(Conception artistique : Jean-Dominique Lavoix-Carli

(Traduction de l'article en français en cours - regardez la vidéo, en français, en attendant...) Les États Unis considèrent-ils toujours la France comme leur allié?

Nous devons nous poser cette question à cause du contrat de vente des sous-marins signé entre la la france et l’Australie, et cassé en sept 2021, au profit des États Unis. Si un pays vous prend 35 bn d’euros, possiblement réévalués à 55 bn, alors est-il toujours votre allié? Cela ressemble en fait plutôt à un comportement hostile de la part des Américains.

Donc savoir si les EU et la France sont toujours des alliés est un puzzle. Et c’est un puzzle qu’il est important de resoudre . En effet, ce genre d’attitude américaine pourrait éventuellement survenir de nouveau dans d’autres circonstances, avec d’autres pays. Nous devons donc impérativement comprendre.

Cette comprehension, l’explication du puzzle, se trouvent dans l’intérêt national américain, ce que nous allons voir avec cet article et la vidéo correspondante. L'article détaille également toutes les sources et footages utilisés pour la vidéo.

La vidéo est en français. Pour les non-francophones, si vous avez besoin de sous-titres et que ceux proposés par Google sont insuffisants, faites-le nous savoir.

Introduction

Avec cet article, nous abordons un thème crucial, celui de l’intérêt national des Etats Unis.

Toute analyse de relations internationales ou de géopolitique doit être faite en tenant compte de ce que les acteurs impliqués définissent et perçoivent comme leur intérêt national.

Appréhender fidèlement ces intérêts nationaux est clef si l’on veut comprendre ce qui se passe dans le monde. En effet, l’intérêt national de chaque pays agit comme un cadre qui informe et contraint les perceptions et actions desdits pays.

Il nous faut vraiment comprendre ces intérêts nationaux de l’intérieur, tels que les acteurs eux-même les perçoivent et non pas projeter nos propres perceptions.

Cela est encore plus important en ce qui concerne les Etats-Unis, Compte tenu de la puissance américaine au sein du système international. Toutes leurs actions vont avoir des répercussions majeurs sur l’ensemble du système.

Trois documents récents

Pour identifier cet intérêt national américain, nous allons, bien évidemment, utiliser la connaissance accumulée à ce sujet sur les Etats-Unis, à laquelle nous allons ajouter 3 documents récents.

Donc, tout d’abord, à son arrivée au pouvoir le Président Biden a publié en mars 2021 une Orientation stratégique provisoire en matière de sécurité nationale (INSSG). Ce sera notre première source.

Nous utiliserons ensuite, le résumé non classifié de la Stratégie de défense nationale 2022 (Fiche d'information NDS publiée, en classifié, le 28 mars).

Finalement, nous regarderons également la Stratégie de défense nationale 2018 . En effet, malgré l’interim national security guidance, la vision et la compréhension du monde et de l’intérêt national des Etats Unis n’ont pas fondamentalement changé avec l’élection du président Biden.

L’intérêt national américain

Un concept simple

L’intérêt national américain est simple.

Fondamentalement, il a pour objet de protéger la sécurité du peuple américain (INSSG). Il est ensuite décomposé, comme l'explique la fiche d'information de la NDS 22, en trois intérêts nationaux vitaux pour les États-Unis :

"La protection du peuple américain,

L'expansion de la prospérité de l'Amérique,

La réalisation et la défense de nos valeurs démocratiques."

Fiche d'information sur la NDS 22

Une mission sacrée

Il est essentiel de comprendre que la défense et l'expansion des intérêts américains est un devoir sacré pour les États-Unis.

On ne soulignera jamais assez cette idée de devoir et de mission sacrés dans le cas des Etats-Unis. En effet, les États-Unis se considèrent comme la force du bien (pour plus de détails, voir Robert W. McElroy, Moralité et politique étrangère américaine : Le rôle de l'éthique dans les affaires internationalesPrinceton University Press, 1992 ; Helene Lavoix, "Quel déclin américain ? Le point de vue du Conseil national du renseignement américain", 25 septembre 2017 ; "Sources du déclin... et du pouvoir des États-Unis - Le point de vue du Conseil national du renseignement américain", 9 octobre 2017 ; "Le paradoxe du déclin américain ... et les tensions avec la Corée du Nord", 6 novembre 2017, The Red Team Analysis Society).

Rester au pouvoir, dominer le monde est donc pour les États-Unis et leurs autorités politiques une mission sacrée, un impératif, car sans leur leadership vertueux, il n'y aurait que chaos et règne du mal.

Ainsi, les Etats-Unis se pensent comme les dépositaires d'une puissance qu'ils doivent impérativement conserver. En effet, comme le précise l'INSSG de Biden, grâce à cette puissance " à travers toutes les formes et dimensions de [notre] pouvoir ",

"Les avantages durables des États-Unis nous permettent de façonner l'avenir de la politique internationale pour promouvoir nos intérêts et nos valeurs, et créer un monde plus libre, plus sûr et plus prospère."

2021 INSSG (p. 8)

Les principales composantes de l'intérêt national américain

L'intérêt national américain est composé de trois éléments principaux.

Défense et pouvoir à l'intérieur

Premièrement, les États-Unis chercheront à promouvoir la défense et la force intérieures. Cela inclut leur peuple, leur économie, leur défense nationale et leur démocratie (INSSG, p.9).

Il est donc tout à fait identique au principe précédent de "l'Amérique d'abord".

Cette composante de l'intérêt national est logique en termes de gouvernance, puisque les autorités politiques ont pour mission d'assurer d'abord la sécurité de leurs citoyens, les autres ne venant qu'ensuite (Barrington Moore, Injustice: Social bases of Obedience and Revolt(Londres : Macmillan, 1978 ; Max Weber,  Le savant et le politique(Paris : 10/18, 1963) à l'origine "Wissenschaft als Beruf" & "Politik als Beruf" 1919 ; Hélène Lavoix, Qu'est-ce que le risque politique?, vidéo).

Ordre international et alliances

Ensuite, les États-Unis se concentrent sur l'ordre international ainsi que sur leurs alliances (INSSG, pp.10-15).

Protéger l'ordre américain

Les États-Unis cherchent à protéger et à revigorer les alliances, les institutions, les accords et les normes qui sous-tendent l'ordre international qu'ils ont largement contribué à établir après la Seconde Guerre mondiale (INSSG, notamment pp.9-11).

En fait, certaines de ces institutions, à savoir le Fonds monétaire international et la Banque mondiale, sont considérées comme faisant fondamentalement partie de l'ordre américain, notamment parce qu'elles font partie de ce que l'on appelle le consensus de Washington (un accord entre ces deux institutions et le département du Trésor des États-Unis sur des recommandations de politiques notamment pour les pays en développement basées sur le néolibéralisme, pour un aperçu, Stephen R. Hurt, "Consensus de Washington“, Encyclopedia Britannica, 27 mai 2020).

Les États-Unis ont d'autant plus besoin de protéger cet ordre qu'il est remis en cause, de leur point de vue, notamment par la Chine, mais aussi par la Russie (2018 NDS, INSSG).

De plus, puisque les États-Unis sont la force du bien, le système qu'ils dirigent, de facto, ne peut qu'apporter le bien. Et ce système étant synonyme de bien, le protéger est d'autant plus un devoir. Nous sommes ici dans une boucle de rétroaction auto-renforcée.

Plus simplement, les États-Unis veulent rester la seule superpuissance à gérer l'ordre international qu'ils ont mis en place à la fin de la Seconde Guerre mondiale, et ils veulent également le revigorer et le moderniser... mais pas le changer. Leur ordre doit demeurer.

Le vrai sens des alliances

Du côté des alliés, on peut être perplexe et voir une incohérence entre les objectifs et les déclarations américaines d'une part, les actions d'autre part. Nous utiliserons le cas du contrat des sous-marins entre la France et l'Australie pour mieux comprendre ce qui se passe. Ce raisonnement pourrait d'ailleurs être appliqué à d'autres situations et événements impliquant des alliés américains.

Le cas du contrat franco-australien sur les sous-marins

Alors que la France avait signé un contrat avec l'Australie en 2016 pour la livraison de sous-marins, et que le contrat avait déjà commencé, néanmoins les États-Unis n'ont pas hésité à le voler littéralement à la France ("Mise en œuvre du programme de sous-marins nucléaires de l'Australie“, Institut australien de politique stratégique, 14 décembre 2021).

Divers arguments ont été avancés pour justifier une telle action. Néanmoins, quelle que soit la rhétorique, un contrat est un contrat et favoriser sa rupture est une faute. C'est encore pire si cela se fait dans le dos de l'une des parties, comme le souligne la France (ex. : "La France retire ses ambassadeurs aux États-Unis et en Australie pour protester contre l'accord sur les sous-marins.“, The Hillle 17 septembre 2021 ; "L'ambassadeur français accuse l'Australie de tromperie au sujet de l'accord sur les sous-marins, Reuters", 3 novembre 2021). Pourtant, la France est censée être un allié des États-Unis.

Ceci équivaut à une perte pour la France estimée à 35 milliards d'euros (56-57 milliards de dollars australiens), le gain étant estimé à plus de 44 milliards d'euros pour les États-Unis, avec un nouveau coût de plus de 70 milliards de dollars australiens pour l'Australie ("Mise en œuvre du programme de sous-marins nucléaires de l'Australie", Ibid. - À noter qu'un montant symbolique de 555 millions d'euros - soit au mieux 1,5% du contrat - a été convenu en juin 2022 entre la société française Naval Group et le gouvernement australien à titre de compensation et pour aller de l'avant. "L'Australie annonce un accord de compensation avec la France pour le contrat de sous-marin abandonné", France 24, 11 juin 2022).

Le coup est d'autant plus rude pour la France que la situation économique mondiale est difficile en raison de la pandémie de COVID-19. En outre, pour la France, cela signifiait également une perte d'influence mondiale et, plus particulièrement, un impact stratégique négatif dans la zone indo-pacifique.

Ce dernier point est confirmé par la création du pacte de sécurité stratégique AUKUS, comprenant l'Australie, le Royaume-Uni et les États-Unis, mais pas la France (par exemple, Maison Blanche, Déclaration conjointe des dirigeants sur l'AUKUS, Maison Blanche, 15 septembre 2021).

Or, comme on peut le voir sur les cartes ci-dessous, la France est la première puissance maritime dans l'océan Indien et la deuxième dans le Pacifique, juste derrière les États-Unis (voir pour plus de détails, Hélène Lavoix, "Quand les mers et les cartes influencent la géostratégie et le futur“, The Red Team Analysis Society, 15 septembre 2021).

Le territoire des ZEE des États-Unis (à gauche) et le territoire des ZEE et de la SCE de France 2014 (à droite)
À gauche : la zone économique exclusive (ZEE) de la NOAA des États-Unis et des îles affiliées (bleu foncé). Droite : Carte SHOM 2014 - utilisée sur le site "Tableau des superficies"Page web, Limites Maritimes 

Pourtant, en ce qui concerne les États souverains, dans le monde entier, en termes de territoire maritime, la France n'est qu'en deuxième position derrière les États-Unis et juste derrière eux. La plus grande entité politique en termes de territoire, tant maritime que terrestre, est l'Union européenne.

Territoire mondial par acteur international (en millions de km2) - classé par ZEE et ECS et classé par territoire total - Sources : principalement Bouron, "Mesurer les Zones Économiques Exclusives", Ibid ; USGS et NOAA ; Portail national des limites maritimes; Wikipedia.  

Se pourrait-il que la taille même de la zone maritime française, avec ses implications en termes de puissance maritime potentielle, ait contribué aux actions des États-Unis dans l'Indo-Pacifique concernant la France ? Mais alors, cela signifie-t-il que la France n'est pas vraiment un allié des États-Unis ?

Il est d'autant plus étrange de devoir se poser une telle question qu'une récente enquête auprès des Américains désignait la France comme le pays perçu comme le plus proche des États-Unis en termes d'intérêts et de valeurs partagés (Craig Kafura, "Les Américains sur leurs alliés, partenaires et rivaux“, Le Conseil de Chicago sur les affaires mondiales, 13 octobre 2021). Ainsi, la France serait, en quelque sorte, l'allié idéal des Américains.

Image par Le Conseil de Chicago sur les affaires mondiales13 octobre 2021

Afin de donner un sens à cette incohérence concernant la façon dont les États-Unis traitent leurs alliés, nous devons poursuivre notre analyse de l'intérêt national américain.

Alliés en effet ... mais soumis

Creusons un peu plus ce que signifie être un allié pour les Etats-Unis. Nous trouverons ici la première partie de l'explication de l'attitude américaine envers la France. Le raisonnement que nous utilisons peut bien sûr être appliqué à toute autre situation impliquant des alliés des États-Unis.

Comme le souligne l'INSSG, les États-Unis vont " promouvoir une répartition de la puissance internationale " qui leur soit favorable et " dissuader et empêcher les adversaires " (ou autres) " de menacer directement les États-Unis et nos alliés, d'empêcher l'accès aux biens communs mondiaux ou de dominer des régions clés " (INSSG, p. 9).

Ils ne peuvent le faire que parce qu'ils dirigent le monde, alors que ce leadership mondial est nécessaire pour avoir une action aussi ambitieuse et globale. Dans le même ordre d'idée, ces points montrent que les alliés sont bien un échelon inférieur qui doit se conformer à la vision et à la volonté du leader américain, sinon du dirigeant. Certes, l'INSSG précise ici qu'il ne vise que les " adversaires ", mais, comme nous le verrons plus loin, tout Etat est en réalité potentiellement concerné (voir p.19).

Nous trouvons ici un début d'explication de l'attitude américaine envers la France.

Si la France avait été capable de tenir son contrat et de faire progresser sa stratégie dans l'Indo-Pacifique, elle aurait eu le potentiel de devenir une véritable puissance concurrente des États-Unis dans la région du Pacifique. Elle aurait également pu commencer à dominer réellement l'océan Indien.

Les deux sont inacceptables pour les États-Unis. Les alliés, pour les États-Unis, et comme le montrent leurs documents vus à la lumière de leurs actions, ne peuvent, en fait, qu'être inférieurs, mais jamais égaux. Ils ne peuvent et ne doivent jamais accroître leur puissance à moins que les États-Unis ne leur permettent de le faire.

N'oublions pas que les Etats-Unis pensent en termes de dissuasion. En effet, ils mettent en avant dans la NDS le concept très intéressant de " dissuasion intégrée " (2022 NDS Factsheet). Désormais, ils anticipent et frappent et menacent de frapper plus fort, pour éviter la possibilité d'une " agression " encore non réalisée, et le feront à travers les différents domaines de puissance, de manière intégrée. "

Les ennemis

Abordons maintenant la dernière composante de l'intérêt national américain. C'est ici que nous trouverons également la deuxième partie de l'explication de l'attitude des Etats-Unis envers la France.

Il est très important de comprendre que pour les États-Unis, les ennemis sont de deux types étroitement liés.

L'émergence d'un ordre ennemi

Tout d'abord, au niveau systémique et normatif, des idées et de la pensée, l'ennemi est l'émergence d'un nouvel ordre international porté et façonné par la Chine et la Russie, caractérisées comme des puissances révisionnistes. Cet ordre émergent est conçu comme " conforme au modèle autoritaire " des " puissances révisionnistes " (SDN 2018, p.4).

Les ennemis

Ensuite, au deuxième niveau, on trouve, de manière beaucoup plus classique, des États qui sont désignés comme ennemis, ces États étant d'ailleurs ceux qui veulent faire tomber l'ordre international et systémique ennemi.

Ces ennemis sont tout d'abord la Chine, mais aussi la Russie, ainsi que d'autres puissances régionales comme l'Iran et la Corée du Nord.

Pour citer la fiche d'information de la NDS 2022, la défense américaine a pour priorités :

"Dissuader l'agression, tout en étant prêt à l'emporter dans un conflit si nécessaire, en donnant la priorité au défi de la RPC dans la région indo-pacifique, puis au défi de la Russie en Europe".

Fiche d'information sur les SND 2022

Cela montre que la hiérarchie américaine des menaces désigne d'abord la République populaire de Chine dans la région indo-pacifique, puis la Russie en Europe.

Par conséquent, nous pouvons évaluer la qualité fondamentale de l'Indo-Pacifique en tant que région pour les États-Unis en termes d'intérêt national.

Or, c'est précisément dans cette région que la France faisait un effort stratégique et commercial.

Bien sûr, étant donné le danger que représente la Chine, la mission sacrée des États-Unis et la nécessaire soumission des alliés, il était évident que les États-Unis agiraient pour arrêter la France.

Les États-Unis ne peuvent accepter que n'importe quelle puissance puisse prendre pied - ou l'améliorer dans le cas de la France - ou pire avoir des ambitions stratégiques dans une région aussi vitale pour leur intérêt national.

Conclusion

Tous ces éléments constituent les points majeurs de l'intérêt national américain. Ils vont nourrir la compréhension américaine du monde, ses analyses, ses décisions, ses stratégies et ses actions, comme nous l'avons vu avec l'exemple de la France, alliée des Etats-Unis.

Dans l'orientation provisoire de la stratégie de sécurité nationale, une phrase a été mise en évidence qui résume et souligne ce qu'est l'intérêt national des États-Unis :

Ce programme renforcera nos avantages durables et nous permettra de l'emporter dans la compétition stratégique avec la Chine ou toute autre nation."

INSSG 21, p. 19

Ces trois derniers mots - toute autre nation - sont extrêmement importants.

Ils soulignent que la domination mondiale est effectivement au cœur de l'intérêt national des États-Unis. Cette domination mondiale, les États-Unis feront tout pour la maintenir et la renforcer, et ils le feront de manière très active.

Les États-Unis vont-ils réussir ? Comment les autres États réagiront-ils ? Quelle instabilité cela va-t-il créer dans notre monde ? Ce sont des questions clés qui informent la réalité contemporaine.

Images pour la vidéo

Par ordre d'utilisation

Jean Dominique Lavoix CarliImage en vedette pour la vidéo et l'article ;

Cellule : A-10 Thunderbolt II, ÉTATS-UNIS, 03.20.2020, Video by Matthew Hilborn, Defense.gov 

Matériel d'archives Public Domain ou fair use de "Les investitures sont de puissants symboles de la démocratie américaine", VOA, 20 janvier 2021.

Inauguration du président Biden, diverses vidéos, domaine public, Wikimedia Commons et DVIDS B-Roll.

Profil des sous-marins de la classe Attack, Wikipedia

La Royal Australian Navy dirige un exercice d'armement de la marine américaine, PERTH, AUSTRALIE OCCIDENTALE, AUSTRALIE, 03.16.2022, Video by Quartier-maître de 2e classe William Stephens, USS Frank Cable (AS 40).

Exercise Rim of the Pacific 2022 TrailerOTTAWA, ON, CANADA, 04.26.2022, Vidéo courtoisie de la Marine royale canadienne, Commandant de la 3e flotte des États-Unis

The School of Advanced Nuclear Deterrence Studies, MAXWELL AIR FORCE BASE, AL, ÉTATS-UNIS, 04.10.2019, Video by Michael Hasenauer et Tech. Sergent Robert Webb, Affaires publiques de l'Université de l'Air

L'USS Fort Worth (LCS 3) mène des opérations de routine dans la mer de Chine méridionale, près des îles Spratly., MER DE CHINE DU SUD, 05.12.2015, Video by Quartier-maître de 2e classe Conor Minto

Joyeux 73e anniversaire à la marine de l'APL! Par : Global Times | Publié : Avr 23, 2022 08:29 PM

Ministère de la Défense de la Fédération de Russie - CC 0.4. - 247e Régiment d'assaut aérien de la Garde capturé l'aérodrome de l'ennemi fictif et la tête de pont pour le débarquement des forces principales de la formation lors de l'exercice en Crimée - Date 19 mars 2021

La Chine reste aux côtés des PIC dans la prévention des catastrophes et la réponse au COVID Par : Global Times | Publié : 27 mai 2022 12:48

Ministère de la défense de la Fédération de Russie - CC 0.4 - L'exercice naval conjoint russo-chinois Sea 2021 débute en mer du Japon

Les marines américains dans l'Indo-PacifiqueCAMP H.M. SMITH, HI, ÉTATS-UNIS, 04.08.2022, Vidéo du Staff Sgt. Brett Norman, U.S. Marine Corps Forces, Pacific.

Salle de l'Assemblée générale des Nations unies à New York par Patrick Gruban, recadré et sous-échantillonné par Pine, CC BY-SA 2.0 , via Wikimedia Commons.

Publié par Dr Helene Lavoix (MSc PhD Lond)

Dr Hélène LavoixPh. D. Lond (relations internationales), est la présidente-directrice générale de The Red Team Analysis Society. Elle est spécialisée dans la prospective stratégique et l'alerte pour les relations internationales et les questions de sécurité nationale et internationale. Elle s'intéresse actuellement à la guerre en Ukraine, à l'ordre international et à la montée de la Chine, au dépassement des frontières planétaires et aux relations internationales, à la méthodologie de la SF&W, à la radicalisation ainsi qu'aux nouvelles technologies et à la sécurité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

FR