Ceci est une mise à jour de l'article du 17 septembre 2018 analysant les coûts économiques du changement climatique sur l'économie américaine en 2018. Cette mise à jour intègre les conséquences, et surtout les coûts, du super-ouragan "Michael", qui a frappé la Floride, puis la Géorgie, la Caroline du Nord et la Virginie, entre le 10 et le 14 octobre 2018 (Camilla Domonoske, "Michael coûtera des milliards aux assureurs, mais ne submergera pas l'industrie, selon les analystes", NPRle 14 octobre 2018).

"Michael" a pris la relève de "Florence", la monstrueuse tempête qui a frappé et battu la côte Est des Etats-Unis le 12 septembre 2018. Il semble qu'il s'agisse d'un nouveau "pic" de catastrophe liée au climat. Il pourrait annoncer une transition vers un scénario plus grave, compte tenu des 12 derniers mois de conditions climatiques infernales.

Une question majeure se pose donc : le changement climatique devient-il un risque majeur pour l'économie américaine ? Si oui, comment les acteurs économiques devraient-ils réagir (Jean-Michel Valantin, "Le changement climatique : Le long bombardement planétaire”, The Red Team Analysis Societyle 18 septembre 2017) ?

Entre septembre 2017, lorsque l'ouragan Harvey a dévasté le Texas et que l'ouragan Irma a frappé la Floride, et octobre 2018, lorsque les super tempêtes Florence et Michael se sont produites, une impressionnante série d'événements météorologiques extrêmes a touché les États-Unis et leurs acteurs économiques.

Liens connexes

L'économie américaine, entre le marteau climatique et l'enclume de la guerre commerciale

À partir de janvier 2018, les tempêtes et tornades violentes, y compris les terribles tempêtes d'hiver du nord-est, ainsi que les "bombes de pluie" ont été identifiées comme étant particulièrement nombreuses et intenses (Robert Scribbler, "L'étrange été, le nord-est laisse tomber 3 pouces de pluie en 45 minutes sur la région de Washington”, robertscribbler.comle 28 juillet 2017). A partir de mai 2018, les méga-feux se multiplient. Ils sont entretenus par la sécheresse massive qui frappe la quasi-totalité du Midwest et du Sud-Ouest des États-Unis et qui met sous pression les ressources en eau et l'agriculture (Dahr Jamail, "Global Temperatures Could Double as the World Burns", La véritéle 16 juillet 2018).

Florence, changement climatique, Red (Team) Analysis Society, risque géopolitique, risque politique, assurance, alerte, prospective stratégique, conseil
Vues spectaculaires de l'ouragan Florence depuis la Station spatiale internationale - 12 septembre 2018
Aussi spectaculaires que soient ces événements, ils doivent être compris comme étant "seulement" une partie de la menace multispectrale que le changement climatique est en train de devenir pour l'ensemble de l'économie américaine. La multiplication des "zones mortes" marines est un risque croissant pour la pêche américaine ; la montée des océans met déjà sous pression les développements immobiliers, urbains, touristiques, industriels et militaires ; les infrastructures vieillissantes et affaiblies, notamment les infrastructures de transport, sont frappées par des incendies, des inondations, des températures extrêmes, hautes ou basses, mettant sous pression les transports et donc les chaînes d'approvisionnement (Paul Gilding, Le grand bouleversement, comment la crise climatique va transformer l'économie mondiale2011 et Jean-Michel Valantin, "Le réchauffement de l'océan comme menace planétaire“, The Red Team Analysis Society2 juillet 2018). À ces risques, il faut ajouter les conséquences financières de la perte de la valeur des biens avec des impacts sur les valeurs financières associées.

Les coûts cumulés des catastrophes liées au temps et au climat en 2017 s'élèvent à 300 milliards de dollars (NOAA).

En attendant, au niveau macro, il faut garder à l'esprit que, malgré les efforts du président Trump, l'économie américaine est toujours fermement installée au centre de la mondialisation. En conséquence, l'échelle planétaire du "bombardement climatique mondial" a des conséquences sur d'autres économies nationales qui, à leur tour, ont des effets systémiques sur l'économie américaine.

Dans cet article, nous allons étudier comment le changement climatique est devenu un facteur économique majeur qui se combine avec les multiples dimensions de l'économie américaine. Dans le prochain article de cette série, nous explorerons les moyens permettant aux acteurs économiques de développer leur résilience, voire de transformer le changement climatique en une opportunité.

2017-2018 de feu et de tempête - Les coûts immenses de la saison

En septembre 2017, l'ouragan Harvey a frappé un Texas non préparé et une Louisiane déjà meurtrie et inondée. Une semaine plus tard, l'ouragan Irma a atterri sur la Floride, mais a évité la région la plus peuplée et la plus sensible sur le plan économique. Néanmoins, il a infligé de lourds coups à l'agriculture de la Floride.

Florence, changement climatique, Red (Team) Analysis Society, risque géopolitique, risque politique, assurance, alerte, prospective stratégique, conseil
L'ouragan Harvey, Houston, TX, USA par urban.houstonian
Les coûts supplémentaires de la saison des ouragans de 2017 ont atteint le chiffre stupéfiant de 220 milliards de dollars. Dans le même temps, du printemps 2017 à janvier 2018, la Californie a dû lutter contre plus de 9133 incendies, dont 20 figurent parmi les plus destructeurs jamais recensés dans l'histoire de cet État (Brian K Sullivan, "La saison des ouragans la plus chère de tous les temps : En chiffres”, Bloomberg,le 26 novembre 2017 et Matt Sheehan, "Les ouragans Harvey, Irma et Maria ont coûté aux réassureurs $80 milliards : Prévision de l'impact », Nouvelles de la réassurancele 5 avril 2018, et Feux de forêt en Californie en 2017 - Wikipedia).

Florence, risque économique, changement climatique, Red (Team) Analysis Society, risque géopolitique, risque politique, assurance, alerte, prospective stratégique, conseil, California Fire
La lutte contre l'incendie en Californie par le ministère américain de la défense - Aviateur principal Crystal Housman/Garde nationale de Californie
Ces incendies de 2017 ont causé au moins 18 milliards de dollars de dommages (Wikipedia). A plus grande échelle, en 2017, l'Ouest américain a été ravagé par plus de 71 499 incendies, qui ont dévasté plus de 40 468 km2, soit une surface à peu près équivalente à celle de l'ensemble des Pays-Bas. La lutte contre ces incendies dépend d'un budget fédéral annuel de 4 milliards de dollars. Cependant, les dommages causés aux biens publics et privés, aux entreprises et aux personnes sont beaucoup plus importants. Et ces coûts ne cessent de grimper, car, selon l'étude S'adapter à la multiplication des feux de forêt dans les forêts de l'ouest de l'Amérique du Nord en raison du changement climatique,

"Les autres coûts sociétaux, y compris la dévaluation des biens immobiliers, les services d'urgence et la réhabilitation après incendie, représentent environ trente fois le coût direct de la lutte contre les incendies (Schoennagle et al., in Actes de l'Académie nationale des sciencesavril 2017).

Les coûts cumulés des catastrophes liées au temps et au climat en 2017 s'élèvent à 300 milliards de dollars (NOAA, série de catastrophes météorologiques et climatiques d'une valeur de plusieurs milliards de dollars : Série chronologique).

Florence, risque économique, changement climatique, Red (Team) Analysis Society, risque géopolitique, risque politique, assurance, alerte, prospective stratégique, conseil, California Fire, tempête de neige
Les ponts et tunnels du MTA se préparent à la tempête d'hiver par la Metropolitan Transportation Authority de l'État de New York des États-Unis d'Amérique
Depuis janvier 2018, la génération climatique de risques massifs se poursuit, avec, en janvier et mars, deux tempêtes d'hiver dans le nord-est et l'est du pays. Les tempêtes violentes ne sont certainement pas une nouveauté aux États-Unis, mais le coût supplémentaire de ces deux phénomènes atteint 3,3 milliards de dollars, si l'on considère que le coût moyen de deux tempêtes d'hiver, calculé après la compilation des coûts de ces catégories spécifiques d'événements, est de 1,7 milliard de dollars (NOAA, Des milliards de dollars d'événements liés à la météo et au climat : résumé des statistiques, 2018). En d'autres termes, l'intensité historique de ces deux tempêtes est parfaitement en accord avec les effets d'intensification anticipés du changement climatique.

Une série de violentes pluies et de grêles ont frappé le sud-est au printemps 2018. Leur coût atteint plus de 3,8 milliards de dollars, contre une moyenne de 1 milliard (ibid. NOAA). L'été 2018 a commencé par une vague de chaleur meurtrière dans le Nord-Est et au Canada, où elle a fait 33 victimes en juin et juillet. En juillet, l'incendie de Spring Creek dans le Colorado s'est transformé du jour au lendemain en un "tsunami" qui a duré des semaines. (Mathew Brown, "Sous l'effet du changement climatique, les feux de forêt remodèlent l'Ouest des États-Unis Les feux de forêt aux États-Unis ont carbonisé plus de 10 000 miles carrés jusqu'à présent cette année”, Le Denver Post4 septembre 2018).

Le coût supplémentaire de tous les événements météorologiques extrêmes survenus aux États-Unis entre janvier et le 9 octobre 2018, c'est-à-dire la veille de l'arrivée de la super tempête Michael, et donc en incluant "Florence", s'est élevé à 240 milliards de dollars (NOAA, "Des milliards de dollars pour les catastrophes liées à la météo et au climat : Série chronologique”). Florence elle-même pourrait avoir causé entre 20 et 30 milliards de coûts en dommages ("Les conséquences de l'ouragan Florence auraient causé entre 20 et 30 milliards de pertes dues aux inondations et aux vents, selon une analyse coréologique”, Corelogicle 24 septembre 2018). Etant donné que les analystes des assurances estiment que "Michael" coûtera certainement environ 50 milliards de dollars ("L'ouragan Michael coûtera près de 53 milliards de dollars", Le groupe PerryManLe coût total atteint déjà 290 milliards de dollars, sachant que ce qui reste d'octobre, puis de novembre et de décembre pourrait leur réserver de mauvaises surprises.

Le changement climatique, générateur de risques économiques

Ces multiples incendies augmentent en surface et donc en coût. En d'autres termes, ce sont de puissants dangers. Pourtant, l'une des définitions du risque est l'incertitude induite par l'interaction possible entre le danger et l'enjeu (Nassim Nicholas Taleb, Le cygne noir, l'impact d'un phénomène hautement improbable, 2008). Il se trouve que partout dans le monde, donc aux États-Unis, le renforcement du changement climatique devient un générateur croissant de risques, qui interagit avec de multiples acteurs et facteurs économiques, et donc d'enjeux économiques et sociaux (Kimberly Amadeo, "Faits et effets du changement climatique sur l'économie”, L'équilibre11 septembre 2018). Ces enjeux se nourrissent les uns les autres et interagissent avec la société, la mondialisation et notre planète.

En d'autres termes, les exemples utilisés dans cet article ne sont que quelques-uns parmi tant d'autres qui créent la réalité émergente encadrée par l'installation des sociétés contemporaines sur la "Terre de défi", définie par le déchaînement des forces toujours renforcées du changement climatique et océanique, également connu sous le nom d'ère Anthropocène (Clive Hamilton, Terre de défi, Le sort des humains dans l'Anthropocène, 2017). Cela signifie que les sociétés et les économies contemporaines sont littéralement liées au changement climatique et océanique croissant, au chaos croissant et à la prolifération des dangers et des risques qu'il induit.

Des risques économiques liés au climat à la guerre commerciale entre la Chine et les États-Unis

Cette hybridation entre l'évolution économique américaine et le chaos climatique s'approfondit, en raison des coûts multispectraux induits par le changement climatique.

Nous pouvons le constater, par exemple, dans l'agriculture américaine, qui est touchée par la multiplication et l'intensification des longues sécheresses, y compris celle qui sévit actuellement. Si les sécheresses sont une caractéristique récurrente de l'histoire du climat américain, leur intensification et leur combinaison avec la perte de neige accumulée, la diminution du débit des cours d'eau, la perte d'humidité de la couche arable, la sécheresse de la végétation et le manque de précipitations dans le contexte de l'évolution des paramètres climatiques, sont en accord avec les effets du changement climatique. On peut notamment considérer que ces phénomènes ont commencé dans les années 2000, et plus particulièrement depuis 2010, avec, entre autres, la sécheresse du sud-est des États-Unis et du Mexique de 2010 à 2013, la sécheresse américaine de 2012 à 2015, qui a prolongé la situation de 2010 à 2013 dans le nord des États-Unis, et la dramatique sécheresse de la Californie de 2011 à 2017 (Les sécheresses aux États-UnisWikipedia et Peter Folger, "La sécheresse aux États-Unis, les causes et la compréhension actuelle”, Congressional Research Service, 2017).

Ces sécheresses et les nombreuses vagues de chaleur, qui se produisent pendant ces longues périodes de sécheresse, mettent l'agriculture américaine sous pression. Les coûts supplémentaires qui en découlent augmentent pour les agriculteurs : l'eau doit être apportée au bétail et aux champs, tandis que la productivité des champs diminue, en raison de la dessiccation de l'humidité de la couche arable, de la migration des parasites et de la fatigue des plantes (Folger, ibid).

Cette perte de productivité s'hybride actuellement avec la situation de guerre commerciale qui oppose les États-Unis et la Chine. En effet, la Chine a décidé d'augmenter les taxes sur ses importations de céréales américaines, sachant que la Chine est actuellement le principal importateur de produits agricoles américains ("La Chine frappe l'agriculture américaine par des représailles“, SouthWest Farm Press16 juin 2018). Ainsi, pour l'agriculture américaine, les coûts et les incertitudes liés au changement climatique se combinent aux incertitudes générées par la guerre commerciale décidée par le président Donald Trump en avril 2018 (David Shepardson, Steve Holland, "Trump veut $12 milliards pour aider les agriculteurs américains victimes de la guerre commerciale", Reuters, 24 juillet 2018, Rick Newman, "La guerre commerciale de Clear Evidence trump frappe les agriculteurs américains”, Yahoo Finance15 août 2018 et Ken Silverstein, "Les relations avec les agriculteurs américains sont salies par la position sur les biocarburants et la guerre commerciale“, Forbes10 septembre 2018).

 

Il se trouve que depuis le 24 septembre 2018, le secrétaire américain au commerce a imposé de nouveaux droits de douane sur 200 milliards de dollars de marchandises chinoises, aggravant ainsi largement la "guerre commerciale" initiée par le président Donald Trump contre la Chine en avril 2018. Pékin a immédiatement riposté en imposant des droits de douane sur 60 milliards de dollars de marchandises américaines (Will Martin, "La Chine revient en force avec des droits de douane sur $60 milliards de marchandises américaines”, Initié aux affaires18 septembre 2018). Certains analystes et commentateurs craignent que les nouveaux tarifs ne se retournent contre eux et n'aient un impact sur les prix des biens de consommation sur le marché intérieur, et donc sur le consommateur américain (Scott Lincicone, "Voici les 202 entreprises lésées par les tarifs de Trump”, Reason.com14 septembre 2018).

En outre, ces incertitudes agricoles et commerciales se conjuguent à l'accumulation des dommages et des coûts induits par l'intensification des catastrophes climatiques et météorologiques, telles que Harvey, Irma, Florence et Michael, qui sont supportés par les propriétaires de biens et de terres, ainsi que par les activités, les assurances et les réassurances connexes. Cela signifie que le changement climatique use le tissu même de l'économie américaine, tandis que l'économie doit faire face aux incertitudes économiques et géopolitiques actuelles, tant au niveau national que mondial.

Un autre niveau de risque est la façon dont l'intensification de la guerre commerciale va avoir de multiples impacts directs et indirects sur le comportement économique des États-Unis et de la Chine, les deux puissances mondiales de la croissance. En attendant, une question reste réellement posée aux acteurs économiques : comment s'adapter au fait que les événements climatiques extrêmes pourraient bien proliférer et s'intensifier, alors que les coûts de la "destruction destructrice" qu'ils entraînent risquent de dépasser la théorie de la "destruction créative" ancrée dans la pensée économique contemporaine ? Par exemple, si nous ne prenons en compte que ce qui s'est passé en 2017 et 2018 sur les côtes et dans l'arrière-pays de l'Atlantique sud-est des États-Unis et du golfe du Mexique, les coûts persistants des ouragans Harvey et Irma en 2017 semblent être équivalents à ceux de "Florence" et "Michael". Qu'arrivera-t-il au secteur de l'assurance si des événements similaires ou pires se produisent en 2019 ?

 

En d'autres termes, il est temps de penser au développement économique par la combinaison d'un monde multipolaire et divisé en temps de crise planétaire.

——-

Image en vedette : DOMAINE PUBLIC - Ce travailL'ouragan Florence [Image 14 de 14], du caporal-chef Isaiah Gomez, identifié par le DVIDS, doit respecter les restrictions indiquées sur le https://www.dvidshub.net/about/copyright.

À propos de l'auteurJean-Michel Valantin (PhD Paris) dirige le département Environnement et Géopolitique de la Société d'analyse (équipe) rouge. Il est spécialisé dans les études stratégiques et la sociologie de la défense, avec un accent sur la géostratégie environnementale. Son dernier livre Géopolitique d'une planète déréglée a été publié en novembre 2017 par Le Seuil.

Publié par Dr Jean-Michel Valantin (PhD Paris)

Le Dr Jean-Michel Valantin (PhD Paris) dirige le département Environnement et sécurité de la Société d'analyse (équipe) rouge. Il est spécialisé dans les études stratégiques et la sociologie de la défense, avec un accent sur la géostratégie environnementale. Il est l'auteur de "Menace climatique sur l'ordre mondial", "Ecologie et gouvernance mondiale", "Guerre et Nature, l'Amérique prépare la guerre du climat" et de "Hollywood, le Pentagone et Washington".

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

FR