude introduit.

Impacts possibles du déclin américain

En cas de déclin, l'affaiblissement de la puissance américaine et de ses caractéristiques aurait un impact considérable sur le monde international, son équilibre et ses membres (États), ainsi que sur leurs habitants, des citoyens aux entreprises.

Les alliances changeraient. Les pays qui ont suivi l'exemple des États-Unis devront revoir complètement leur politique. La dynamique et les flux économiques seront redéfinis, notamment parce que la suprématie du dollar américain s'estompera très probablement entre-temps. Les types de sanctions récemment préconisés par les États-Unis, par exemple forcer les pays et le secteur des entreprises - en fait toute "entité" - à choisir entre commercer avec les États-Unis et commercer avec des pays qui déplaisent aux États-Unis (Joseph Dethomas, "Les nouvelles sanctions américaines : Passer des sanctions à la guerre économique“, 38Nord, John Hopkins SAIS, 22 septembre 2017) perdrait de plus en plus de force jusqu'à devenir insignifiante. La coopération intersectorielle, au sein et en dehors des administrations publiques, du partage des renseignements à l'aide, devrait être revue. De nouveaux ensembles d'idéologies pourraient s'installer.

Un tout nouveau monde allait émerger.

En fin de compte, bien qu'il n'y ait pas de mort, la guerre pourrait survenir. En effet, nous pourrions voir, par exemple, le piège de Thucydide déclenché entre les États-Unis et la Chine - c'est-à-dire lorsque la montée d'une nouvelle puissance dirigeante, ici la Chine, menace une puissance existante et peut-être en déclin, ici les États-Unis, une guerre est très susceptible de s'ensuivre (voir l Le projet "Trap" de Harvard Thucydides pour les cas, la méthodologie, etc.)

Le piège de Thucydide nous alerte sur un élément clé du déclin d'un pouvoir en place : la façon dont ledit pouvoir gère sa propre évolution. La façon dont les États-Unis perçoivent et réagissent à leur propre déclin éventuel pourrait accélérer ce même déclin, le ralentir, le reporter ou, au contraire, l'inverser.

La réaction de la puissance en déclin influence également l'impact de la transition, car le déclin pourrait conduire à la guerre - comme dans le cas du piège de Thucydide - ou à des formes de transition plus douces mais non sans conséquence. Par exemple, la disparition de l'Union soviétique en 1991, bien que traumatisante pour la Russie, n'a pas conduit à une guerre mondiale (pour un compte rendu individuel intéressant d'une journaliste de l'Associated Press, Nataliya Vasilyeva, "Une génération post-soviétique subit la pauvreté, le chaos, les opportunités“, Daily Mail22 déc. 2016 ; parmi beaucoup d'autres, Joseph Stiglitz "La ruine de la Russie“, The Guardian9 avril 2003).

Considérant ainsi l'importance cruciale d'un déclin américain et de la manière dont les autorités politiques américaines le perçoivent et le traitent, nous devons découvrir non seulement quels pourraient être les signaux de changement et les signes probables d'une baisse de l'influence des États-Unis dans le monde, mais aussi comment ceux-ci sont perçus par les États-Unis.

Afin de mieux comprendre la façon dont les États-Unis perçoivent leur propre déclin, l'anticipent et y réagissent potentiellement, nous utiliserons la version non classifiée (publique) de Tendances mondiales : Le paradoxe du progrès (GT)le rapport quadriennal de prospective stratégique produit par le Conseil national du renseignement, qui fait partie du Bureau du directeur du renseignement national des États-Unis pour le nouveau président élu, publié en janvier 2017 (pour la version publique).

La lettre d'introduction au rapport par le président du NIC de l'époque, Greg Treverton, souligne que le rapport "ne représente pas le point de vue officiel et coordonné de la communauté du renseignement des États-Unis ni la politique américaine" (p.vii). Toutefois, compte tenu du mode de fonctionnement de la communauté américaine du renseignement, du rôle de coordination du NIC et de l'ODNI, de la nécessité pour le NIC et l'ODNI de maintenir des relations fonctionnelles avec d'autres agences faisant partie de la C.I.E. américaine et donc de ne pas être complètement en désaccord avec eux, ainsi que la façon dont le rapport est diffusé et promu au niveau national et international, nous considérerons que le rapport du GT est un substitut qui est suffisamment bon pour nous donner des indications sur la perception de la C.I.E. américaine et plus largement des autorités politiques américaines, au moins en ce qui concerne une vision du déclin des États-Unis.

Il convient également de noter que cette édition de Tendances mondiales, le sixième, présente, pour la première fois dans la série a commencé en 1997, une perspective à plus court terme sur les cinq prochaines années (c'est-à-dire jusqu'en 2021), en plus de la prévision classique de 20 ans.

La fin du monde unipolaire dirigé par les États-Unis... mais quand ?

Plus frappant encore, GT considère que le leadership américain est sur le point de prendre fin : nous ne sommes pratiquement plus dans un monde unipolaire dirigé par les États-Unis, ou nous sommes sur le point de quitter ce monde.

Le NIC est ici à peine en train de porter un jugement sur l'avenir. Il semble plutôt agir en fonction de ce qui se passe, ce qui est souligné comme tel dans le troisième paragraphe du résumé (p. ix) et, par exemple, à deux reprises dans le premier chapitre décrivant les tendances qui façonnent l'avenir du paysage mondial (p. 6 et p. 26), tout en étant réaffirmé à nouveau dans les scénarios à plus long terme, notamment dans "Orbites" (p. 54-57).

Affirmer le déclin

Une phase de déclin américain, vu en termes de distribution relative de la puissance, est en cours et, selon la façon dont elle est formulée, ne peut très probablement pas être inversée. Il s'agit de l'étape qui a conduit l'Amérique à passer du statut de seule superpuissance après la fin de la guerre froide à décembre 2016 (date à laquelle le rapport a été présenté au président élu), date à laquelle elle n'est plus, ou ne sera bientôt plus, cette superpuissance unique (pp. ix, 6, 26, 54).

La force et l'importance de la déclaration faite par le NIC dans GT sont également soulignées par la façon dont la fin de la domination américaine est présentée comme "le point final" des nouvelles tendances qui façonneront l'avenir jusqu'en 2035 :

"Entre les États, le moment unipolaire de l'après-guerre froide est passé et l'ordre international basé sur des règles d'après 1945 pourrait également s'estomper" (p.6).

Chronologie du déclin

Pourtant, quelle que soit la force avec laquelle la fin du statut de superpuissance américaine est initialement affirmée, son calendrier reste incertain.

La fin de la domination américaine est sur le point d'avoir lieu, mais nous ne savons pas quand (pp. ix, 6, 26).

L'incertitude quant au moment fatidique d'un déclin américain est encore accentuée dans la prospective à court terme, c'est-à-dire le chapitre sur le "proche avenir" ou l'avenir des cinq prochaines années (pp. 32-34). Là, toute mention du fait que le statut de superpuissance des États-Unis aurait été perdu, ou est en train de l'être, a disparu. Ce qui est souligné, c'est que d'autres acteurs sont devenus incertains quant au statut des États-Unis. Le lecteur reste donc incertain de ce qui est dit.

Si nous poursuivons notre lecture et espérons trouver plus d'explications concernant le début du déclin en nous tournant vers les trois scénarios à long terme, nous constatons dans le récit du deuxième, "Orbites", que le retrait de la scène mondiale - et donc de facto la fin de la domination - est évaluée comme se produisant "au début des années 2020" (p.54). Cela signifie donc que le début de la fin de la position dominante pourrait avoir lieu à la fin de la période "proche" ou juste après celle-ci.

L'évaluation du temps est extrêmement difficile et c'est un exercice qui est rarement fait en matière de prévision stratégique (voir Hélène Lavoix, "Renforcer la prospective avec la dimension temporelle“, The Red Team Analysis Society22 juin 2015). Cependant, l'incertitude quant au déclenchement d'un événement crée de nombreux autres défis. Ici, l'incertitude quant au début du déclin en crée un autre sur les perceptions du déclin et donc sur l'évaluation du monde qui nous entoure, ce même monde que nous devons comprendre et évaluer pour prendre les bonnes décisions.

Sommes-nous en train de rechercher puis de surveiller un déclin qui prend comme point de départ un leadership mondial des États-Unis et qui identifie ensuite le moment où il sera encore dominant mais moins ? Ou essayons-nous d'évaluer et de surveiller le déclin de la superpuissance américaine en une grande puissance ? Ou bien prenons-nous comme point de départ les États-Unis comme l'un des États les plus puissants parmi d'autres, qui pourraient décliner et perdre encore plus de pouvoir ?

Nous avons résumé dans le graphique ci-dessous les différents points de départ, significations, moments et voies de déclin révélés par les incertitudes du GT.

En termes d'analyse, l'identification des indicateurs et l'évaluation du déclin résultant du suivi des indicateurs varieront selon les différents cas. En effet, ce qui pourrait être une preuve de perte de pouvoir pour une seule superpuissance, pourrait être une preuve de force pour une puissance très puissante parmi d'autres. Par conséquent, le GT à cet égard introduit en fait une difficulté, si les analystes ne prêtent pas une attention particulière à ce qu'ils essaient de surveiller. En attendant, les évaluations du déclin des États-Unis peuvent également devenir confuses.

Ensuite, notre situation et donc les différentes voies à suivre ont des impacts différents tant en termes internes pour les États-Unis qu'en termes internationaux pour le monde.

L'incertitude quant au début du déclin, comme nous le soulignerons plus loin dans le troisième article sur le paradoxe du déclin américain, tend à être mineure et contredit même la "fatalité" de la "fin du moment unipolaire" comme le souligne GT. Ceci, à son tour, favorise les politiques visant à accroître la puissance des États-Unis. Ainsi, et comme nous le verrons dans les prochains articles, les États-Unis devraient choisir de ne pas accepter le "déclin" mais d'essayer, au contraire, de l'inverser, car il serait crucial de savoir où l'on se situe exactement et ce que l'on cherche à atteindre. Un mauvais choix d'évaluation peut conduire à un mauvais choix d'objectifs et, par conséquent, à l'échec des politiques. À son tour, le déclin pourrait être accéléré.

——–

Image en vedette par Bruce Emmerling, domaine public, Pixabay

——–

Bibliographie détaillée

Adizes, Ichak Kalderon, "Le déclin des États-Unis", The WorldPost, Institut Berggruen et de Le Huffington Post, 15 mai 2015.

Le projet Trap de Harvard Thucydides.

Conseil national du renseignement, Tendances mondiales : Le paradoxe du progrès (GT)Bureau du directeur du renseignement national, (pour la version publique, janvier 2017).

Stiglitz, Joseph, "La ruine de la Russie“, The Guardian9 avril 2003.

Vasilyeva, Nataliya, "Une génération post-soviétique subit la pauvreté, le chaos, les opportunités“, Daily Mail22 décembre 2016.

Valse, Kenneth, Théorie de la politique internationaleAddison-Wesley Publishing Company, 1979.

Lire un résumé de la théorie de la valse dans le Korab-Karpowicz, W. Julian, "Réalisme politique dans les relations internationales“, The Stanford Encyclopedia of Philosophy (édition de l'été 2017), Edward N. Zalta (ed.).

Publié par Dr Helene Lavoix (MSc PhD Lond)

Dr Hélène Lavoix, PhD Lond (relations internationales), est le président/CEO de la Red Team Analysis Society. Elle est spécialisée en prospective et alerte précoce stratégiques (S&W) pour les questions de sécurité nationale et internationale. Elle se concentre actuellement sur la montée en puissance de la Chine, la pandémie de COVID-19, la méthodologie du SF&W, la radicalisation, les environnements extrêmes ainsi que sur les problématiques des nouvelles technologies (IA, QIS, monde virtuel) du point de vue de la sécurité internationale.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

FR