À partir de la mi-septembre 2022, le monde médiatique et politique occidental s'est emballé autour d'une menace russe d'Armageddon nucléaire. Face à un tel mal, l'Occident, soutenant l'Ukraine, ne peut que montrer son indignation, dévoiler la véritable nature malveillante de la Russie et accroître la pression pour tenter de dissuader la Russie, tel est le récit que nous entendons à longueur de temps.

Le 27 octobre 2022, l'agence de presse réputée Reuters a publié une fiche d'information sur la menace nucléaire russe.Factbox : Poutine a-t-il menacé d'utiliser des armes nucléaires ?". Parce qu'il s'agit d'une "factbox" et que c'est Reuters qui la publie, alors nous sommes censés croire non seulement ce qui est inclus dans l'article, mais aussi, et surtout, la conclusion implicite : La Russie est coupable de menacer sans raison le monde d'une frappe nucléaire.

L'article de Reuters est un parfait exemple de ce qu'il ne faut PAS faire si l'on veut avoir une compréhension claire d'un processus d'escalade. La façon dont Reuters examine les preuves conduit à une analyse biaisée, que ce soit intentionnellement, pour des raisons de propagande ou de politiquement correct, ou involontairement par manque de compétences analytiques.

Pouvez-vous faire mieux que Reuters ? Avec cet article, nous ouvrons un concours avec une récompense à la clé : la republication du meilleur résultat reçu en premier, sous forme d'un article complet, et une inscription gratuite à notre cours en ligne "Mitigating biases (EN)“.

Nous allons d'abord expliquer ce qui ne va pas dans l'analyse de Reuters. A partir de cette explication, nous soulignerons ce qui aurait dû être fait et ce que vous devez faire si vous voulez participer au concours. Partagez votre chronologie avec nous, soit en commentant cet article, soit en utilisant notre formulaire de contact (collez votre texte dans la boîte de message).

Pour vous aider, nous allons souligner ce que nous avons identifié, en sources ouvertes, comme un point de départ majeur de la peur actuelle de la "menace nucléaire russe".

Quel est le problème avec l'analyse de Reuters ?

Quand vous lisez l' article de Reuters, vous remarquez immédiatement que seules quelques déclarations sont présentées, qu'il ne s'agit le plus souvent que d'une phrase extraite d'un discours, sans contexte, que les références exactes (dates, lieu, type de discours) ne sont pas données et sont remplacées par un lien vers un autre article de Reuters. Ainsi, l'essentiel des discours et les raisons des déclarations sont perdus. Si le lecteur ne fait pas l'effort de lire l'autre article, en supposant que celui-ci soit impartial, il ne peut pas comprendre correctement la référence utilisée. Ce sont déjà des défauts majeurs pour une analyse correcte.

Ensuite, et c'est le problème majeur, dans la première et la dernière partie de l'article, seules les déclarations du côté russe sont soulignées.

Imaginez que vous regardiez un film, et que vous n'entendiez que ce que l'acteur A dit et ne voyiez que ce qu'il fait. Tout ce qui concerne les autres acteurs, B, C, D, etc. est mis en sourdine et le film est noirci quand ce sont leurs actions. Ce film ne serait ni très intéressant ni réellement compréhensible.

Pourtant, c'est ce que les lecteurs acceptent des journalistes - et malheureusement souvent des universitaires et des chercheurs. C'est également ce que de nombreux soi-disant analystes proposent aux décideurs.

Pourtant, les déclarations en politique internationale, surtout si l'on considère les enjeux d'une guerre nucléaire - destruction mutuelle assurée (DMA), ne peuvent JAMAIS être comprises si l'on ne prend pas aussi en compte ce que les autres acteurs expriment et font. De même, les actions ne peuvent être comprises sans tenir compte des actions pertinentes des autres. Notez que la politique intérieure et les interactions domestiques doivent aussi idéalement être prises en compte. Par politique, nous entendons ici l'ensemble de la sphère politique au sens le plus noble et le plus complexe du terme, et non la politique politicienne.

Dans cet exercice, nous nous limiterons toutefois aux déclarations internationales.

Une approche analytique correcte et ce que vous devez faire

Une fois que nous savons que la politique internationale est une question d'interactions, ce qui doit être fait est facile à comprendre.

Ce que vous obtiendrez n'est certainement pas le résultat final de l'analyse. Il s'agit toutefois de la base d'une bonne analyse. Une fois que vous aurez obtenu cette base, vous pourrez alors ajouter d'autres éléments pour affiner votre compréhension. Par contre, si vous ne faites pas cette première étape correctement, alors tout le reste sera très probablement faux, aussi brillants que soient vos autres raisonnements et bien documentés vos autres éléments d'information.

Nous devons construire une chronologie des déclarations pertinentes (et idéalement des actions) des acteurs concernés, et les lire et les comprendre chronologiquement comme des INTERACTIONS.

Ainsi, pour ce concours, ce que nous vous mettons au défi de faire est de reconstruire cette chronologie des principales déclarations pertinentes (avec les références appropriées).

Pour reprendre la métaphore cinématographique, nous vous demandons de faire apparaître les principaux acteurs concernés B, C, D, E, etc. aux côtés des acteurs russes et alliés A(s). Ce faisant, vous donnerez au public le son lorsque chacun parle - et pour les plus courageux d'entre vous - l'image lorsque chacun agit.

Vous pouvez poster la chronologie reconstituée ci-dessous dans les commentaires, avec un email valide si vous voulez être sûr de pouvoir gagner l'accès gratuit à notre cours en ligne ".Mitigating biases (EN)". Vous n'êtes pas obligé de donner votre vrai nom si vous avez peur de le faire, mais l'adresse électronique doit être valide. Vous pouvez également utiliser notre formulaire de contact (collez votre texte dans la boîte de message).

Comment tout a commencé

Pour vous aider, nous partageons avec vous ce que nous avons identifié comme le début de cette menace nouvellement perçue, telle qu'elle a été mise en évidence par les médias.

Reuters prend comme point de départ le discours télévisé à la nation du président russe Vladimir Poutine du 21 septembre 2022, tel que décrit dans l'article correspondant de Reuters : Guy Faulconbridge, "Poutine intensifie la guerre en Ukraine et lance une menace nucléaire à l'Occident“.

La véritable référence primaire est le Discours du Président de la Fédération de Russie, en relation avec le Décret sur la mobilisation partielle dans la Fédération de Russie, les deux étant datés du 21 septembre 2022, publiés sur le site Internet du Président de la Russie.

Pour bien comprendre ce qui se passe réellement, il faut lire le texte original du discours, et non le commentaire de Reuters. Il est préférable de lire les commentaires après les textes originaux.

Si vous lisez attentivement à la fois le discours original et la citation textuelle de l'article de Reuters, vous remarquez que le président Poutine souligne d'abord la perception de la menace ressentie par la Russie telle que créée par l'Occident, qu'il qualifie de "chantage nucléaire" :

"Washington, Londres et Bruxelles encouragent ouvertement Kiev à déplacer les hostilités sur notre territoire. Ils disent ouvertement que la Russie doit être vaincue sur le champ de bataille par tous les moyens, puis privée de sa souveraineté politique, économique, culturelle et de toute autre souveraineté et mise à sac.

Ils ont même eu recours au chantage nucléaire. Je fais référence non seulement au bombardement, encouragé par l'Occident, de la centrale nucléaire de Zaporozhye, qui fait peser la menace d'une catastrophe nucléaire, mais aussi aux déclarations de certains hauts représentants des principaux pays de l'OTAN sur la possibilité et l'admissibilité de l'utilisation d'armes de destruction massive - les armes nucléaires - contre la Russie."

Discours du Président de la Fédération de Russie, 21 septembre 2022, référence

Ce n'est qu'après cette explication des perceptions russes que nous trouvons la phrase du président Poutine soulignée par Reuters et d'autres comme la menace d'utiliser l'arme nucléaire :

"En cas de menace contre l'intégrité territoriale de notre pays et pour défendre la Russie et notre peuple, nous utiliserons certainement tous les systèmes d'armes à notre disposition. Il ne s'agit pas d'un bluff".

Discours du Président de la Fédération de Russie, 21 septembre 2022, référence

Ainsi, tout d'abord, lire l'intégralité d'un discours de manière chronologique nous donne un aperçu des perceptions et de la compréhension des autres, ce qui est vraiment essentiel pour une bonne analyse et encore plus important en termes de prospective et de prévention.

Deuxièmement, nous pouvons noter qu'il n'y a rien de nouveau ici dans la déclaration de Poutine, par rapport à la doctrine nucléaire russe, telle que détaillée dans le décret du président de la Fédération de Russie du 2 juin 2020 n° 355 - "Principes fondamentaux de la politique d'État de la Fédération de Russie sur la dissuasion nucléaire", notamment le paragraphe 19 (accès au texte par le Ministère des affaires étrangères de la Fédération de Russie - temps de chargement long - ou par Defense Media, Saint-Pétersbourg ; pour une analyse occidentale expliquant la crainte occidentale à l'égard de cette doctrine, Mark B. Schneider, "Russian Nuclear Threats, Doctrine and Growing Capabilities“, RealClear Defense, 28 juillet 2022).

19. Les conditions spécifiant la possibilité d'utilisation d'armes nucléaires par la Fédération de Russie sont les suivantes :

a) arrivée de données fiables sur un lancement de missiles balistiques attaquant le territoire de la Fédération de Russie et/ou de ses alliés ;

b) utilisation d'armes nucléaires ou d'autres types d'armes de destruction massive par un adversaire contre la Fédération de Russie et/ou ses alliés ;

c) attaque par un adversaire contre des sites gouvernementaux ou militaires critiques de la Fédération de Russie, dont la perturbation compromettrait les actions de réaction des forces nucléaires ;

d) agression contre la Fédération de Russie au moyen d'armes conventionnelles lorsque l'existence même de l'État est menacée.

Toutefois, de nombreux Américains ont tendance à percevoir la doctrine nucléaire russe comme une sorte de droit à utiliser l'armes nucléaire en cas de défaite contre l'Occident. Cette perception est désormais largement répandue comme étant la réalité de la doctrine nucléaire russe, même s'il ne s'agit que d'une interprétation américaine de cette doctrine. En effet, même aux États-Unis, cette interprétation fait l'objet de controverses. La perception et les controverses américaines sont bien décrites dans un document du Congressional Research Service américain : "Russia’s Nuclear Weapons: Doctrine, Forces, and ModernizationMis à jour le 21 avril 2022 :

"Cette doctrine a conduit certains analystes américains à conclure que la Russie a adopté une stratégie "d'escalade pour désescalader", où elle pourrait menacer d'utiliser des armes nucléaires si elle perdait un conflit avec un membre de l'OTAN, dans le but de convaincre les États-Unis et ses alliés de l'OTAN de se retirer du conflit. Les responsables russes, ainsi que certains universitaires et observateurs aux États-Unis et en Europe, contestent cette interprétation ; toutefois, les préoccupations relatives à cette doctrine ont alimenté les recommandations visant à modifier le dispositif nucléaire des États-Unis."

Congressional Research Service : "Russia’s Nuclear Weapons: Doctrine, Forces, and Modernization, Mis à jour le 21 avril 2022

Enfin, Poutine confirme ce qu'une lecture régulière de l'actualité internationale et un peu de mémoire nous apprennent : d'autres acteurs liés à l'OTAN ont fait des déclarations ou agi de telle manière qu'un sentiment de menace lié à la dissuasion nucléaire a été suscité en Russie.

Depuis 2007 pour la phase la plus récente, de nombreux épisodes de montée en tension concernant les menaces nucléaires peuvent être retracés à travers les interactions historiques entre l'Occident et notamment les Etats-Unis d'une part, et la Russie d'autre part, comme le rappelle Schneider (ibid.). Pour la dernière en date, qui nous concerne, le président Biden, dans une interview d'une heure enregistrée le 15 septembre 2022 et diffusée le 18 septembre, poussé par les spéculations du journaliste, a été le premier à fortement souligner une possible menace nucléaire russe :

Scott Pelley : Alors que l'Ukraine réussit sur le champ de bataille, Vladimir Poutine est embarrassé et poussé dans un coin. Et je me demande, M. le Président, ce que vous lui diriez s'il envisageait d'utiliser des armes chimiques ou nucléaires tactiques.

Président Joe Biden : Ne le faites pas. Ne le faites pas. Ne le faites pas. Vous allez changer le visage de la guerre comme jamais depuis la Seconde Guerre mondiale.

Scott Pelley : Et quelles en seraient les conséquences ?

Président Joe Biden : Je ne vais pas spéculer...

Scott Pelley : Quelle serait la réponse des États-Unis ?

Président Joe Biden : Vous pensez que je vous le dirais si je savais exactement ce que ce serait ? Bien sûr, je ne vais pas vous le dire. Ce sera lourd de conséquences. Ils deviendront un paria dans le monde comme ils ne l'ont jamais été. Et selon l'ampleur de ce qu'ils feront, cela déterminera la réponse qui sera donnée.

Président Joe Biden : l'interview de 2022 à 60 Minutes - 18 septembre 2022

Le président Biden exprime ici la perception créée par la doctrine nucléaire russe de 2020 et la crainte omniprésente des Américains ainsi générée. Cette peur est réelle. De plus, la Russie est également perçue comme un réel danger pour l'intérêt national américain comme nous l'avons expliqué précédemment (voir Hélène Lavoix, L’intérêt national américain, The Red Team Analysis Society, 22 juin 2022).

Cette interview du 15/18 septembre, ajoutée à l'absurdité répétée d'accuser la Russie de se bombarder elle-même sur la centrale nucléaire de Zaporizhzhia, peut être considérée comme une origine ou un déclencheur possible de la perception russe du chantage nucléaire occidental tel qu'exprimé par Poutine le 21 septembre (par exemple Jacopo Barigazzi, "G7 calls for return of Zaporizhzhia nuclear plant to Ukraine control", Politico, 23 octobre 2022).

Ainsi, si l'on regarde la chronologie, c'est la peur américaine de la menace nucléaire russe qui est à l'origine de la quasi-panique concernant cette menace, et non les déclarations de Poutine. Bien sûr, les déclarations de Poutine en réponse ont ensuite alimenté la peur américaine. Nous avons ici un cas parfait d'escalade.

Par ailleurs, l'affirmation de Reuters selon laquelle "la récente montée des inquiétudes concernant une éventuelle escalade nucléaire fait suite à deux discours prononcés par Poutine le mois dernier, dans lesquels il a clairement indiqué qu'il utiliserait, si nécessaire, des armes nucléaires pour défendre la Russie", est fausse.

Examiner la bonne séquence de déclarations et d'événements, dans le bon ordre, montre pourquoi il y a escalade, comment l'éviter ou au contraire l'intensifier. Elle met également en lumière les perceptions et permet ainsi d'agir correctement pour atteindre les objectifs. Par exemple, en supposant que la paix soit réellement le but recherché, la compréhension des perceptions montrerait comment apaiser les craintes et stabiliser progressivement la situation. Cependant, jusqu'en novembre 2022, l'objectif du monde occidental semble avoir été davantage de soutenir l'Ukraine pour qu'elle remporte la victoire, plutôt que la paix (par exemple, le secrétaire américain à la défense Lloyd Austin : ""L'Ukraine a besoin de notre aide pour gagner aujourd'hui. Et elle aura encore besoin de notre aide lorsque la guerre sera terminée", discours à la base aérienne de Ramstein, Politico26 avril 2022 Ministre britannique des affaires étrangères James Cleverly : "Nous les soutiendrons [l'Ukraine] jusqu'à ce que cette guerre soit gagnée. Nous les soutiendrons jusqu'à ce que leur souveraineté soit restaurée", "Le Royaume-Uni s'engage à accompagner l'Ukraine "jusqu'à la victoire" sur la Russie, Le poste de défense, 4 octobre 2022 ; UE Van der Leyen : " Je suis profondément convaincue que vous allez gagner cette guerre... Il y a une règle claire : Les conditions sont définies par l'Ukraine. C'est votre décision", Oleksiy Sorokin, Kiev Indépendant15 septembre 2022 - à noter qu'au début du mois de novembre 2022, le soutien pourrait changer en faveur de la négociation, par exemple Missy Ryan, John Hudson et Paul Sonne "Les États-Unis demandent en privé à l'Ukraine de montrer à la Russie qu'elle est ouverte aux négociations, selon le Washington Post".Les États-Unis demandent en privé à l'Ukraine de montrer qu'elle est ouverte à la négociation avec la Russie.“, Le Washington Post, 5 novembre 2022).

Pouvez-vous maintenant reconstituer une chronologie correcte des déclarations de toutes les parties sur la question de la menace nucléaire et améliorer l'article de Reuters ? Nous sommes impatients de lire vos chronologies.

Image en vedette : Nuage de feu au-dessus d'Hiroshima, armée américaine, domaine public, via Wikimedia Commons - 6 août 1945 : "Cette image a été identifiée en mars 2016 comme le nuage créé par la tempête de feu qui a englouti" Hiroshima après que les États-Unis aient largué une bombe nucléaire sur la ville, "un incendie qui a atteint son intensité maximale environ 3h après la bombe... Les estimations antérieures dérivées uniquement de la quantité de carburant dans la ville, et plus récemment de la hauteur du nuage Pyrocumulonimbus indiquent toutes deux qu'environ 1000 fois l'énergie équivalente de la bombe a été libérée par cette tempête de feu. Pendant la naissance de ce nuage, 20 minutes après la détonation, une pluie noire remplie de suie a commencé à tomber sur les survivants. Les climatologues suggèrent que 100 de ces nuages identiques pourraient provoquer un refroidissement planétaire "catastrophique" de 1 à 2 degrés Celsius, ce que l'on appelle un petit "hiver nucléaire".

Publié par Dr Helene Lavoix (MSc PhD Lond)

Dr Hélène LavoixPh. D. Lond (relations internationales), est la présidente-directrice générale de The Red Team Analysis Society. Elle est spécialisée dans la prospective stratégique et l'alerte pour les relations internationales et les questions de sécurité nationale et internationale. Elle s'intéresse actuellement à la guerre en Ukraine, à l'ordre international et à la montée de la Chine, au dépassement des frontières planétaires et aux relations internationales, à la méthodologie de la SF&W, à la radicalisation ainsi qu'aux nouvelles technologies et à la sécurité.

Rejoindre la conversation

2 commentaires

  1. le contexte est en effet roi
    02/06/20 ordre exécutif russe sur la mobilisation, ajoute " notre peuple " aux raisons d'avoir recours à la force, étendant ainsi la doctrine de manière extr extr extrater territoriale
    25/02/22 -poutine ordonne une revue de l'état de préparation des forces nucléaires, menace voilée de ne pas interférer dans une opération spéciale en ukraine lancée au même moment.
    21/04/22 Un document du service de recherche du Congrès américain met en garde contre une interprétation excessive de la doctrine russe, malgré l'extraterritorialité de "notre peuple".
    15/09/22 - biden dit "pls don't". il ne mentionne pas explicitement les armes nucléaires et ne fait aucune déclaration concernant la doctrine ou la posture.
    21/09/22 : discours de Poutine

    si l'on considère toutes les interactions pertinentes, il est clair que putin fait d'abord un pas en avant, jette un filet sur les ukrainiens russophones avant d'agir, puis tire un avertissement très clairement non-escalade du biden, et enfin putin double la mise.

    puis il y a cette déclaration : "en supposant que la paix soit vraiment l'objectif - ce qui n'est manifestement pas le cas dans le monde occidental", ce qui est une déclaration audacieuse sans fournir de preuve que l'Occident fait autre chose que d'appeler à la cessation des hostilités, à la restitution des terres prises par la force et à la fourniture d'armes défensives sans escalade à l'ukraine (himars oui, atacms non).

    Est-ce que je gagne un cookie ?

    1. Merci pour votre effort.
      C'est un début. Toutefois, il manque des références, ainsi que des déclarations de l'OTAN, de l'UE et des États membres, de la Chine, etc.
      Vous n'essayez donc pas vraiment d'examiner le processus global.

      En ce qui concerne mon commentaire sur la paix - j'ajouterai les références lundi - vous avez raison, elles manquent - en fait, je les maintiens, et ce que vous écrivez montre que vous aussi : L'Ukraine et l'Occident, avec les États-Unis comme fer de lance, ne veulent pas la paix en premier lieu. Ils veulent que l'Ukraine gagne sur la Russie et récupère tous les territoires annexés par la Russie. Vouloir une victoire et vouloir la paix ne sont pas la même chose. En attendant, ils espèrent contenir la Russie et, pour certains, voir un changement de régime en Russie (voir le discours de Biden en Pologne).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

FR