En gardant à l'esprit le caractère complexe et fluide de la situation en Syrie, nous avons abordé les questions suivantes précédemmentDans cet article et les suivants, nous présenterons l'état actuel des choses et les différentes catégories d'acteurs qui combattent en Syrie et sur le territoire syrien, à savoir les groupes pro-Assad, les forces d'opposition modérées et les groupes "apparentés" aux Frères musulmans, Groupes islamistes luttant pour un État islamiste en Syrieles groupes liés à un Front djihadiste mondialet, enfin, les Kurdes en Syriesans oublier les acteurs externes. Scénarios pour l'avenir découleront de cette évaluation. Les scénarios évolueront ensuite, notamment en termes de vraisemblance, à partir des changements sur le champ de bataille et dans les interactions entre tous les acteurs.

principaux acteurs 3

Groupes pro-régime d'Assad

Le régime et le gouvernement de Bachar el-Assad ont perdu toute légitimité intérieure (sinon il n'y aurait pas de guerre civile) et une grande partie de la légitimité internationale, mais ils restent reconnus et soutenus notamment par la Chine et la Russie - qui ont toutes deux un droit de veto au conseil de sécurité de l'ONU -, l'Iran et l'Irak. L'Algérie, l'Irak et le Liban se sont opposés à la "décision de la Ligue arabe de donner à l'opposition le siège vacant de la Syrie" (The Guardian, 26 mars 2013), suspendu depuis novembre 2011.

Évaluation des forces du régime pro-Assad

Forces syriennes

Les groupes combattants syriens pro-Assad sont composés de l'armée régulière et des gardes républicains, ainsi que des milices pro-Assad (alaouites et composites - sunnites, chrétiens, druzes), toutes soutenues par les forces de sécurité et les forces de police. Tous les alaouites ne doivent pas être considérés comme soutenant le régime d'Assad, comme le montre la conférence organisée au Caire le 23 mars 2013 par des alaouites promouvant une "alternative démocratique" (...).Reuters).

Les détails ci-dessous sont résumés à partir de l'excellent rapport de Joseph Holliday, Le régime Assad : de la contre-insurrection à la guerre civile (mars 2013 pour le SIE).

Armée régulière et gardes républicains

Selon M. Holliday, la politique d'Al-Assad consiste uniquement à "déployer de manière sélective son noyau loyal de partisans militaires". En conséquence, "une estimation pratique de 65 000 à 75 000 soldats loyaux et déployables du régime syrien se dégage" des "forces armées syriennes, une base qui comprend plus de 300 000 soldats (y compris le personnel de l'armée de l'air et de la défense aérienne)" (p. 27). De ce chiffre il faut retirer les pertes, estimées par Holliday à 7620 tués et 30500 blessés à la fin décembre 2012 (voir tableau p.28), ce qui représente approximativement la moitié des troupes déployées estimées par le régime, partiellement ou totalement compensées par le recrutement (p.29). Comme le soulignent Holliday et l'International Crisis Group, ces hommes constituent cependant un " noyau dur de partisans du régime " (p.29). Une décentralisation du commandement et du contrôle, permettant la flexibilité et l'initiative des officiers de bas et moyen niveau, en fonction des conditions locales, a été mise en place durant l'été 2012 (Ibid).

Les forces de sécurité : Les Mukhabarat

(Pour une explication plus détaillée et plus claire, lire Holliday, annexe 3) Ils sont constitués de quatre services de renseignement, dont la "mission première était de "surveiller et d'intervenir de manière agressive contre les menaces intérieures potentielles pour le régime" (...).Campbell, 2009)." (p.54) Cependant, ils agissent désormais davantage comme des milices que comme des services de renseignement (p.30). En outre, chacun gère ses propres prisons. Chaque service est présent sur l'ensemble du territoire avec une branche dans chaque province. S'appuyant sur une interview qu'il a réalisée, Holliday écrit que "un ancien initié du régime a suggéré que [Les Mukhabarat] pourrait atteindre 200 000 agents et personnels de sécurité, mais ce chiffre pourrait inclure du personnel administratif et des informateurs et ne peut être vérifié" (p. 55), et, très probablement, tous ne sont pas des combattants. (p.30).

Milices ou forces paramilitaires
  • La shabiha: Un réseau d'" organisations de type mafieux ", " composé de réseaux de contrebande criminelle majoritairement alaouites dirigés par des membres de la famille élargie des Assad " (p. 16), mais aussi d'autres origines communautaires, lorsqu'il s'agit de zones sans population alaouite (p.17).
  • Comités populaires, ou Lijan sha'biya devenir tles forces de défense nationale, ou Quwat ad-Difa'a al-Watani: "Les populations minoritaires qui se sont armées pour protéger leurs villes et leurs quartiers des combattants anti-gouvernementaux" (p.16). Ils ont commencé à être formés et "officialisés" en tant que Forces de défense nationale, ou Quwat ad-Difa'a al-Watanidébut 2013, avec le soutien de l'Iran (p.31).
  • L'"Armée du peuple" ou Jaysh al-Sha'bi: "Les milices institutionnelles" existent en Syrie depuis le début des années 1980 (alors nommées... munazzamat sha'biya  avant qu'il ne devienne Jaysh al-Sha'bi au milieu des années 1980) (p.16). L'"Armée populaire" est composée des meilleurs combattants et des plus dignes de confiance des deux groupes précédents. Elle a été "entraînée et soutenue par le Corps des gardiens de la révolution islamique de l'Iran - Force Qods (IRCG-QF) et le Hezbollah libanais" (p. 30). On estime qu'il comptait 100.000 combattants à la fin de l'année 2011 (Holliday utilisant van Dam, 2011, et IISS Balance militaire 2011). Cependant, Holliday mentionne également que Le commandant iranien Mohammed Ali Jafari a parlé de "50.000 forces populaires" en septembre 2012 (p. 30).

Comme le souligne Holliday, la peur, les représailles, les massacres et les atrocités dont sont victimes les minorités de la part des extrémistes ne peuvent qu'augmenter le nombre de personnes qui rejoignent les différentes milices.

L'action de l'Iran auprès des milices soutiendrait Smyth(2013), selon lequel l'Iran se prépare également à une situation post-Assad en créant des sous-réseaux au sein de la communauté chiite syrienne, ainsi qu'en soutenant d'autres miliciens (sunnites). Holliday a suggéré un rôle iranien similaire dans une Syrie post al-Assad (p.32).

Forces étrangères 

Aux forces syriennes s'ajoutent des groupes étrangers comme le Hezbollah libanais, des groupes venant d'Irak avec le soutien de l'Iran comme l'Armée du Mahdi (Liwa al-Yom al-Mauwud de Muqtada al-Sadr), Asa'ib Ahl al-Haq, Kata'ib Hizbollah et la Force Quds des Gardiens de la Révolution iranienne (Ammar Abdulhamid, 2013; Smyth, 2013). Voir le rapport complet pour plus de détails, pp.11-12.

Mise à jour du 28 mai 2013

Lire la suite

Voir ici pour une bibliographie détaillée et une liste de sources primaires.

La Coalition nationale des forces de la révolution et de l'opposition syriennes (CN) et le Conseil suprême de commandement militaire conjoint (SJMCC ou SMC).

Regroupant diverses factions d'opposition et de combat, d'obédience plus ou moins modérée, la Coalition nationale des forces révolutionnaires et d'opposition syriennes (également traduit par Coalition nationale pour les forces de la révolution et l'opposition syrienne - Lund, 2013), qui a absorbé le précédent Conseil national syrien (Lund, 2013 : 12), a été formé en novembre 2012, poussé entre autres par les États-Unis et le Qatar. Il était initialement dirigé par Ahmed Moadh al-Khatib. Il a été reconnu par de nombreuses nations occidentales (voir la liste sur Wikipedia), par la Turquie, par les États arabes du Golfe (Arabie saoudite, Qatar, Bahreïn, Émirats arabes unis, Koweït et Oman), comme le "représentant légitime du peuple syrien". La Ligue arabe (à l'exception de l'Algérie, de l'Irak et du Liban) a reconnu la Coalition comme son "représentant légitime et son principal interlocuteur". Cette reconnaissance a été réaffirmée lors du récent sommet de la Ligue arabe à Doha le 26 mars 2013 (The Guardian).

Ensuite, le visage uni de l'opposition modérée syrienne - ainsi que sa modération - a été remis en question, notamment par l'élection de Ghassam Hitto au poste de Premier ministre du gouvernement intérimaire de l'opposition, recommandé par Mustafa Sabbagh, Secrétaire général de la Coalitionet soutenu par les Frères musulmans et le Qatar (voir la mise à jour du 8 juillet 2013 ci-dessous pour le changement de visage de " l'opposition modérée " avec la chute des Frères musulmans suite aux événements en Égypte). En conséquence, le président Al-Khatib a démissionné, confirmant qu'il se retirait le... 21 avril 2013 (Al Arabyia et AFP), tandis que certains dirigeants de l'opposition ont exprimé leur désapprobation, notamment au sein de l'Armée syrienne libre (ASL), refusant de reconnaître Hitto (ex. AFP 24 mars 2013). Voir la mise à jour du 8 juillet 2013 ci-dessous pour le changement de visage de " l'opposition modérée " avec la chute des Frères musulmans suite aux événements en Égypte.

Le CNS a créé le Conseil suprême de commandement militaire conjoint (SJMCC ou SMC) avec le général de brigade Salim Idriss élu chef d'état-major. Le SMC est censé intégrer et diriger les FSA et est organisé en cinq fronts (Front Est : Raqqa-Deir Ezzor et Al Hassakah - Front Nord : Aleppo et Idlib - Front central : Homs-Rastan - Front occidental : Hama-Latakia-Tartus - Front sud : Damas-Dar'a-Suwayda).

Syrie, gouvernorats syriens

Un rapport détaillé de l'analyste de la Syrie de l'Institut pour l'étude de la guerre, Elizabeth O'Bagy, sur cet effort peut être consulté à l'adresse suivante icimais elle doit être lue à la lumière de l'avis de la Commission. débat entre Debeuf et Lund sur la FSA.

Combien de combattants appartiennent au SMC ? Il s'agit d'une question cruciale, mais très difficile. Si nous utilisons les estimations de David Ignatius pour le Washington Post, nous pouvons lire que "Idriss et son Armée syrienne libre commandent environ 50 000 combattants supplémentaires, selon des sources rebelles" (Ignatius, 3 avril 2013). Cependant, Lund (4 avril 2013) dans son commentaire sur l'article d'Ignace pour Commentaire sur la Syrie remet en question ces estimations, compte tenu de la complexité et de la fluidité de la situation sur le terrain. O'Bagy, dans son rapport détaillé sur la FSA ne semble pas inclure d'estimation globale. Lund, dans son article sur la FSA (16 mars 2013) souligne que "Si toutes les factions qui se sont déclarées en faveur d'Idriss étaient additionnées, elles compteraient au moins 50 000 hommes, peut-être beaucoup plus." Cependant, comme il le souligne, ces groupes incluent certains qui appartiennent aussi à d'autres nexus, comme Suqour el-Sham qui fait partie du Front de libération de la Syrie (SLF), également connu sous le nom de Front islamique syrien de libération (SILF). Ainsi, si l'on considère le nombre de combattants "modérés", il faut soustraire des 50 000 tous les hommes qui combattent d'abord pour d'autres groupes, et qui ne sont donc que très vaguement affiliés au SMC.

Les NC et SMC sont ceux qui reçoivent l'aide "occidentale", qui est, officiellement, non létale, bien que, comme surveillé par le crowdsourcing et expliqué dans l'article de Chivers et Schmitt pour le New York Times (24 mars 2013), l'aide militaire " de la C.I.A. " (principalement un rôle consultatif) "des gouvernements arabes et de la Turquie" a trouvé son chemin en Syrie depuis début 2012. Pendant ce temps, une formation militaire, à petite échelle, " dirigée par les États-Unis, mais impliquant des instructeurs britanniques et français " serait assurée en Jordanie (Borger et Hopkins, 8 mars 2013, The Guardian). Il est donc crucial pour le CN et le CSM de présenter un front uni au monde, de rassurer quant à leur capacité d'action et de mobilisation des différents groupes et de réaffirmer leur modération, car ce n'est qu'à ces conditions qu'ils continueront à recevoir du soutien, voire à en augmenter le montant et à en changer la nature. La crainte des bailleurs de fonds potentiels est que l'aide et les armes fournies se répandent dans les groupes et non seulement alimentent le conflit syrien, mais favorisent également les débordements régionaux, tout en étant susceptibles de revenir dans les pays occidentaux, favorisant la violence dans un environnement rendu plus volatile par la crise.

La réunion du groupe des Amis de la Syrie à Istanbul, les 20 et 21 avril 2013 illustre ces interactions. Le secrétaire d'État américain John Kerry y a annoncé qu'une nouvelle enveloppe non létale destinée au SMC, d'un montant maximal de 130 millions de dollars, viendrait s'ajouter aux 117 millions déjà versés (AP, 20 avril 2013). La France et la Grande-Bretagne font pression pour modifier l'embargo sur les armes imposé par l'UE à la Syrie ; l'Allemagne est plus réservée mais annonce qu'elle l'accepterait (Spencer, 21 avril 2013, The Telegraph, EUbusiness, 22 avril 2013), tandis que les Pays-Bas seraient plus réservés (AP, 20 avril) et que les pays scandinaves s'y opposeraient (EUbusiness, 22 avril). La France et le Royaume-Uni ont laissé entendre qu'ils pourraient décider d'aller de l'avant même sans accord européen (Traynor, 14 mars 2013, The Guardian). L'UE a également décidé d'alléger son embargo pétrolier sur la Syrie pour soutenir le CN (EUbusiness, 22 avril).

Mise à jour du 28 mai 2013

La route vers Genève 2

Mise à jour 8 juillet 2013

La révolution égyptienne du 30 juin 2013 avec l'éviction du président Morsi et de ses affiliés Frères musulmans, le refus des Frères musulmans de rejoindre la nouvelle coalition et son appel au combat ont eu des implications immédiates pour le CNS en Syrie. En effet, le CNS était réuni à Istanbul pour élire un nouveau président. Après les discussions et les retards habituels, la défaite des Frères musulmans en Égypte a très probablement contribué, avec d'autres facteurs spécifiques à la Syrie, à ce que le CNS, soutenu par l'Arabie saoudite, soit élu président. Ahmad Al Assi Jarba élu, sur le Qatar a soutenu Mustafa Sabbagh, sachant que le Qatar est un partisan des Frères musulmans. Cependant, "le représentant de la confrérie", Farouq Tayfoura été élu l'un des deux vice-présidents de la Coalition nationale syrienne, signe que le groupe conserve une influence sur la politique d'opposition syrienne." (Erika Solomon, Khaled Yacoub Oweis, Reuters, 6 juillet 2013). Badr Jamous est secrétaire général.

Voir aussi

Mise à jour du 16 octobre 2013

Ce contenu n'est disponible que pour les membres, les stagiaires ou les lecteurs disposant du bon pack d'accès. log dans pour y accéder.
SMC Jan 2014
Une vignette de la cartographie en évolution

Lisez ensuite la mise à jour du 24 février 2014, le début d'une nouvelle phase.

Publié par Dr Helene Lavoix (MSc PhD Lond)

Dr Hélène LavoixPh. D. Lond (relations internationales), est la présidente-directrice générale de The Red Team Analysis Society. Elle est spécialisée dans la prospective stratégique et l'alerte pour les relations internationales et les questions de sécurité nationale et internationale. Elle s'intéresse actuellement à la guerre en Ukraine, à l'ordre international et à la montée de la Chine, au dépassement des frontières planétaires et aux relations internationales, à la méthodologie de la SF&W, à la radicalisation ainsi qu'aux nouvelles technologies et à la sécurité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

FR