Cet article sera le dernier à présenter l'état des lieux actuel et les cinq catégories d'acteurs qui se battent en et sur la Syrie.

La montée en puissance des deux groupes de factions présentés ci-dessous - les factions sunnites syriennes ayant l'intention d'installer un État islamiste en Syrie et les factions extrémistes sunnites ayant un agenda jihadiste global - ainsi que leur pouvoir de mobilisation ont été, tout d'abord, facilités par la qualité prolongée du conflit et le désespoir qu'il impliquait au sein du peuple syrien. Il a ensuite été facilité par l'incapacité initiale de la modère pour trouver des appuis à l'Ouest, et ainsi démontrer leur puissance.

"Salafis nationalistes" : Factions sunnites syriennes ayant l'intention d'installer un État islamiste en Syrie.

Le premier lien est composé de groupes islamistes plus extrêmes - par rapport à ceux que l'on voit précédemment - et des groupes "Salafis nationalistes" - pour utiliser Lund (2013:14), notant que le spécialiste du Jihad en Syrie, Aymenn Jawad Al-Tamimi, remet en question la dichotomie même entre les salafis nationalistes et les salafis jihadistes (voir ci-dessous mise à jour 8 juillet).

Les salafis nationalistes veulent créer un État islamique de la charia en Syrie. Lund (2013: 14) citations Abdulrahman AlhajIl s'agit d'un expert de l'islamisme syrien qu'il a interviewé en janvier 2013 :

"En ce qui concerne les salafis, nous devons faire la distinction entre deux choses. Il y a des groupes salafistes déclarés publiquement qui ont une expérience du travail salafiste [armé] en dehors de la Syrie, et qui ont une pensée salafiste systématique. Ces groupes, les salafiya-jihadiya [salafi-jihadisme], ne sont pas nombreux, mais ils affectent la pensée des gens".

"Les autres sont des jeunes, des extrémistes. Ce sont des musulmans sunnites qui suivent cette voie parce qu'il y a beaucoup de violence. Jour après jour, ils sont confrontés à la violence, donc ils adoptent le salafisme, mais ils ne font pas vraiment partie de la salafiya-jihadiya idéologiquement. Comme Ahrar al-Sham : ils ne font pas partie du mouvement salafiste-jihadiste. Il y a bien sûr de véritables salafis parmi eux, mais la plupart du temps, ce ne sont que des sunnites extrémistes sans idéologie salafiste systématique. C'est très différent de Jabhat al-Nosra".

Au sein de ces groupes, on trouve deux grandes alliances, qui tentent d'unir des factions.

La Front de libération de la Syrie (SLF), également connu sous le nom de Front islamique de libération de la Syrie (SILF), factions (Jabhat Tahrir Souriya ou Jabhat al-Tahrir al-Souriya al-Islamiya) a été créé en septembre 2012 lorsque certaines factions ont mis fin à leurs associations avec le FSA et s'est dissous avec la création du Front islamique le 22 novembre 2013. Les groupes qui sont mentionnés comme appartenant au FSL sont : deux des plus grands groupes islamistes de Syrie, Kataeb al-Farouq et Suqour al-Sham (Lund 2013 : 16), Liwa al-Tawhid et Liwa al-Islam (Lund 3013 : 27 en utilisant Noah Bonsey, Lund, 3 avril 2013). Selon Lund, la plupart des factions du SLF font également partie de la Conseil suprême de commandement militaire conjoint (Ibid. : 13)malgré leur perspective idéologique, ce qui souligne à nouveau le caractère pragmatique des affiliations et le caractère changeant et perdant des alliances, comme le suggère le rapport de la Commission. précédemment.

Le SILF/SLF compterait environ 37.000 combattants (Ignatius, 2 Avril 2013Voir aussi Commentaire de Lund à ce sujet, 3 avril 2013).

La Front islamique syrien (FIS) (Al-Jabha al-Islamiya al-Souriya) a été créé en décembre 2012 sous la direction d'Ahrar al-Cham, plus puissant, et dissous avec la création du Front islamique le 22 novembre 2013. Il comprenait initialement 11 factions, couvrant la majeure partie du territoire (voir la cartographie ci-dessous et les versions précédentes de la cartographie accessible ci-dessous), qui ont été, en janvier et février 2013, réduites à 7 par la fusion de divers groupes (Lund, 2013 : 25-27). Depuis avril 2013, le FIS compte un nouveau membre, le Rassemblement des bataillons du Haqq (Tajammou Kataeb al-Haqq) (Lund, le 3 mai 2013). Entre 10.000 et 30.000 combattants pourraient faire partie du FIS (Lund, 2013 : 23).

Des pourparlers entre les groupes initiaux du FIS et le FSL avaient eu lieu lors de la création du FSL, mais ils ont échoué pour diverses raisons, de l'idéologie aux désaccords entre les groupes.

Pour accéder à la cartographie des acteurs (mise à jour 27/01/2014), devenir membre de la Red Team Analysis Society. Si vous êtes intéressé par la cartographie et les dernières mises à jour des acteurs spécifiques, nous contacter.
Si vous êtes déjà membre, veuillez login (n'oubliez pas de rafraîchir la page). Vous pouvez accéder à la page par mon comptePour accéder à la liste des articles disponibles uniquement pour les membres, cliquez sur "Afficher" dans "Mon tableau des membres".)

Lund (Ibid : 17-19) qualifie le SIF de " troisième voie " islamiste, strictement salafiste mais aussi pragmatique, capable de discuter avec l'Occident, et de coopérer sur le terrain avec le SMC ou avec des groupes salafi-jihadi, tout en critiquant également ces derniers, comme le montre la déclaration du 4 mai 2013 d'Ahrar al-Sham sur " la récente déclaration d'allégeance de Jabhat al-Nosra à Ayman al-Zawahiri d'Al-Qaida. " (Lund, le 4 mai 2013):

"Elle cherche à démontrer une identité salafiste stricte, et ne cherche pas à cacher son opposition à la laïcité et à la démocratie. mais elle tente également de mettre en évidence une veine de pragmatisme et de modération, destinée à rassurer tant les Syriens que les responsables de la politique étrangère. Elle se distingue ainsi comme une "troisième voie" islamiste, différente à la fois de la frange la plus radicale du soulèvement et de son courant islamiste soutenu par l'Occident". (Lund, 2013 : 17)

Cependant, le FIS vise à établir une théocratie islamiste sunnite, n'autorisant qu'un minimum de consultation et de liberté politique dans les limites de la charia (Ibid. : 19). Il a déjà commencé à travailler dans ce sens, comme le décrit Lund (ibid. : 25), elle développe une "activité humanitaire et non militaire". Elle ne se contente pas de combattre mais joue également le rôle d'une véritable autorité politique, ce qui renforce à la fois son pouvoir de mobilisation et sa base de ressources. Ainsi, le renversement du régime de Bachar el-Assad n'est qu'une étape vers la réalisation de ses objectifs, et la " troisième voie " ne peut durer que temporairement, à condition que le FIS continue sur sa lancée et trouve accès à des ressources et des financements suffisants et sûrs (pour plus de détails sur le financement, voir Ibid : 27).

Pour plus de détails sur le FIS et, entre autres, sur le salafisme en Syrie, je recommande vivement Le rapport de Lund.

Mise à jour 31 mai 2013

  • 26 mai 2013 - Le FSL aurait déclaré la guerre Les Kurdes: "une déclaration signée par pas moins de vingt-et-un groupes armés a déclaré "Les unités de défense kurdes, YPG, sont des traîtres parce qu'elles sont contre notre Jihad."L'objectif, selon la déclaration, est un "en attendant l'achèvement du processus de nettoyage complet", libération de "PKK et Shabiha". La déclaration a été publiée par la "Front de libération islamique syrien" - Rapport sur la Syrie, 27 mai 2013 - "Les insurgés déclarent la guerre aux Kurdes syriens

Mise à jour du 8 juillet 2013

Aymenn Jawad Al-Tamimi dans son analyse méticuleuse des relations entre JAN et ISIS (voir ci-dessous), pour la région de Raqqah (24 juin 2013 pour la djihadologie), suite à des manifestations communes, des questions :

"À Raqqah même, les contre-manifestations sur le terrain ont apporté d'autres preuves de l'unité ISIS-JAN. Voici une de ces vidéosLe film, qui présente plusieurs jeunes portant les bannières du Harakat Ahrar ash-Sham al-Islamiya (qui, pour rappel, était le principal groupe de bataillons responsable de la prise de Raqqah par les rebelles en mars), de l'ISIS et du drapeau général du djihad.

... Les récents développements devraient également permettre de démystifier la fausse dichotomie entre certains commentateurs des groupes "nationalistes salafistes" du Front islamique syrien (FIS) comme le Harakat Ahrar ash-Sham al-Islamiya et les groupes djihadistes transnationaux (voir mon aperçu des déclarations de diverses factions sur Le bayah du Cheikh Jowlani au Cheikh Aymenn al-Zawahiri).”

Prochaines mises à jour

21 octobre 2013 : Face au brouillard de la guerre en Syrie : Les islamistes syriens jouent le "jeu des trônes" régional 

27 janvier 2014 : la montée des salafistes-nationalistes ?

Les factions extrémistes sunnites avec un programme de jihadisme mondial

Jihad mondial, Syrie, acteurs syriens, Al Qaida, Al-Nusra

Le dernier nexus est composé de groupes salafi-jihadi ou de groupes salafis ayant un programme mondial, comme Al-Qaïda, et comprend de nombreux combattants étrangers - tunisiens, libyens, irakiens, Tchétchène (par exemple Solovieva, 26 avril 2013, AlMonitorCentre Kavkav, 26 mars 2013) et européen. Insight du CIRS estime qu'"entre 140 et 600 Européens" de quatorze pays "sont allés en Syrie depuis début 2011, ce qui représente 7 à 11 % du total des combattants étrangers" (avril 2013).

Le groupe le plus connu est Jahbat Al-Nosra ou Al-Nusra, créé en janvier 2012 et déclaré groupe terroriste par les États-Unis en décembre 2012. Il est considéré comme "la force de combat la plus efficace en Syrie" (Bergen et Rowland, 10 avril 2013). En novembre 2012, Washington Post David Ignatiusen utilisant des sources de la FSA, a estimé qu'elle comprenait "entre 6 000 et 10 000 combattants".

À la mi-avril, Jabhat al-Nosra, qui répondait à al-Zawahiri puis à Abou Bakr al-Baghdadi, chef d'Al-Qaïda en Irak (ISI, État islamique d'Irak) et comme parfaitement résumé par Lund (4 mai 2013) "a promis de suivre tous les ordres de Zawahiri tant que cela ne contrevient pas à la charia", tout en refusant de fusionner avec l'ISI (see pour une analyse détaillée complète et des documents traduits, Barber, 14 avril 2013). Jabhat al-Nosra revendique ainsi un Al-Qaïda en Syrie, dans une démarche nationaliste qui n'est pas sans rappeler les groupes salafi-nationalistes, et souligne son objectif d'établir un État islamiste en Syrie, " l'État islamique d'al-Cham " (ISIS - voir ci-dessous mise à jour 8 juillet). Al-Cham signifie Bilad al-Cham, c'est-à-dire le Levant (aujourd'hui la Syrie, le Liban, la Jordanie, la Palestine, Israël, et potentiellement la province turque de Hatay). Le choix des mots pourrait potentiellement indiquer un souhait de réviser les frontières, bien que cet objectif doive être prouvé.

Jusqu'à la récente offensive réussie des groupes pro-Assad (Spyer, 3 mai 2013), les nationalistes salafis et les jihadistes mondiaux ont eu tendance à mieux réussir militairement, en s'emparant d'endroits et d'infrastructures importants, tandis qu'ils se mobilisaient efficacement, d'une manière ou d'une autre sur le modèle de la "guerre du peuple" (moins l'idéologie maoïste).

Cela a, à son tour, provoqué progressivement le début d'un changement de politique concernant la fourniture et le type d'aide accordée aux factions modérées par les puissances extérieures qui les soutiennent. Cela a aussi potentiellement commencé à adoucir la position de la Russie, préoccupée par le développement du terrorisme jihadiste, permettant ainsi une amélioration des pourparlers diplomatiques en vue de négociations, comme l'a expliqué Poutine dans une interview accordée au radiodiffuseur allemand ARD (Ria Novosti, 5 avril 2013), et comme cela semble être en cours même si c'est de manière chaotique.

Mise à jour 8 juillet 2013

Aymen Jawad Al Tamimi évalue les relations entre JAN et ISIS, où ils désignent parfois la même entité, mais pas toujours, par une analyse régionale méticuleuse et approfondie :

Mise à jour 24 février 2014

La partie restante de cet article est destinée à nos membres et à ceux qui ont acheté des plans d'accès spéciaux. Assurez-vous d'obtenir une véritable analyse et non une opinion, ou, pire, des fake news. log dans et accédez à cet article.

Nous avons maintenant décrit tous les acteurs du champ de bataille syrien. Nous allons maintenant pouvoir proposer quelques scénarios.

————

Vers le scénario 1 : la paix à Genève.

——-

Détaillé bibliographie.

Publié par Dr Helene Lavoix (MSc PhD Lond)

Dr Hélène LavoixPh. D. Lond (relations internationales), est la présidente-directrice générale de The Red Team Analysis Society. Elle est spécialisée dans la prospective stratégique et l'alerte pour les relations internationales et les questions de sécurité nationale et internationale. Elle s'intéresse actuellement à la guerre en Ukraine, à l'ordre international et à la montée de la Chine, au dépassement des frontières planétaires et aux relations internationales, à la méthodologie de la SF&W, à la radicalisation ainsi qu'aux nouvelles technologies et à la sécurité.

Rejoindre la conversation

1 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

FR