(Direction artistique Jean-Dominique Lavoix-Carli
en utilisant une photographie créée par Pete Linforth)

Au cours des dernières décennies, les surprises stratégiques se sont accumulées et se sont accélérées au lieu de reculer. Elles continuent à le faire. La plupart des acteurs, des gouvernements et organisations internationales aux entreprises en passant par les citoyens, semblent être constamment et de plus en plus surpris par des événements qu'ils n'ont pas anticipés et auxquels ils ne sont donc pas préparés.

Dans cet article, nous explorons l'idée que l'une des raisons de cet état constant d'impréparation et de surprise pourrait être que nous ne sommes pas confrontés à des surprises mais à des chocs.

Cette idée de choc n'est pas inconnue des milieux militaires qui s'occupent de prospective stratégique et d'alerte précoce ou plus largement d'anticipation. Cette approche peut nous aider à mieux comprendre ce qui est actuellement à l'œuvre, notamment pourquoi nous ne sommes pas confrontés à un seul choc mais à une série de chocs. Ainsi, dans un premier temps, nous approfondissons la notion de choc et l'opposons à celle de surprise. Ensuite, nous expliquons que la surprise et le choc se situent tous deux dans un continuum de changements inattendus et nous expliquons la dynamique qui mène à un choc. Enfin, nous soulignons certaines conséquences de la prise en compte des chocs pour la prospective stratégique et l'alerte précoce, la gestion des risques et, plus largement, l'anticipation des crises.

Surprise et choc

Du printemps arabe à la pandémie de COVID-19

Une impréparation croissante

La pandémie de COVID-19 (par ex. Pourquoi le COVID-19 n'est PAS un événement Black Swan, l'apparition et la propagation de chaque variant du SRAS-CoV-2, la montée et le développement de l'État islamique, avec la série choquante de meurtres et d'attaques terroristes (voir Portail sur la guerre contre l'État islamique), les crises récurrentes des réfugiés en Europe, le printemps arabe (par exemple, Ellen Laipson, Ed, Seismic Shift: Understanding Change In The Middle EastStimson, 2011), par exemple, sont autant d'événements qui ont été de véritables surprises, compte tenu du manque de préparation et de la difficulté à concevoir puis à mettre en œuvre une réponse appropriée.

Vienne - Migrants le 5 septembre 2015, Westbahnhof
Vienne - Migrants le 5 septembre 2015, Westbahnhof

De même (en termes de surprise), l'échelle et la portée du chaos en Ukraine en 2013-2014, avec des suites jusqu'en 2022, constituent une autre série de surprises. Cela inclut l'incorporation de la Crimée dans la Fédération de Russie, avec des tensions accrues et inédites entre, notamment, les États-Unis, leurs alliés et l'OTAN d'une part, la Russie et ses partenaires d'autre part, et les impacts multidimensionnels de ces événements, par exemple sur les agriculteurs et le secteur agricole en Europe (Impacts du conflit en Ukraine - Géopolitique, incertitudes et affaires (3)novembre 2016 et Les leçons du conflit en Ukraine - Géopolitique, incertitudes et affaires (4), décembre 2016 ; Charles Clark, "Riot police in Brussels are struggling against 4,000 tractors blocking the streets“, Business Insider UK, 7 septembre 2015).

Il est fort probable que les crises à venir qui résulteront du dépassement des limites planétaires constitueront bientôt une autre série de "surprises" (par exemple Steffen et al., "The nine planetary boundaries", Stockholm Resilience Center, 2015 ; et panel 1 dans "Intervention à la Journée Alterre : Insoutenable ! Vers des solutions...", 21 janvier 2022).

Première série de causes explicatives de l'impréparation : communication et capacités

Une autre cause, connexe, pourrait évidemment être un manque généralisé de capacités adéquates pour examiner et prévoir correctement les questions cruciales. Notamment, de plus en plus, les membres du personnel qui traitent les questions de prospective stratégique et d'alerte précoce ne sont pas formés à la méthodologie de la prospective et de l'alerte précoce, ni - lorsque cela est nécessaire - aux relations internationales et aux sciences politiques.

Les chocs, une cause croissante d'impréparation

Cependant, si l'on s'inquiète de la situation décrite ci-dessus, il faut aussi envisager une autre explication : nous ne sommes pas seulement confrontés à des surprises mais à des chocs.

Un choc se combinerait alors avec les causes soulignées ci-dessus, telles que les difficultés de communication et l'absence de capacités appropriées, pour accroître encore l'incertitude, favoriser des réponses inadéquates à une surprise initiale et, par conséquent, multiplier les crises imprévues.

En effet, dans de nombreux exemples de surprise cités plus haut, un fort élément émotionnel est présent. Lorsque nous nous référons à eux, nous utilisons spontanément l'idée de choc.

L'"Occident" a été choqué par la rapidité avec laquelle la Russie a procédé à l'incorporation sans effusion de sang de la Crimée dans la Fédération de Russie (Ibid.). Il a été choqué, dans le cas de l'Ukraine, par le fait qu'une autre "révolution pacifique" n'ait pas débouché sur quelque chose de pacifique, sans heurts et heureusement accepté par tous (Ibid.). Le monde a été choqué qu'un avion commercial survolant une zone de guerre puisse être abattu (Ibid.). L'"Occident" est choqué de voir que la Russie se sent menacée par l'OTAN et n'accepte pas toutes les demandes profitant aux États-Unis (lire par exemple l'excellent article de James Dobbins, Senior Fellow, Distinguished Chair in Diplomacy and Security, "L'OTAN doit-elle fermer ses portes ?“, Blog de Rand, 2 février 2022).

Manifestations après l'attaque terroriste en France, 11 janvier 2015
Manifestations après l'attaque terroriste en France, 11 janvier 2015

La " communauté " internationale dans son ensemble a été choquée par la progression apparemment soudaine de ce qui était alors l'État islamique d'Irak et d'Al-Sham (ISIS) au cours de la première partie de 2014 ("Chronologie des événements liés à l'ISIL“, Wikipedia). Elle a été choquée par le massacre des Yazidis (par exemple Raya Jalabi, "Qui sont les Yazidis et pourquoi Isis les chasse ?“, The Guardian11 août 2014). Elle a été choquée par les horribles vidéos de décapitation et d'incinération du pilote jordanien (H. Lavoix, "L'État islamique, marionnettiste des émotions", 5 février 2015). Elle a été choquée par les différents attentats terroristes, à commencer par celui de Paris en janvier 2015, sans oublier ceux de Tunisie et d'ailleurs, même si certains ont été déjoués plus par miracle que par une quelconque action préventive (par exemple "L'attaque du train Thalys en 2015“, Wikipedia; pour une liste des instances d'attentats terroristes pour la seule première partie du mois de janvier 2015, H. Lavoix, Les opérations psychologiques de l'État islamique - La guerre des mondes, 19 janvier 2015).

Les gens et les gouvernements ont été choqués à plusieurs reprises par les migrants du Moyen-Orient et d'Afrique qui se sont noyés ou ont gelé en essayant de rejoindre l'Europe ou l'Angleterre (par ex.La France identifie formellement 26 des 27 personnes décédées dans la tragédie de la Manche“, The Guardian, 14 décembre 2021 ; "Des migrants meurent de froid à la frontière biélorusse-polonaise", NPR, 21 novembre 2021 ; "2013 Naufrage du Lampedusa“, Wikipedia), par la photo d'un petit garçon mort (par exemple Jessica Elgot, "La famille d'un jeune Syrien échoué sur la plage essayait de rejoindre le Canada“, The Guardian, 3 sept 2015), par le simple flux de migrants, potentiellement réfugiés, entrant dans divers pays de l'Union européenne (par exemple, crise des réfugiés de 2015 : Le Gardien,mises à jour en direct“).

Comme pour la pandémie de COVID-19, le mot choc est aussi souvent utilisé (par exemple, le Parlement européen, L'incertitude et les chocs de la pandémie, novembre 2020 ; Caixa Bank, La crise du COVID-19 : un choc sans précédent, 15 avril 2020 ; Jillian MacMath, L'histoire derrière la photographie d'un charnier qui a choqué le monde entier.", Wales Online, 10 avril 2020). On peut aussi se demander si le choc n'est pas si fort que c'est la réalité de la pandémie elle-même qui est parfois niée.

Introduire les notions de "surprise" et de "choc".

En 2007, le projet "Tendances et chocs stratégiques" au sein du Bureau de planification politique du Secrétaire américain à la défense (OSD) a introduit l'idée de choc stratégique (Freier, Connues Inconnues, 2008 : 38, fn 5). Le nouveau concept a été défini comme suit :

"Un événement qui ponctue l'évolution d'une tendance, une discontinuité qui soit accélère rapidement son rythme, soit modifie sensiblement sa trajectoire, et, ce faisant, sape l'hypothèse sur laquelle reposent les politiques actuelles... Les chocs sont perturbateurs par leur nature même, et ... peuvent changer notre façon de penser la sécurité et le rôle des militaires". (École navale supérieure (NPS), Chaire de transformation, Réunion des chaires de transformation des forces, 2007)

Couverture des tendances stratégiques mondiales, jusqu'en 2045 - UK MOD

L'idée de choc est utilisée de manière similaire dans le programme de tendances stratégiques du ministère britannique du développement de la défense, du Concepts and Doctrine Centre (DCDC) et de ses produits (2007-2035; 2010-2040; 2014-2045; 2018 -2050 L'avenir commence aujourd'hui), et est défini comme

"Les événements - ou "chocs" - [qui] n'ont qu'une faible probabilité de se produire, mais en raison de leur impact potentiellement élevé, il est important d'en examiner certains plus en détail, ce qui permet de prendre d'éventuelles mesures d'atténuation." (Tendances stratégiques mondiales - Jusqu'en 2045(Ministère de la défense, DCDC, 2014 : ix)

Dans la dernière édition, l'idée de "chocs" est systématiquement ajoutée au concept de "surprise", mais n'est plus définie (2018 -2050 L'avenir commence aujourd'hui).

Jusqu'en 2007, la prospective stratégique et l'alerte précoce (P&A), c'est-à-dire "le processus organisé et systématique de réduction de l'incertitude concernant l'avenir qui vise à permettre aux décideurs de prendre des décisions liées à la sécurité avec un délai suffisant pour voir ces décisions mises en œuvre dans le meilleur des cas "**, ou plus largement les activités d'anticipation pour la sécurité nationale et internationale, étaient essentiellement axées sur la surprise.

"Surprise stratégique" se référait initialement à "les attaques militaires surprises"[3] (Grabo, Anticiper la surprise, 2004 : 1-2 ; J. Ransom Clark, La littérature de l'intelligence : Une bibliographie de documents, avec des essais, des critiques et des commentaires, “Analyse : Alerte stratégique", Muskingum University). Au cours de la première décennie du vingt-et-unième siècle, avec la prise de conscience de la complexité des problèmes et de la multidisciplinarité qui en découle et qui a un impact sur la sécurité nationale et internationale, l'idée s'est élargie à tout "des surprises d'une importance stratégique” (Crocker, "Treize réflexions sur la surprise stratégique", 2010 : 1).

Les surprises stratégiques correspondent à peu près à celles des futuristes".jokers" (événement à faible probabilité et à fort impact)** et à l'hypothèse de Taleb (2007 : 37, 272-273) "les cygnes gris"("des événements rares mais attendus qui sont scientifiquement traitables" - voir également H. Lavoix, "Les cygnes noirs de Taleb : la fin de la prospective ?“, The Red Team Analysis Society, 21 janvier 2013). Cela coïncide avec la manière dont le ministère de la Défense britannique utilise l'idée de choc, comme présenté ci-dessus. Nous pouvons également considérer que le terme inventé par Wucker "rhinocéros gris", définies comme des " menaces hautement probables, à fort impact mais négligées " correspond à certaines surprises stratégiques (Michele Wucker, Le rhinocéros gris : comment reconnaître les dangers évidents que nous ignorons et agir en conséquence., St. Martin's Press, 5 avril 2016).

Cependant, l'idée de joker et de surprise stratégique ne s'arrête pas là. En effet, en 2003, Steinmuller ("The future as Wild Card") a souligné que les cartes sauvages "changent notre cadre de référence" et, en 2007, Schwartz et Randall ("Ahead of the Curve" : 93) ont insisté sur la "dimension de changement de jeu" de la surprise stratégique.

Comme l'a souligné Freier (Ibid. 5-6), le choc stratégique et la surprise stratégique semblent être presque identiques. Avons-nous donc besoin de deux concepts différents ? Si oui, comment reconnaître un événement appartenant à la première catégorie d'un événement appartenant à l'autre ?

Selon Luttwak (La logique de la guerre et de la paix(Freier, 2001 : 4), la "surprise en guerre" doit suspendre la stratégie, même brièvement et partiellement. Ainsi, elle n'implique pas nécessairement une révision en profondeur de l'état d'esprit, comme on l'attend de l'idée de choc (Freier, Ibid : 8). Par conséquent, la surprise et le choc sont deux phénomènes différents, qui exigeront chacun des types d'actions spécifiques. SF&W ayant pour but d'être actionnable, alors perdre la spécificité de la surprise et du choc stratégiques ne peut que conduire à une moindre efficacité, alors que l'introduction d'une nouvelle idée pourrait, au contraire, être fructueuse.

Incendie de l'USS Arizona - Attaque de Pearl Harbor
Incendie de l'USS Arizona - Attaque de Pearl Harbor

Lorsque nous comparons différents chocs tels que donnés par divers auteurs, par exemple la crise financière de 1929, Pearl Harbour, la chute de l'Union soviétique, ou le 11 septembre (Naval Postgraduate School (NPS), 2007 ; Arnas, 2009 : 5), avec "la mauvaise performance de la machine militaire israélienne pendant la guerre Israël-Hezbollah de 2006" (Balasevicius, "Adapting Military Organizations to Meet Future Shock", 2009 : 9-10), il semblerait que tous ne soient pas équivalents.

Pourrait-on ainsi avoir un autre phénomène caché dans l'idée de choc ?

Même si la guerre israélo-hezbollah de 2006 a été un événement qui a changé la donne, donc un choc stratégique, car elle a obligé les militaires de diverses nations à revoir leurs perceptions et leurs concepts de la guerre (Balasevicius, 2009 : 10), en quoi est-elle différente des autres cas ?

La définition commune d'un choc le décrit comme suit

"Une collision violente, un impact, un tremblement ; un effet soudain et perturbateur sur les émotions, une réaction physique ; un état aigu de prostration suite à une blessure, une douleur ; une perturbation de la stabilité provoquant des fluctuations dans une organisation". 

Le dictionnaire Concise Oxford, 8e édition.

Beaucoup de ces éléments sont absents de la définition américaine de l'OSD. Néanmoins, le fait d'inclure l'étendue et la profondeur de l'impact émotionnel de l'événement dans l'idée de choc stratégique tend à confirmer et à expliquer la distinction précédente entre les cas. Cela souligne également la subjectivité d'une catégorisation en chocs - ou surprises - car les acteurs et les populations directement impliqués sont plus susceptibles de ressentir un choc plus profond que des acteurs sans lien entre eux.*** Inclure l'émotion renforce la différence avec la surprise stratégique.

Pourtant, si la surprise stratégique et le choc stratégique sont différents, comment un événement, par exemple Pearl Harbour, pourrait-il être classé dans les deux catégories (Arnas : 1-2 ; Hans Binnendijk, 2008 ; Grabo, 2004 ; Wohlstetter, 1962, etc.)

Surprise et choc sur le continuum des changements inattendus

Freier (2008 : 7-8) et Balasevicius (2009 : 9) soulignent que la surprise et le choc sont deux phénomènes similaires sans "point de rupture scientifique" entre les deux, le choc étant lié à un degré plus élevé d'impréparation en termes de politique, de stratégie et de planification.

Si nous utilisons également la définition du dictionnaire Oxford du mot "choc", nous devons alors considérer que la réaction émotionnelle (prostration, panique) accentue la perturbation, rendant plus difficile la recherche de réponses adéquates. Par ailleurs, la propagation de l'effet émotionnel à d'autres acteurs peut modifier à la fois l'impact initial du choc et la planification politique et stratégique qui en découle. Le potentiel de déstabilisation à long terme est donc amplifié par la profondeur et la portée d'un choc.

Par conséquent, si un événement est un choc stratégique, il est aussi une surprise stratégique, alors que l'inverse n'est pas vrai. Les surprises stratégiques et les chocs stratégiques sont tous deux des changements inattendus survenant dans l'environnement d'une société ou d'une politique et auxquels les acteurs vont et doivent réagir. Les chocs impliquent une coordination considérablement plus difficile que la surprise, en raison, notamment, de la profondeur et de l'ampleur de l'émotion créée. Ainsi, la surprise stratégique et le choc stratégique sont deux idéaux-types situés sur le continuum du changement inattendu et classés selon la facilité avec laquelle les humains coordonnent leurs activités avec les changements dans leur environnement plus large - ces changements qui ont causé la surprise ou le choc, selon le cas - pour la sécurité et finalement la survie (Lavoix, "Strategic Foresight and Warning", 2010 : 3 en s'appuyant sur Elias, Heure, 1992).

Or, tous les événements susceptibles de se produire et de constituer des chocs sont le résultat d'une dynamique. Ils ne surviennent pas de manière inattendue.

En fait, deux processus possibles, qui ne s'excluent pas mutuellement, sous-tendent un choc et son niveau. Le premier processus possible a lieu lorsqu'un acmé (violence et impact), une nouvelle étape dans la dynamique de l'escalade, est atteint. Cette nouvelle étape sera alors perçue comme un phénomène à la fois nouveau et soudain, même si, en réalité, l'événement s'est construit de manière inaperçue, et n'était donc ni soudain ni totalement nouveau.

Le second processus résulte d'une accumulation d'altérations de broyage non perçues ou mal perçues (pas nécessairement liées à une escalade), qui conduisent à un changement. Ce dernier prend alors les caractéristiques d'un choc, par exemple un point de basculement (voir également Elina Hiltunen, "Was It a Wild Card or Just Our Blindness to Gradual Change ?", 2006 : 61-74). Cette idée de point de basculement a été relevée par le ministère de la Défense des États-Unis lorsqu'il a déclaré,

"Les chocs peuvent être soudains et violents, et sont souvent imprévus. Ils peuvent également se produire lorsqu'un système passe un point critique et subit un changement de phase. Ce type de choc résulte de l'accumulation progressive de changements dans un certain nombre de variables (par exemple, l'augmentation de la violence et de la fréquence des ouragans suite à l'augmentation de la température des océans)."

United States Joint Forces Command, 2008 : 3

L'idée de "catastrophe rampante", telle que décrite par Steinmüller (2003 : 6-7), peut être considérée comme un mélange des deux processus.

Ainsi, un choc et son niveau résultent à la fois de l'impact inhérent à la dynamique en jeu (et qui devrait idéalement être observé), y compris les conséquences émotionnelles, et de nos perceptions, car la brutalité de la perception renforce et transforme la composante émotionnelle de l'impact, en y ajoutant la composante propre aux chocs. A son tour, une nouvelle conscience naîtra (Damasio, Le sentiment de ce qui se passe : Body, L'émotion et la prise de conscience, 1999).

En termes d'élaboration de politiques et de décisions, il est extrêmement important de considérer que nous sommes en proie à des chocs.

En effet, tout d'abord, on peut supposer que les chocs successifs auxquels nous avons été confrontés depuis une dizaine d'années ont probablement nui - ou contribué à le faire en plus d'autres facteurs - à une prise de décision adéquate, ce qui nécessite idéalement une analyse objective à froid.

Deuxièmement, non seulement l'existence d'un choc, mais aussi la répétition des chocs impliquent que le changement d'état d'esprit, y compris la façon dont nous pensons à la sécurité, à la géopolitique, à la prospective stratégique, etc.

Par conséquent, les chocs succèdent aux chocs et sont plus susceptibles de le faire jusqu'à ce que l'évolution nécessaire des mentalités ait lieu et donc jusqu'à ce que des réponses adéquates soient trouvées.

Notons que, là encore, nous trouvons des éléments qui indiquent qu'un changement de paradigme est probablement à l'œuvre (voir H. Lavoix, "Vers un nouveau paradigme ?“, 2012).

Anticiper les chocs futurs : quelques conséquences pour la prospective stratégique et l'alerte précoce

La conséquence la plus importante pour la S&T se situerait au niveau analytique, avec un élargissement de l'objet d'analyse. En effet, lorsqu'on essaie de prévoir et d'avertir d'une surprise, on s'intéresse principalement aux autres, en termes d'intentions, de capacités et d'actions. On analyse ce qui est extérieur à soi à travers les événements qui nous tombent dessus.

Si nous voulons être attentifs aux chocs, nous devons consacrer autant d'attention analytique à nous-mêmes, non seulement à l'institution où se trouve le bureau de SF&W, mais aussi à notre société et à notre politique. Compte tenu de la manière dont la réflexion sur le renseignement et la sécurité et, par conséquent, les agences d'État et les bureaux d'entreprise sont généralement organisés, c'est-à-dire avec une séparation nette entre les domaines national et international, il s'agirait d'un changement majeur. Pour les États, cela exigerait des discussions éthiques si l'on veut respecter la liberté individuelle. Une législation appropriée devrait être créée et votée.

Nous devrions également inclure dans l'évaluation de nos impacts les émotions, en suivant en quelque sorte Gigerenzer ("Out of the Frying Pan into the Fire : Behavioral Reactions to Terrorist Attacks", 2006). Nous devons inclure des domaines tels que les médias et l'Internet dans la propagation, le renforcement ou l'atténuation des émotions.

Drapeau de Daesh
Drapeau de Daesh

Cela est d'autant plus important si l'on considère l'utilisation généralisée et croissante des réseaux sociaux par tous les acteurs. Par exemple, l'État islamique a fait un effort constant pour déclencher des émotions fortes par sa propagande dans les médias et sur les réseaux sociaux (voir nos La série des psyops de l'État islamique). Les "programmes d'anti-radicalisation" destinés à faire face à la menace des combattants étrangers de l'État islamique devaient inclure les émotions. Les programmes de réinsertion des ex-combattants devront également tenir compte des émotions et des réseaux sociaux.

Les efforts visant à inclure tous ces éléments dans l'analyse d'anticipation doivent se poursuivre.

La recherche de chocs futurs mettrait également à l'épreuve le principe d'intelligence consistant à "dire la vérité au pouvoir", car l'autosurveillance impliquerait l'analyse de la politique, passée, présente et prévue, et de ses conséquences. Entre-temps, nous devrions également tenir compte des conséquences involontaires de nos actions, comme l'ont souligné Crocker (Ibid.), Nolan, MacEachin et Tockman (Discours, dissidence et surprise stratégique2007).

Notre lutte contre les préjugés devrait être élargie aux préjugés induits par l'émotion, comme nous le faisons ici depuis 2011 lorsque nous donnons des conférences au niveau du master dans les universités, et bien sûr dans notre programmes de formation. Peut-être plus difficile, les biais induits par les émotions doivent également être intégrés dans nos évaluations d'impact (voir par exemple (Hélène Lavoix, "Géopolitique, incertitudes et affaires (6) : L'impact psychologique des attentats terroristes d'État islamiques“, The Red Team Analysis Society, 6 février 2017). Au vu des réactions de l'ensemble de la société à la pandémie de COVID-19, il semble évident que de fortes émotions sont à l'œuvre et doivent être prises en compte.

L'élargissement de la portée analytique affectant l'impact, la probabilité et le calendrier, aurait à son tour des conséquences sur la hiérarchisation des questions.

Enfin, une approche par les chocs pourrait changer la façon dont l'horizon scanning est réalisé, car l'exploration des signaux faibles en fonction des enjeux pourrait être complétée et recoupée avec une identification de l'émergence de signaux faibles pertinents pour les dynamiques menant potentiellement à des chocs au sein de nos sociétés (pour plus de détails sur les signaux faibles et la surveillance, voir H. Lavoix, "Analyse d'horizon et surveillance pour l'anticipation : définition et pratique“, 2019)

L'ajout du choc stratégique à la surprise stratégique en tant qu'élément central de la prévision stratégique et de l'alerte précoce ne peut qu'améliorer notre efficacité à assurer la sécurité nationale et internationale et à gérer les questions présentant des enjeux géopolitiques. Cela contribuerait également à accélérer le changement d'état d'esprit probablement nécessaire et donc l'adoption progressive de réponses adéquates à la multitude de problèmes qui assaillent le monde.

Notes et Bibliographie

Notes

*Cet article est la troisième édition, entièrement révisée et mise à jour, d'un article initialement écrit pour le RSIS, Singapour : H. Lavoix "Looking Out for Future Shocks", Résilience et sécurité nationale dans un monde incertainEd. Centre d'excellence pour la sécurité nationale, (Singapour : CENS-RSIS, 2011).

**La définition que nous utilisons ici et sur tout le site web a été compilée à partir de Thomas Fingar, "Mythes, craintes et attentes,” & “Anticiper les opportunités : Utiliser l'intelligence pour façonner l'avenir;” Payne Distinguished Lecture Series 2009 ; Réduire l'incertitude : le renseignement et la sécurité nationaleLecture 1 & 3, FSI Stanford, Série de conférences de la CISAC, 11 mars 2009 et 21 octobre 2009 ; Jack Davis, "Alerte stratégique : Si la surprise est inévitable, quel rôle pour l'analyse ?Centre Sherman Kent pour l'analyse des renseignements, Occasional Papers, Vol.2, Number 1 ; Cynthia M. Grabo, Anticipating Surprise: Analysis for Strategic Warning(Lanham MD : University Press of America, mai 2004) ; Kenneth Knight, "Centré sur la prévoyance : Un entretien avec l'officier de renseignement national américain pour l'alerteseptembre 2009, McKinsey Quarterly.

*** "Un joker est un développement ou un événement futur ayant une probabilité relativement faible d'occurrence mais un impact probablement élevé sur la conduite des affaires", BIPE Conseil / Copenhagen Institute for Futures Studies / Institute for the Future : Wild Cards : Une perspective multinationale(Institute for the Future, 1992), p. v ; L'idée a ensuite été popularisée par John L. Petersen, Out of the Blue, Wild Cards et autres grandes surprises(The Arlington Institute, 1997, 2nd ed. Lanham : Madison Books, 1999).

****Voir également la notion de "groupes cibles" pour la sélection des wild cards, John L. Petersen et Karlheinz Steinmüller, "Wild Cards," (en anglais) The Millennium Project: Futures Research Methodology, Version 3.0, Ed. Jerome C. Glenn et Theodore J., 2009, Ch 10, p.3.

Bibliographie

Arnas, Neyla, "Introduction", dans Neyla Arnas Ed, Combattre le hasard : Tendances mondiales et chocs dans l'environnement de la sécurité nationale(CTNSP, NDU Press, Potomac Books : Washington D.C., 2009).

Balasevicius, Major T., "Adapter les organisations militaires aux chocs futurs," Journal de l'armée canadienne, vol. 12.2 (été 2009).

Binnendijk, Hans, présentation à la conférence de l'Institute for national Strategic Studies, "Strategic Re-Assessment : From Long Range Planning to Future Strategy and Forces, National Defense University, 4 juin 2008.

Clark, J. Ransom,La littérature de l'intelligence : Une bibliographie de documents, avec des essais, des critiques et des commentairesAnalyse : Alerte stratégique".

Crocker, Chester A. "Thirteen Reflections on Strategic Surprise", Georgetown University, 2007, réimprimé dans Le brouillard de guerre impénétrable : réflexions sur la guerre moderne et la surprise stratégique, Ed. Patrick Cronin, (Praeger Security International, 2008).

Damasio, Antonio, Le sentiment de ce qui se passe : Body, L'émotion et la prise de conscience(Heinemann : Londres, 1999).

Elias, Norbert, Le temps : un essai(Oxford : Blackwell, 1992).

Freier, Nathan, Connues Inconnues : Les "chocs stratégiques" non conventionnels dans le développement de la stratégie de défense (Carlisle, PA : Peacekeeping and Stability Operations Institute et Strategic Studies Institute, U.S. Army War College, 2008).

Gigerenzer, Gerd, "De la poêle à frire au feu : réactions comportementales aux attaques terroristes", Analyse des risques, Vol. 26, No. 2, 2006.

Grabo, Cynthia M. Anticipating Surprise: Analysis for Strategic Warning(Lanham MD : University Press of America, mai 2004), sous la direction de Jan Goldman

Hiltunen, Elina, "Était-ce un joker ou juste notre aveuglement face au changement progressif ? Journal of Futures Studies, vol. 11, n° 2, novembre 2006, p. 61-74.

Laipson, Ellen, Ed., Seismic Shift: Understanding Change In The Middle EastStimson, 2011.

Lavoix, Hélène, "Strategic Foresight and Warning : an Introduction", in Hélène Lavoix, Ed. Prospective et alerte stratégiques : Naviguer dans l'inconnuRSIS, 2011.

Luttwak, Edward N., Stratégie : La logique de la guerre et de la paix (Cambridge, MA : Harvard University Press, 2001 2e édition).

Naval Postgraduate School (NPS), président de la transformation, réunion des présidents de la transformation des forces : Visions of Transformation 2025 - Shocks and Trends, 21 février 2007.

Nolan, Janne E. et Douglas MacEachin, avec Kristine Tockman, Discourse, Dissidence et surprise stratégique dans la formulation de la politique de sécurité américaine en période d'incertitude (Washington, D.C., Georgetown University, Institute for the Study of Diplomacy, 2007).

Pham, Michel Tuan, "Emotion et rationalité : A Critical Review and Interpretation of Empirical Evidence," Review of General Psychology2007, Vol. 11, No. 2, 155-178.

Schwartz, Peter, et Doug Randall, "Chapitre 9, Ahead of the Curve : Anticipating Strategic Surprise", in Francis Fukuyama, ed. Blindside : comment anticiper les événements fortuits et les jokers dans la politique mondiale (Washington DC : Brookings Institution Press, 2007).

Steinmüller, Karlheinz, "The future as Wild Card. Une brève introduction à un nouveau concept", Berlin, 2003.

Taleb, Nassim Nicholas, Le cygne noir : l'impact du très improbable. (New York : Random House, 2007).

Département de la défense des États-Unis, Joint Operating Environment : Trends & Challenges for the Future Joint Force through 2030, (Suffolk, VA : United States Joint Forces Command, 2008).

Wohlstetter, Roberta, Pearl Harbor : Avertissement et décision, (Stanford, CA : Stanford University Press, 1962).

Publié par Dr Helene Lavoix (MSc PhD Lond)

Dr Hélène LavoixPh. D. Lond (relations internationales), est la présidente-directrice générale de The Red Team Analysis Society. Elle est spécialisée dans la prospective stratégique et l'alerte pour les relations internationales et les questions de sécurité nationale et internationale. Elle s'intéresse actuellement à la guerre en Ukraine, à l'ordre international et à la montée de la Chine, au dépassement des frontières planétaires et aux relations internationales, à la méthodologie de la SF&W, à la radicalisation ainsi qu'aux nouvelles technologies et à la sécurité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

FR