(Direction artistique : Jean-Dominique Lavoix-Carli)

La contre-offensive ukrainienne de septembre 2022 contre la Russie est saluée comme un grand succès. Le président ukrainien Volodymyr Zelensky remercie les " vrais héros " qui ont permis une " libération très rapide " de 8000 km2 au 14 septembre 22 " à l'est, notamment dans l'oblast de Kharkiv, et au sud, notamment dans l'oblast de Kherson ", (ex. BBC News, 12 septembre 22 ; CNN, 14 septembre 22).

Pourtant, le président américain Joe Biden et d'autres responsables américains, ainsi que la ministre allemande de la Défense Christine Lambrecht ont d'abord mis en garde contre un sentiment de " victoire prématurée ", de " tournant dans la guerre ", même s'ils reconnaissent les gains territoriaux (Lolita Baldor et Ellen Knickmeyer, "US leaders avoid victory dance in Ukraine combat advances", AP, 13 septembre 22 ; Reuters, "Too early to tell if Ukraine counter-offensive is turning point, Germany says", 14 septembre 22). Avec le temps, au 18 septembre, le président Biden est apparu beaucoup plus confiant dans une interview, déclarant qu'"ils sont en train de vaincre la Russie" (Reuters, "Zelenskiy promet de ne rien lâcher alors que les troupes ukrainiennes franchissent la rivière Oskil dans le nord-est du pays.", 19 septembre 2022).

Que va-t-il advenir?

Dans cet article, nous allons d'abord souligner brièvement pourquoi il est important d'examiner un ensemble complet de scénarios, et pourquoi cela est encore plus important dans le contexte d'une guerre où l'information est dégradée par l'utilisation de la propagande ou opérations psychologiques. Ensuite, nous nous concentrerons non pas sur le scénario favorisé par l'Occident, qui prédit une victoire de l'Ukraine, car ce scénario est bien connu, mais sur un autre scénario, différent du récit le plus courant. Nous l'appellerons le Scénario Rouge, en référence au red teaming (prendre le point de vue de l'ennemi). Nous présenterons principalement des explications plutôt qu'un véritable récit scénaristique (story-telling), utilisant des cartes retraçant l'évolution du contrôle du terrain en Ukraine par les deux protagonistes, établies quotidiennement par l' Institute for the Study of War. Nous présenterons d'abord nos principales hypothèses, puis nous développerons un récit explicatif en fonction des phases de la guerre.

La nécessité de scénarios alternatifs

Les scénarios utiles et exploitables sont constitués d'un ensemble dont les probabilités évoluent.

De nombreux commentateurs ont tendance à se concentrer sur un seul scénario mettant en évidence une victoire ukrainienne et une défaite russe. L'actuelle contre-offensive ukrainienne va de pair avec la "débâcle", la "déroute", le "désastre", la "désintégration" de la Russie, etc. Il s'agit bien d'un scénario. Son récit se déroule plus ou moins comme suit :

La contre-offensive actuelle annonce des succès à venir pour l'armée ukrainienne, tout en révélant des problèmes profonds au sein des forces russes qui entraîneront une série de défaites, jusqu'à ce que Moscou soit vaincu.

Cependant, une bonne prospective doit envisager tous les scénarios possibles (voir FAQ sur les scénarios), même ceux qui sont improbables, contraires à ses objectifs ou désagréables. En fait, ces scénarios sont encore plus intéressants, car ce sont ceux qui permettent de planifier au mieux, de contrer réellement l'ennemi et enfin de remporter la victoire et le succès.

La probabilité de voir un scénario se réaliser est en fait quelque chose qui est séparé du récit du scénario lui-même. Les variables clés d'un ensemble de scénarios sont utilisées à la fois pour élaborer le récit et pour évaluer la probabilité du scénario. Pourtant, créer un scénario spécifique pour cet ensemble ne signifie pas que ce scénario est plus probable qu'un autre. Un bon ensemble de scénarios doit envisager tous les scénarios possibles. Ensuite, en fonction de la réalité, la probabilité de chaque scénario est évaluée, varie et évolue. C'est là que les scénarios deviennent les plus utiles, car ils permettent d'orienter les politiques. Toutefois, pour pouvoir atteindre ce noble objectif, nous devons d'abord disposer d'un ensemble complet de scénarios, et pas seulement de quelques scénarios agréables qui correspondent à nos objectifs, nos croyances et nos souhaits.

Surmonter la propagande potentielle

En outre, une victoire ukrainienne rapide par des héros dans le cadre d'une déroute russe pourrait également être une manière de raconter les événements qui fait partie des opérations d'information (I/Os - psyops) de l'Ukraine et de ses alliés (voir Hélène Lavoix, "Guerre de l'information et guerre en Ukraine“, The Red Team Analysis Society, 24 mai 2022). Plus surprenant mais pas impossible, cela pourrait même faire partie des entrées/sorties et de la tromperie russes, car la Russie est censée être passée maître dans l'utilisation de "contrôle réflexe" (refleksivnoe upravlenie / рефлексивного управления).

Comme l'information se dégrade pendant la guerre et que nous ne saurons avec certitude ce qui se passe réellement sur le terrain que lorsque les archives seront ouvertes, c'est-à-dire dans 30, 60 ou 100 ans selon les cas et les pays, nous devons nous appuyer sur des scénarios. Les scénarios permettent d'émettre des hypothèses et de prendre en compte l'incertitude, ce qui est essentiel lorsque les informations sont insuffisantes ou de qualité douteuse. En outre, ils nous aideront à élargir nos horizons, à poser des questions dérangeantes et à sortir des sentiers battus.

Un scénario rouge - Principales hypothèses

Notre première hypothèse pour ce scénario est que la Russie a deux objectifs territoriaux majeurs en Ukraine et seulement deux.

Le premier objectif territorial, tel que déclaré lorsque la Russie a lancé son "opération spéciale", est de libérer et de protéger le territoire des deux républiques séparatistes du Donbass : la République populaire de Donetsk (RPD) et la République populaire de Louhansk (RPL) (Discours du Président de la Fédération de Russie, 24 février 2022, 06h00, Kremlin, Moscou).

Le second objectif peut être déduit de la même adresse russe, et consiste à protéger la Crimée (Ibid.). Il s'agit de créer une profondeur stratégique pour la péninsule, qui permettrait de la protéger de toute menace ukrainienne.

Canal de Crimée du Nord. Il relie le Denpr au réservoir de Kakhovka à l'est de la Crimée. Berihert, CC BY-SA 3.0via Wikimedia Commons

L'importance de cet objectif est soulignée par l'une des premières actions de l'armée russe le 24 février 22, donc au tout début de la guerre. Elle a rétabli le débit d'eau du canal de Crimée du Nord (Pivnichno-Krymskyi kanal) entre le fleuve Dniepr en Ukraine et la Crimée, qui avait été coupée par l'Ukraine en 2014 (Reuters, “Les forces russes débloquent le flux d'eau pour le canal vers la Crimée annexée, selon Moscou," 24 février 2022).

Ces objectifs territoriaux sont indiqués sur la carte ci-dessous. La taille de la profondeur stratégique nécessaire pour la Crimée est une estimation et peut varier en fonction d'autres facteurs. C'est par rapport à cette carte que les opérations menées ailleurs seront évaluées.

Guerre en Ukraine 2022 - Objectifs russes - Scénario rouge (sur fond de carte ISW)

La deuxième hypothèse est que les dirigeants russes ne sont ni fous, ni stupides, ni complètement déconnectés de la réalité, ni aucun des épithètes extrêmes et des assertions émotionnelles sans fondement qui ont été formulés à propos des autorités politiques russes. Cela ne signifie pas que les dirigeants ne peuvent pas être surpris. Comme pour tout système, les analyses et les évaluations peuvent être erronées. Les actions peuvent ne pas se dérouler comme prévu. Le brouillard de la guerre opère.

La troisième hypothèse, ou plutôt le principe, est que si quelque chose ne peut être expliqué ou compris en utilisant un raisonnement et un cadre de compréhension antérieurs, il est probable que le raisonnement initial est défectueux.

Un scénario rouge - Les phases de la guerre

Phase 1 - du 24 février 2022 au 29 mars 2022

Créer les conditions de la conquête du sud (en dehors des oblasts de Donetsk et de Louhansk).

Compte tenu des objectifs territoriaux russes pour ce scénario, toutes les opérations menées en dehors des oblasts de Donetsk, Luhansk, Kherson et de la partie sud de Zaporizhzhia sont soit des opérations de "leurre", soit des opérations de "négociation".

Ils visaient à concentrer l'attention et les efforts de l'ennemi et de ses alliés sur des objectifs non essentiels, voire faux. Au mieux, si des gains sont obtenus, ils seront utilisés en échange lors de la négociation, contre le territoire qui constitue le véritable objectif, ou contre d'autres objectifs essentiels tels que la neutralité de l'Ukraine.

Cette phase s'est terminée le 29 mars 22. Puis, dans le cadre des négociations qui se déroulent à Istanbul, le ministère russe de la défense a annoncé qu'il allait "réduire fondamentalement l'activité militaire en direction de Kiev et de Tchernihiv" afin "d'accroître la confiance mutuelle en vue de futures négociations visant à convenir et à signer un accord de paix avec l'Ukraine" (DW; Asia Times 29 mars 22).

En ce qui concerne ses objectifs territoriaux, en un mois, la partie russe a réussi à créer une profondeur stratégique pour la Crimée en prenant une grande partie des oblasts de Kherson et de Zaporizhzhia. Elle a fait la jonction avec l'oblast de Donetsk ou plutôt, du point de vue russe, avec la RPD. Elle a donné à cette dernière sa connexion à la mer. Enfin, elle a conquis une grande partie de Luhansk.

Cependant, pratiquement aucun progrès n'a été réalisé dans la partie occidentale de l'Oblast de Donetsk, qui est restée fortement aux mains des Ukrainiens. Là, la "ligne de contact" de 2015 fait office de quasi-frontière où une guerre d'usure a commencé et durera.

Tous les autres gains territoriaux et opérations - ce qui inclut Kiev, malgré les croyances occidentales - étaient secondaires ou faisaient partie des opérations psychologiques russes et pouvaient être abandonnés pour consolider le territoire pris qui fait partie des objectifs.

" Ligne de contact " ou " ligne de contact " : "Une étendue de terre qui sépare les personnes touchées par le conflit et résidant dans les zones contrôlées par le gouvernement (GCA) et les zones non contrôlées par le gouvernement (NGCA) dans l'est de l'Ukraine" (UNOCHA). Il s'étend sur environ 420 km. Il n'a pratiquement pas bougé entre 2015 et février 2022 (ICG, Le conflit dans le Donbas en Ukraine). Défini dans le Ensemble de mesures pour la mise en œuvre des accords de Minsk, 12 février 2015.

Le 1er avril 2022, les massacres de Bucha et d'autres endroits autour de Kiev sont alors révélés, suscitant une indignation générale (par exemple, Eliot Higgins, "Les "faits" russes concernant Buca contre les preuves“, Bellingcat, 4 avril 22). Les négociations se sont arrêtées, malgré l'espoir initial de la Turquie de les voir se poursuivre (Le Sabah quotidien, “La Turquie s'attend à de nouveaux pourparlers de paix entre la Russie et l'Ukraine, déclare le ministre des Affaires étrangères Çavuşoğlu.", 7 avril 22).

Phase 2 - avril 2022

Retrait du nord et repositionnement des forces sur des objectifs territoriaux réels avec, comme "zone leurre" potentielle, l'oblast de Kharkiv.

Tout au long du mois d'avril, les forces russes se sont retirées de tous les territoires du nord, comme indiqué à la fin du mois de mars. Elles ont repositionné leurs forces là où le territoire compte en termes d'objectifs principaux et ont commencé à consolider ce qu'elles avaient déjà conquis. Pendant ce temps, elles ont également commencé à progresser lentement vers la conquête ou la libération, selon le camp, du territoire de l'oblast de Luhansk pour la LPR et de l'oblast de Donetsk pour la DPR.

Le seul territoire restant qui n'appartient pas à leurs objectifs principaux se trouve dans l'oblast de Kharkiv. Cette zone pourrait alors être utilisée comme "leurre" ou comme moyen de coincer les forces ukrainiennes dans des zones qui n'ont pas d'importance pour la partie russe. Le lent retrait de la région de Kharkiv a alors commencé.

Phase 3 - mai 2022 à ce jour

Guerre d'attrition, libération/conquête du territoire des oblasts de Luhansk et Donetsk, en gardant autant que possible les oblasts du sud.

Phase 3-1 - La conquête de l'oblast de Luhansk - La guerre d'usure ailleurs

Le 25 juin 2022, à Louhansk, Severodonetsk est entièrement tombé aux mains de l'armée russe (ISW, Évaluation de la campagne offensive russe, 25 juin). Lysychansk a suivi le même chemin le 2 juillet et la frontière de l'Oblast de Luhansk a été atteinte le 3 juillet (ISW, Évaluation de la campagne offensive russe, 3 juillet).

L'Oblast de Kharkiv reste une zone dispensable et n'appartient pas aux véritables objectifs russes. Elle est en partie aux mains des Russes, mais à la mi-mai, les forces ukrainiennes ont repris une petite partie de ce territoire, à l'est de Kharkiv (ville).

Ailleurs, la ligne de front a à peine bougé par rapport aux périodes précédentes. La guerre d'attrition s'est installée, avec des objectifs plutôt offensifs dans l'Oblast de Donetsk et défensifs dans les Oblasts de Kherson et de Zaporizhia.

En supposant que les nouvelles armes que l'Ukraine a reçues de ses alliés occidentaux, notamment des États-Unis, ainsi que le soutien des services de renseignement et des forces spéciales, et les actions ukrainiennes qui en découlent ne changent pas la situation stratégique de la Crimée, il est probable que la Russie cherchera principalement à consolider ses gains dans le sud.

La partie occidentale de Donetsk reste cependant apparemment obstinément hors de portée. Comme il s'agit du dernier objectif à atteindre, elle devrait être au centre de la prochaine phase.

Phase hypothétique 3-2 - Conquérir Donetsk, garder ce qui a été pris et mettre fin à la guerre ?

Encore un contrôle réflexe ?

La Russie doit trouver un moyen de conquérir ce qui reste de l'oblast de Donetsk, ce qui représente une grande partie du territoire et exige de vaincre la défense ukrainienne retranchée. En attendant, elle doit aussi préserver ce qui compte, le territoire conquis qui correspond à ses véritables objectifs.

Il s'agit également de contrer la contre-offensive ukrainienne officiellement lancée le 29 août 22, mais avec des prémisses plus anciennes (Reuters, "L'Ukraine déclare que l'offensive méridionale tant attendue a commencé.", 29 août 2022, Oleksiy Yarmolenko, Tetyana Lohvynenko, "L'armée russe a sacrifié une offensive massive dans le Donbas pour renforcer sa position dans le sud.', 12 août 22).

Le 14 septembre, les troupes ukrainiennes ont reconquis 8000 km2 de l'oblast de Kharkiv (DW, "L'Ukraine stabilise les gains de la contre-offensive dans le nord-est du pays", 14 septembre 2022). Notamment, l'armée ukrainienne a pu mobiliser suffisamment d'hommes, avec une stratégie intelligente pour surprendre "les forces russes plutôt réduites de la 144e division motorisée renforcée par des unités indépendantes disparates" (Michel Goya, "1918 en Ukraine ?“, La Voix de l'Epée, 11 septembre 2022). Les forces russes n'ont pas vraiment combattu et les "forces russes massives stationnées à Izium se sont retirées vers l'est" (ibid.). Izium a été repris par l'Ukraine (Ibid.). En fait, d'après les cartes ci-dessous, le territoire libéré semble s'être stabilisé le 12 septembre, et même jusqu'au 18 septembre avec des déclarations différentes cependant (voir ci-dessous).

Quelle que soit la rhétorique utilisée pour expliquer les succès ukrainiens dans l'oblast de Kharkiv, qu'il s'agisse du retrait des troupes russes pour les repositionner ailleurs (les Russes, par exemple, n'ont pas eu le temps de s'en rendre compte). Télégramme du ministère de la Défense) ou la simple défaite dans la perte d'un territoire (par les analystes occidentaux et les blogueurs militaires nationalistes russes et les discussions à la Douma comme le souligne l'ISW "Évaluation de la campagne offensive russe, 13 septembre"), il n'en demeure pas moins que le territoire détenu à Karkhiv ne faisait pas partie des principaux objectifs russes. Cette zone pouvait, bien sûr, avoir une utilité tactique, opérationnelle et stratégique, mais elle ne faisait pourtant pas partie des objectifs russes. En outre, sa valeur pour l'obtention de gains territoriaux à Donetsk n'était peut-être pas si élevée compte tenu de l'absence de résultats au cours des mois précédents. Le fait de la perdre n'est donc peut-être pas aussi crucial que les commentateurs, quelle que soit leur nationalité, y compris russe, peuvent le penser, si - et c'est un "si" essentiel - une nouvelle ligne de front est établie le long de la rivière Oskil, ou le long de la frontière de l'oblast de Louhansk.

La " reconnaissance " russe de la défaite à Kharkiv, saluée par l'Occident comme une nouveauté (voir les détails dans ISW, "Évaluation de la campagne offensive russe, 13 septembre") peut ne pas avoir beaucoup d'importance non plus, tant qu'elle n'est pas suivie d'autres défaites ou d'une série de défaites dans des zones correspondant aux principaux objectifs territoriaux. Dans cette optique, la perte d'une très petite partie de l'oblast de Louhansk le 10 septembre peut être beaucoup plus importante, si elle devait être suivie d'autres pertes.

En outre, compte tenu de la pratique russe du contrôle réflexif et des opérations psychologiques, nous ne devons pas oublier la possibilité que non seulement le changement de rhétorique concernant la victoire ukrainienne à Kharkiv - c'est-à-dire la reconnaissance par la Russie de sa défaite à cet endroit - mais aussi, et surtout, la perte très rapide de territoire, puissent en fait faire partie d'une opération d'information.

Cela pourrait être une version russe de Opération FortitudeLorsque les alliés ont trompé les Allemands sur l'endroit où ils allaient débarquer le jour J, par exemple. En termes de contrôle réflexif, on peut imaginer que les Russes ont agi de telle manière qu'ils ont provoqué la décision de l'Ukraine et de ses alliés d'attaquer militairement la région de Kharkiv.

Une incohérence soulignée par les experts militaires est un indice possible d'une éventuelle tromperie. Les spécialistes s'interrogent sur l'incapacité de l'armée russe à détecter "cinq brigades blindées-mécanisées près du front à Zmiv", malgré toutes les capacités du renseignement russe (Goya, "1918 en Ukraine ?"). Les seules explications proposées sont un échec de l'évaluation tactique dans la chaîne de commandement et un manque de compréhension au plus haut niveau (par exemple, Goya, "1918 en Ukraine ?"). Bien sûr, ces explications peuvent très bien être correctes. Pourtant, une possibilité n'est pas envisagée : serait-il possible que la détection ait eu lieu et que rien n'ait été fait, volontairement, parce que quelque chose d'autre est à l'œuvre, en l'occurrence une tromperie.

Les questions auxquelles nous devrions réfléchir seraient alors les suivantes : quel serait l'intérêt des dirigeants russes à ne pas défendre et donc à perdre des territoires ? Puis à reconnaître la défaite ? Quels objectifs cela pourrait-il servir ? Les réponses à ces questions sont multiples. Par exemple, en ce qui concerne la reconnaissance de la défaite, l'ISW détails certaines d'entre elles, notamment en termes de politique intérieure russe ayant des répercussions sur l'Ukraine. À cela, nous devrions également ajouter des réponses, par exemple, qui seraient liées au repositionnement réel des forces russes et pro-russes sur des objectifs majeurs, à l'immobilisation des troupes ukrainiennes loin des principaux objectifs russes, ainsi que des réponses liées à la création de conditions qui pourraient favoriser une confiance excessive dans les forces ukrainiennes.

Bien sûr, une alternative serait que les Russes ont effectivement essayé de concentrer leur effort de guerre ailleurs, étant donné que l'oblast de Kharkiv ne faisait pas partie des objectifs principaux, que les services de renseignement américains et ukrainiens l'ont repéré et qu'ils ont intelligemment profité de la stratégie russe. Si une opération de "contrôle réflexif" était à l'œuvre, elle se serait retournée contre les Russes.

Quelle que soit l'explication, l'avancée ukrainienne signe également la disparition de la dernière position non clé détenue par la Russie, alors qu'une grande partie de l'oblast de Donetsk reste à conquérir. Il faut établir une nouvelle ligne de front qui sera une ligne de défense pour protéger l'oblast de Luhansk, c'est-à-dire, dans une perspective pro-russe, la LPR. Cette nouvelle ligne de front pourrait longer la rivière Oskil avec comme villes principales Logachevka-Dvorichana -Kupyansk-Boroza-Lyman, rejoignant éventuellement la rivière Siverskyi Donets. Cela permettrait à la Russie de conserver l'usage de la voie ferrée et de protéger la "frontière" de la LPR.

Cependant, le 19 septembre 22, l'Ukraine serait déjà sur la rive orientale dans certaines zones, et se battrait pour conserver cette position, tandis que la Russie tenterait de repousser les forces ukrainiennes (par exemple ISW, "Évaluation de la campagne offensive russe, 18 septembre"), ou en ont le contrôle total selon les forces armées ukrainiennes et le président (Reuters, "Zelenskiy promet de ne rien lâcher alors que les troupes ukrainiennes franchissent la rivière Oskil dans le nord-est du pays.", 19 septembre 2022).

Si la Russie s'avérait incapable de construire et de tenir cette nouvelle ligne de front, ou si elle considérait que la menace s'est considérablement accrue compte tenu du soutien apporté à l'Ukraine, elle pourrait alors avoir recours à des attaques à plus longue portée derrière la ligne de front afin de perturber les avancées ukrainiennes, comme l'ont signalé les attaques menées durant la première partie du mois de septembre (par exemple, The Guardian, "Les frappes russes provoquent des coupures d'électricité et d'eau dans la région de Kharkiv en Ukraine.", 11 septembre), ou à d'autres moyens. Cela pourrait signifier une évolution vers un élargissement du champ de la guerre. La Russie pourrait justifier ces attaques par une stratégie similaire à celle de l'Ukraine, qui utilise désormais des armements à plus longue portée. un soutien tel que le renseignement fournis par ses alliés, notamment les Américainsainsi que des "mercenaires" et des "conseillers" étrangers.

Une fois la retraite, le maintien de la nouvelle ligne de front et le repositionnement effectués, les forces russes et pro-russes se concentreront probablement sur leurs principaux objectifs, l'oblast de Donetsk, tout en se défendant ailleurs, la rive droite du Dniepr dans l'oblast de Kherson - qui comprend Kherson - constituant une ligne de défense potentielle pour le sud.

Le choix d'une offensive sur l'oblast de Donetsk pourrait être soutenu par les avancées russes au sud de Bakhmut au cours de la deuxième semaine de septembre, comme le montrent les cartes ci-dessous. Des combats ont également lieu à Spirne, Adviivka et au sud de Marinka. Les avancées russes sont encore faibles en termes de superficie, et les mouvements en avant n'ont eu lieu que sur moins d'une semaine. Nous sommes donc plus dans le domaine des signaux que dans celui des certitudes.

Mettre fin à la guerre ? Patience et longueur de temps...

Enfin, nous pouvons réfléchir à la situation hypothétique suivante. Imaginons que la Russie conquière l'ensemble de l'oblast de Donetsk, et parvienne à conserver ce qu'elle a conquis ailleurs. Comment mettrait-elle alors fin à la guerre ?

La polarisation à l'œuvre en Ukraine et parmi ses alliés - c'est-à-dire les États-Unis et l'Europe, interdirait probablement toute négociation de paix permettant à la Russie et aux républiques séparatistes du Donbass de conserver le territoire conquis. (e.g. Reuters, "Zelenskiy promet de ne rien lâcher alors que les troupes ukrainiennes franchissent la rivière Oskil dans le nord-est du pays.", 19 septembre 2022)

Si nous supposons que les dirigeants russes sont bien conscients de cet écueil majeur, nous pouvons nous demander si l'une des stratégies russes possibles ne consiste pas à gagner du temps ou à être prêt à attendre que les conditions internationales aient changé.

Les acteurs clés dont les positions devraient changer sont les alliés de l'Ukraine. Ces derniers, du point de vue russe, doivent être favorables à l'arrêt de la guerre et à la conclusion d'un accord négocié reconnaissant le territoire conquis par la Russie, la RPD et la RPL, et probablement la neutralité de l'Ukraine.

Les autorités politiques russes pourraient ainsi se positionner pour une sorte de "guerre gelée intense" qui durerait au moins pendant l'hiver 2022-2023.

Ils parient que l'Europe notamment ne sera pas en mesure de passer un hiver sans énergie ou avec une situation énergétique compliquée, tandis qu'une profonde récession risque fort d'être déclenchée (Commentaire de Blackrock 12 septembre 2022 ; Jennifer Sor, "Selon BlackRock, l'Europe va entrer dans une grave récession en raison de la crise énergétique qui fait grimper l'inflation et pèse sur le PIB.", 12 septembre 2022).

Relativement, la Russie pourrait moins souffrir des sanctions auxquelles elle est confrontée, d'autant plus qu'elle bénéficie de la hausse des prix de l'énergie. En effet, par exemple, un document du ministère russe de l'économie prévoit que "les recettes russes provenant des exportations d'énergie atteindront $337,5 milliards cette année, soit une hausse de 38% par rapport aux recettes pétrolières de 2021" (Reuters, 17 août 22). Cependant, la Russie doit encore faire face à la récession et probablement à des dommages économiques à long terme (Bloomberg, "La Russie avertit en privé d'un dommage économique profond et prolongé", 6 septembre 22).

Néanmoins, la Russie est également plus susceptible de supporter la douleur avec plus de sérénité, par rapport aux populations européennes, qui montrent déjà des signes de rébellion face aux prix de l'énergie (Reuters, "Si vous ne pouvez pas payer, ne payez pas" - Un groupe italien appelle à la grève de la facture énergétique.", 15 septembre 2022).

En outre, les actions très agressives des États-Unis dans le monde entier, visant à rester le leader du monde et à imposer son ordre international, notamment contre la Chine, ne font que renforcer le partenariat et l'amitié entre la Russie et la Chine (par exemple, Al Jazeera, "Des délégations française et américaine se rendent à Taïwan alors que la tension avec la Chine s'exacerbe", 8 septembre 2022 ; Hélène Lavoix, "La guerre entre la Chine et les États-Unis - La dimension normative", le 4 juillet 2022, et "L’intérêt national américain", 22 juin 22, Le Red Team Analysis Society)Ministère des affaires étrangères de la République populaire de Chine, "Le président Xi Jinping rencontre le président russe Vladimir Poutine", 15 septembre 2022). Par conséquent, la Russie est susceptible d'avoir le temps de son côté. Enfin, la position américaine pourrait devenir incontrôlable, bouleversant fondamentalement le terrain stratégique mondial.

La Russie peut donc choisir d'attendre et de continuer à attendre, alors que la guerre se poursuit en Ukraine, avec son lot de souffrances et de difficultés, et que l'Europe et la Russie souffrent d'une profonde récession.

L'hiver arrive.

Image en vedette : Chars russes T-90 lors d'une parade dans la région de Volgograd ; 2010, www.volganet.ru, CC BY-SA 3.0via Wikimedia Commons.

Publié par Dr Helene Lavoix (MSc PhD Lond)

Dr Hélène LavoixPh. D. Lond (relations internationales), est la présidente-directrice générale de The Red Team Analysis Society. Elle est spécialisée dans la prospective stratégique et l'alerte pour les relations internationales et les questions de sécurité nationale et internationale. Elle s'intéresse actuellement à la guerre en Ukraine, à l'ordre international et à la montée de la Chine, au dépassement des frontières planétaires et aux relations internationales, à la méthodologie de la SF&W, à la radicalisation ainsi qu'aux nouvelles technologies et à la sécurité.

Rejoindre la conversation

1 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

FR