(Conception artistique : Jean-Dominique Lavoix-Carli)

Les relations entre les deux superpuissances, les États-Unis et la Chine, dominent le monde international. Nous examinons ici la manière dont La Chine perçoit les relations étrangères américaines.

La façon dont les États-Unis perçoivent la Chine et dans quelle mesure ils considèrent cette dernière comme une menace, ce que cela implique en termes de futures actions américaines et les impacts sur le monde et pour les acteurs individuels sont les sujets de nombreux articles et analyses. Patrick Wintour présente de manière intéressante de telles analyses dans son article "La Chine renforce-t-elle son ambition de supplanter les États-Unis comme première superpuissance ?” (The Guardian, 22 septembre 2021).

Cependant, à l'aube de la troisième décennie du XXIe siècle, nous sommes confrontés non pas à un mais à deux acteurs extrêmement puissants sur la scène mondiale. Nous ne pouvons donc pas nous arrêter aux perceptions que les États-Unis ont de la Chine. Nous devons également examiner l'inverse, à savoir les perceptions de la Chine à l'égard des États-Unis.

Tel est l'objet de cet article, qui se concentre sur la manière dont la Chine perçoit les relations étrangères et la politique internationale américaines. Nous cherchons ainsi à comprendre la perception chinoise de l'ordre mondial américain. Dans une première partie, nous expliquons pourquoi les perceptions sont importantes en politique internationale et comment comprendre la perception de chaque acteur est essentiel pour créer une position internationale et une ligne de conduite valables. Nous donnons ensuite des exemples de la manière dont la Chine conceptualise la politique internationale. Enfin, en utilisant le fait que les visions et les perceptions sont historiquement construites, nous soutenons que la Chine utilise sa propre compréhension du monde international pour décrypter les actions internationales américaines et déchiffrer la vision américaine de la politique internationale. C'est ensuite dans ce cadre de compréhension que la Chine comprendra et évaluera les relations internationales américaines et concevra ses propres actions et réactions.

Les perceptions en politique internationale : pourquoi est-ce important ?

Une approche clé dans l'analyse de la stratégie et des relations internationales

Au moins depuis que Jervis a publié son livre fondateur Perception et mauvaise perception en politique internationale en 1976, les perceptions ont été couramment utilisées en politique internationale et en relations étrangères et reconnues comme très importantes. De même, en prenant en compte les biais et en cherchant à les atténuer, les perceptions sont un élément clé du renseignement et de l'analyse de la prospective et de l'alerte stratégiques (voir notre cours Atténuer les préjugés ainsi que notre cours sur Modélisation analytique). La pratique de l'équipe rouge et l'analyse en équipe rouge n'est rien d'autre que de prendre le point de vue de l'ennemi et, par extension, des autres acteurs. Par conséquent, le red teaming signifie fondamentalement être capable de percevoir le monde comme les autres.

Nous pouvons également affirmer que la prise en compte des perceptions des autres est beaucoup plus ancienne et constitue un élément fondamental de la stratégie, de la politique et des affaires internationales. Par exemple, la façon dont l'autre pense et perçoit le monde fait partie des conseils de Sun Tzu dans son ouvrage intitulé L'art de la guerre:

"Si tu connais l'ennemi et que tu te connais toi-même, tu n'as pas à craindre le résultat de cent batailles. Si tu te connais toi-même mais pas l'ennemi, pour chaque victoire remportée tu subiras aussi une défaite. Si tu ne connais ni l'ennemi ni toi-même, tu succomberas dans chaque bataille."

Sun Tzu, L'art de la guerreIII. (Attaque par stratagème), 18.

Utilisation des perceptions

Par conséquent, les perceptions, le fait de savoir et de comprendre qui perçoit quoi, est absolument vital pour les étudiants et les analystes de la politique internationale au sens large.

La logique des perceptions dans les relations étrangères et la politique internationale est la suivante. Pour agir dans le monde et réaliser votre vision et vos objectifs, vous devez notamment anticiper ce que les autres feront. Pour ce faire, vous devez comprendre comment ces autres perçoivent le monde, en plus de connaître leurs objectifs. Les autres se comportent de la même manière pour décider de leurs actions. Une fois que vous avez effectué cette analyse fondamentale, vous prenez en compte tous les autres éléments du pouvoir, y compris les capacités et leur perception.

Puis, à partir des interactions qui en résultent, une nouvelle situation se développe, qui est également comprise selon les perceptions. La révision des modèles perceptuels est en effet très rare (voir par exemple Anderson, Craig A., Mark R. Lepper, et Lee Ross, "Persévérance des théories sociales : Le rôle de l'explication dans la persistance d'informations discréditées“, Journal of Personality and Social Psychology, 1980, Vol. 39, No.6, 1037-1049 ; Cours en ligne sur Atténuer les préjugésCours en ligne sur Modélisation analytique).

Par conséquent, et comme l'a souligné Sun Tzu, si vous comprenez comment les acteurs perçoivent le monde, vous vous rapprochez un peu plus de la possibilité de les comprendre correctement, d'anticiper leurs actions et donc d'atteindre vos propres objectifs, puis votre vision.

Sans cette perception, vous avez toutes les chances de faire des erreurs et de ne pas atteindre vos objectifs.

Par conséquent, compte tenu du poids croissant de la Chine dans le monde du XXIe siècle, ainsi que de la tension et de la concurrence entre les États-Unis et la Chine, il est crucial, pour tous les acteurs, de tenir compte des perceptions chinoises.

La perception typique de l'ordre international par la Chine

Le système des hommages

Depuis le travail magistral de John Κ. Fairbank, "A Preliminary Framework" et l'effort éditorial correspondant. L'ordre mondial chinois : Les relations extérieures de la Chine traditionnelle (ed. John Κ. Fairbank, 1968), le "système de tribut" joue un rôle central dans notre compréhension de la manière dont la Chine a organisé et organise encore ses relations étrangères, en tant que fondement de cet ordre mondial chinois traditionnel. Les chercheurs sont d'accord, tendent à être en désaccord et modifient le cadre proposé par Fairbank (voir la bibliographie pour des exemples choisis). Néanmoins, ce cadre reste central.

Portraits d'offrandes périodiques (peintures documentaires officielles tributaires chinoises) - Dynastie Tang : Le Rassemblement des Rois (王會圖), par Yan Liben (閻立本, 601-673 de notre ère) - Cliquez ici pour y accéder sur Wikimedia Media Viewer ou ici pour Visionneuse de médias Zoom

Selon Fairbank (ibid. p.108), l'ordre mondial chinois est un cadre hiérarchique sino-centrique, historiquement construit, exprimé et informé par un ensemble de pratiques et d'idées qui définissent les relations entre la Chine et le reste du monde.

Au cœur du système, nous trouvons la Chine, Zhong Guo (中國/中国, l'État central, l'Empire du Milieu).

Les pays sont ensuite classés par cercles concentriques.

Le premier cercle est composé de :

"... la zone sinique, comprenant les affluents les plus proches et les plus semblables culturellement, la Corée et le Vietnam, dont certaines parties avaient été anciennement gouvernées par l'empire chinois, ainsi que les îles Liu-ch'iu (Ryukyu) et, à de brèves périodes, le Japon."

Fairbank, "A Preliminary Framework", p.108

Puis vient le deuxième cercle :

"... La zone asiatique intérieure, constituée de tribus et d'États tributaires des peuples nomades ou semi-nomades de l'Asie intérieure, qui n'étaient pas ethniquement et culturellement non chinois mais se trouvaient également en dehors ou en marge de l'aire de culture chinoise..."

Fairbank, "A Preliminary Framework", p.108

Troisièmement, nous avons le dernier cercle :

"La zone extérieure, composée de "barbares extérieurs" (wai-yi) [外夷 également barbares externes] en général, à une plus grande distance sur terre et sur mer, y compris finalement le Japon et d'autres États d'Asie du Sud-Est et du Sud et d'Europe qui étaient censés envoyer un tribut lors des échanges commerciaux. "

Fairbank, "A Preliminary Framework", p.108
Portraits d'offrandes périodiques (peintures documentaires officielles tributaires chinoises) - Dynastie Qing : Huángqīng Zhígòngtú par Xiesui (謝遂), 18ème siècle - Cliquez ici pour accéder au site web Wikimedia Media Viewer ou ici pour Visionneuse de médias Zoom - pour les pages détaillées, voir ici.

Les États d'Asie centrale sous les Qing, par exemple, appartenaient également à ce cercle (Hsiao-Ting Lin, "The Tributary System in China's Historical Imagination...", 2009).

Théories communistes de l'ordre mondial

L'encerclement des villes par les zones rurales

"Zhou Enlai, Mao Zedong et Lin Biao brandissant des exemplaires du Petit Livre rouge au palais Tiananmen à Pékin", 1er octobre 1967 (Domaine public via Wikimedia Commons).

Pendant la Révolution culturelle, en septembre 1965, le général Lin Biao, a publié son célèbre article "Vive la victoire de la guerre du peuple !", qui définit la théorie chinoise de l'encerclement des " villes " par les " zones rurales ".

Lin Biao a théorisé que les révolutions qui se produiraient de plus en plus dans le monde rural à travers la planète finiraient par encercler complètement les villes qui symbolisaient les pays riches. La République Populaire de Chine faisait bien sûr partie de cette propagation et de cet encerclement des zones rurales.

Les trois mondes de Mao

La partie restante de cet article est destinée à notre membres. Assurez-vous d'obtenir de vraies analyses et non des opinions ou, pire, de fausses nouvelles. Devenez l'un de nos membres et accédez à cet article. Log in si vous êtes membre.


Bibliographie

Cohen, Raymond, "La perception des menaces dans les crises internationales". Political Science Quarterly 93, no. 1 (1978) ;

Cranmer-Byng, J. L., "The Chinese Perception of World Order", Revue internationale, Winter, 1968/1969, Vol. 24, No. 1 (Winter, 1968/1969), pp. 166-171.

Fairbank, John Κ., "A Preliminary Framework", in L'ordre mondial chinois : Les relations extérieures de la Chine traditionnelleéd. John Κ. Fairbank, Harvard University Press 2013 (1968).

Hsiao-Ting Lin, "The Tributary System in China's Historical Imagination : China and Hunza, ca. 1760-1960", Journal de la Société royale asiatiqueThird Series, Vol. 19, No. 4 (Oct., 2009), pp. 489-507 (19 pages).

Jervis, Robert, Perception et mauvaise perception en politique internationale (Princeton, NJ : Princeton University Press, 1976, 2d ed 2017)

Jiang Yonglin, "Repenser la "Chine des Ming" : l'espace ethnoculturel dans un empire diversifié - avec une référence particulière au "territoire Miao".“, Revue d'histoire chinoise, 2 (2018), 27-78.

Schwak, Juliette, "Towards Post Western IRT : A Confucian reading of Northeast Asian international society", Congrès AFSP Aix 2015.

Zhang Feng, "Rethinking the 'Tribute System' : Broadening the Conceptual Horizon of Historical East Asian Politics", Revue chinoise de politique internationale, Vol. 2, 2009, 545-574

Zijia He, "Disparités entre les perceptions américaines et chinoises de la politique étrangère chinoise", MÉMOIRES DE FIN D'ÉTUDES DU CMC, 2018.

Wang Yuan-kang, "Expliquer le système de tribut : Pouvoir, confucianisme et guerre dans l'Asie orientale médiévale“, Journal of East Asian Studies 13 (2013), 207-232


Publié par Dr Helene Lavoix (MSc PhD Lond)

Dr Hélène Lavoix, PhD Lond (relations internationales), est le président/CEO de la Red Team Analysis Society. Elle est spécialisée en prospective et alerte précoce stratégiques (S&W) pour les questions de sécurité nationale et internationale. Elle se concentre actuellement sur la montée en puissance de la Chine, la pandémie de COVID-19, la méthodologie du SF&W, la radicalisation, les environnements extrêmes ainsi que sur les problématiques des nouvelles technologies (IA, QIS, monde virtuel) du point de vue de la sécurité internationale.

Rejoindre la conversation

14 commentaires

  1. C'est un article très intéressant sur la façon dont la Chine voit et perçoit le monde. Vous avez mentionné de manière très intéressante que les perceptions étrangères et internationales de la Chine sont cino-centriques. Je qualifie souvent la politique étrangère iranienne de persan-centrique. La civilisation ancienne est peut-être à l'origine de cette fausse perception.
    Merci beaucoup, Dr. Hélène Lavroi. Excellent discours.

    1. Merci beaucoup Fereydoun, comme toujours pour vos commentaires positifs. Je suis ravi que quelqu'un d'aussi bien informé que vous, et ayant une pratique réelle des relations internationales de haut niveau, apprécie mes recherches et mon travail.
      En fait, en nous appuyant sur votre commentaire, nous pouvons nous demander si la plupart des civilisations - à tout le moins les grandes civilisations - ont une approche égocentrique des relations étrangères. Et cela n'est peut-être pas faux, mais lié à la nécessité de poursuivre son intérêt personnel et d'assurer la sécurité de ceux qui sont gouvernés. Ce qui importe alors, c'est d'être également capable de comprendre que les autres pensent de la même manière, puis de faire l'effort de voir et de comprendre les perceptions des autres. Considérer les perceptions des autres peut aider à se rencontrer à mi-chemin si possible, ou en tout cas à mieux anticiper ce qui va se passer.
      Merci encore Fereydoun !
      Hélène

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

FR