(Direction artistique : Jean-Dominique Lavoix-Carli,
Photo : durik1980, CC BY 3.0,
via Wikimedia Commons,
colorisé et recadré par RTAS)

(Traduction par l'auteur en cours) Depuis octobre 2022, les militaires russes ont régulièrement lancé des vagues de frappes de missiles et de drones sur les infrastructures énergétiques ukrainiennes. (Greg Myre, "La Russie frappe, l'Ukraine répare, dans une bataille pour survivre à l'hiver.”, NPR, 25 novembre 2022).

En conséquence, des millions d'Ukrainiens doivent passer l'hiver sans lumière, sans chauffage et sans eau courante. Pendant ce temps, l'interaction des sanctions américaines et européennes contre les importations de pétrole russe et la diminution drastique des exportations de gaz russe vers l'Europe exposent les pays européens au froid hivernal ("Les exportations de pétrole russe ont chuté de 4% en septembre en raison des sanctions de l'UE - AIE”, Reuters, 13 octobre 2022).

Le timing des frappes russes transforme la saison hivernale en une arme (russe) de déstabilisation massive en Ukraine et en Europe. En d'autres termes, le Kremlin redéfinit l'utilisation militaire de l'hiver qui est historiquement inscrite dans la culture stratégique russe (Dominic Lieven, La Russie contre Napoléon, 2009).   

Comme nous le verrons, ce moyen saisonnier n'est rien d'autre que la transformation intentionnelle d'une saison entière en une projection de force à l'extérieur de la Russie dans une ère de changement climatique. Il s'agit d'une amélioration majeure de l'histoire stratégique russe, dominée par l'utilisation de l'hiver pour affaiblir les envahisseurs (Jean-Michel Valantin, "Le réchauffement de l'Arctique, une crise hyper stratégique”, L'analyse de la Red Team, 20 janvier 2014).

Cette évolution stratégique se révèle également à travers la réduction massive des exportations de gaz de la Russie vers l'Allemagne et le reste de l'Europe depuis mai 2022.

En effet, depuis le début du "pont gazier" entre la Russie et les pays européens au début des années 1960 et jusqu'en 2022, le gaz russe a été utilisé pour chauffer les villes et les foyers, tout en alimentant les industries dans toute l'Europe orientale et occidentale. Ainsi, la réduction drastique des exportations de gaz par Gazprom prive les populations et les économies d'énergie à l'échelle même de la relation gazière Russie-Europe (Thane Gustafsson, The Bridge - Le gaz naturel dans une Europe redessinée, Harvard, 2020).

Comme nous allons le montrer, la militarisation de l'hiver 2022-23 n'est pas la manière défensive "habituelle" dont les stratèges et les tacticiens russes tirent parti des conditions de gel tout en défendant le cœur de la Russie contre une invasion, qu'ils connaissent et comprennent mieux que leurs adversaires. Il s'agit d'autre chose : une projection de force météorologique offensive sur l'Ukraine et le continent européen.

Winter as “force projection”

En fait, ce qui est en jeu en 2022, c'est une "projection" littérale de l'hiver à l'intérieur même des conditions énergétiques, économiques et de vie de leurs adversaires. En d'autres termes, les stratèges russes militarisent littéralement l'hiver, afin de déstabiliser les équilibres intimes et les relations complexes existant entre les paramètres énergétiques, la sécurité et l'économie nationales et l'intimité et le bien-être même de sociétés entières (Sam Mednick, "Kiev se prépare à un hiver sans chauffage, eau ou électricité”, AP,, 6 novembre 2022).

Armement de l'hiver

Il se trouve que la " projection de l'hiver " russe vise à affaiblir à la fois la société ukrainienne et ses bailleurs de fonds européens et américains, en affaiblissant leur capacité à se protéger du froid (Nina Chestney et Bozorghmer Sharafedin, "Analyse - Le plafonnement de l'approvisionnement en gaz russe jette un froid en Europe à l'approche de l'hiver”, Reuters, 11 octobre 2022).

One must add that this strategy may know involuntarily “enhancement” resulting from the effects of climate change. Indeed, the current planetary crisis  has the potential to turn seasonal weather events into abnormal extreme events. (Mark Lynas, Notre dernier avertissement : 6 degrés d'urgence climatique, 2020,).

Cependant, il faut comprendre cette situation dans son contexte, composé de la convergence des fondements de la stratégie russe et des chaînes massives d'impacts du changement climatique, notamment sur l'évolution du Gulf Stream (Sixième rapport d'évaluation du GIEC, impact, adaptation, vulnérabilité, 2022).

Décroissance économique et croissance du risque

Cette utilisation militaire d'une saison est rendue possible par une utilisation opportune de son arsenal contre l'Ukraine et par la diminution stratégiquement programmée des exportations de gaz vers l'Europe, qui fait suite aux sanctions internationales. Cette "décroissance" des exportations de gaz russe a eu lieu massivement entre juin et septembre 2022.

It follows the first spring exports’ decreases, triggered by the Kremlin’s demand that gas exports were paid in rubles. Thus the end of summer is also the start of a gas crisis that prolong itself during fall and winter (Chestney and Sharafedin, ibid).

Le 22 novembre, les différentes compagnies de gaz et les gouvernements européens ont eu le temps de remplir leurs réserves nationales. Cependant, la question reste de savoir si ces réserves seront suffisantes face à un hiver rigoureux, et si les importations compenseront le risque de concurrence entre les nations européennes (Elena Mazneva, "Le gaz européen gagne du terrain alors que les risques climatiques contrecarrent les réserves élevées”, Bloomberg,, 6 décembre 2022).

L'hiver arrive en Ukraine

En octobre et novembre 2022, l'armée russe a lancé six vagues de missiles et des frappes de drones Iran Shahed. Ils ont perturbé ou détruit de nombreuses infrastructures hydrauliques et énergétiques ukrainiennes. Certains missiles ont également touché des zones urbaines et tué plusieurs civils.

Ces grèves ont touché plusieurs villes du centre et de l'ouest de l'Ukraine, notamment Kiev et Lviv ("Octobre-novembre 2022 : grèves nationales dans les villes d'Ukraine”, Wikipédia, Max Hunder et JonathanLandayL'Ukraine déclare que la moitié de son système énergétique est paralysée par les attaques russes, Kiev pourrait "fermer" le système.”, Reuters, 19 novembre 2022).

Dans le même temps, des équipes d'ingénieurs russes ont finalement coupé la grande centrale nucléaire de Zaporizhzhia du reste du réseau électrique ukrainien (Lilia Rzheutska, "La centrale de Zaporizhzhia n'est plus connectée au réseau ukrainien”, DW, 11/07/2022 et Jean-Michel Valantin, "Champs de bataille nucléaires en Ukraine - Guerres de l'anthropocène 2”, L'analyse de la Red Team, 25 avril 2022).

Anticipation

Le moment de ces attaques correspond au début de l'automne et ne s'est pas arrêté depuis. Il se produit donc lorsque le froid commence et s'intensifie, s'approchant de zéro puis descendant dans des températures négatives. Ainsi, les frappes russes ont privé d'électricité près de la moitié des villes, des bâtiments et des foyers ukrainiens. Les citoyens perdent la lumière, l'eau courante, le chauffage et la réfrigération (Max Hunder et Tom Balmforth, "L'Ukraine gelée rétablit progressivement l'électricité après les attaques russes sur le réseau.”, Reuters, 26 novembre 2022).

En d'autres termes, la stratégie russe transforme les infrastructures de logement ukrainiennes en un piège à froid à l'échelle nationale en détruisant littéralement la "bulle de chaleur" protectrice que sont censés constituer les bâtiments alimentés et chauffés à l'électricité, en particulier pendant les hivers rigoureux. Ainsi, les maisons cessent d'être le lieu du "climat artificiel", qui a émergé il y a des milliers d'années du "foyer". Au lieu de cela, elles deviennent un "abri froid" (Lewis Mumford, La ville dans l'histoire, ses origines, ses transformations et ses perspectives, 1968).

L'hiver frappe à l'échelle continentale

Cependant, l'Ukraine n'est pas la seule cible de cette militarisation de l'hiver. Cette utilisation militaire de l'hiver peut avoir des conséquences extrêmement graves pour les pays européens. Elle mettra sous pression la cohésion économique et sociale ainsi que, par conséquent, la légitimité des gouvernements.

Comme nous l'avons vu, l'interaction des sanctions économiques occidentales contre la Russie et des "contre-sanctions" russes contre l'UE se traduit par une forte diminution des exportations de gaz russe vers l'Europe.

Ces réactions russes et leur combinaison avec l'étrange sabotage d'origine inconnue des pipelines russo-allemands Nord Stream 1 et 2, déclenchent une crise énergétique massive dans toute l'Europe (Joanna Plucinska, "Le "sabotage" du gaz Nord Stream - qui est accusé, et pourquoi ?”, Reuters, 6 octobre 2022).

L'énergie manquante

Cette crise est d'autant plus intense et complexe que les réseaux nationaux européens de gaz et d'électricité, ainsi que les économies nationales, sont profondément interconnectés. Ainsi, par exemple, la perte de gaz russe intervient alors que la moitié des réacteurs nucléaires de la compagnie nationale française EDF sont arrêtés pour maintenance ou réparation (Sonal Patel, "La crise de l'énergie en Europe conduit à la prise de contrôle des services publics en Allemagne et en France.”, Énergie, nouvelles et technologies pour le secteur mondial de l'énergiele 1er novembre 2022)

En raison de la mauvaise situation de son secteur nucléaire, la France doit importer de l'électricité. Cela va à l'encontre de la surproduction traditionnelle d'EDF et de ses ventes à l'étranger, notamment à l'Allemagne et à l'Italie. Ainsi, les autres compagnies d'électricité en Europe doivent surproduire, tandis que certains pays importent du gaz naturel liquide (GNL) américain par canalisation et par bateau.

Cela se traduit par une inflation historique des prix de l'énergie, des transports, de l'alimentation et de la santé, tout en révélant des situations très différentes en Europe.

Par exemple, face à la diminution des flux de gaz russe depuis le printemps, passant de 32 millions de mètres cubes/jour à 21 millions de mètres cubes/jour, l'Italie et les autorités du géant de l'énergie ENI ont cherché des alternatives, de nouveaux fournisseurs et des économies d'énergie dès juin 2022 (Sofiane louacheni, "L'Italie se prépare à une pénurie de gaz”, Nouvelles de l'énergie, 14 juillet 2022). Cependant, l'inflation des prix en Italie a également "chauffé" les tensions sociales, se traduisant par des "manifestations pour la facture énergétique" en septembre ("Les détaillants italiens affichent leurs factures d'énergie alors qu'ils luttent pour leur survie”, AA Agence Anadolu, 12/09/2022).

Les gouvernements européens, ainsi que la Commission européenne, ont sollicité d'autres pays, tels qu'Alger, le Qatar, l'Azerbaïdjan (Giovanni Sgaravatti, Simonetta Tagliapietra, Cecilia Trasi, "National energy policy responses to the energy crisis", Bruegel, 11 novembre 2022 et Eldar Mamedov, "L'Azerbaïdjan et la realpolitik gazière défaillante de l'UE", L'art politique responsable, 21 juillet 2022).

The continental interconnectivity of the European massive energy crisis becomes the vector of a networked projection of the vulnerability to winter cold at all scales in the same time. It is going to be felt from rural homes to entire megapolis. Winter is not only coming. The Kremlin is literally projecting it in the offices, while severely degrading work conditions and service and production activities in industry and transportation sectors as well as in the “warm climate bubble”  of individuals, societies and nations created by interior heating .

Ces derniers en seront donc judicieusement moins protégés, malgré les niveaux de développement qu'ils ont atteints depuis 1945.

Cette situation désastreuse est d'autant plus possible qu'il existe une menace majeure de rupture d'approvisionnement en électricité et en chaleur au moment où la demande atteint son maximum, c'est-à-dire en janvier, au cœur de l'hiver (Alec Blackburn, "L'Europe compte sur un hiver doux pour éviter une crise énergétique plus grave en 2023”, S&P Global Intelligence, 17 novembre 2022).

La culture stratégique russe et l'hiver comme arme de perturbation massive

A cet égard, cette intrumentalisation de l'hiver par la destruction du réseau électrique ukrainien et la vulnérabilité de la production électrique nationale et européenne apparaît comme une extension des fondamentaux de la stratégie russe.

L'angle russe

Dès les années 1920, puis pendant la Seconde Guerre mondiale et la guerre froide, le ministère russe de la défense a élaboré des concepts stratégiques qui intègrent les moyens militaires à d'autres moyens, notamment économiques. Ce cadre intégré définit la "stratégie opérationnelle" russe ("Transformation dans l'histoire militaire russe et soviétique, Actes du douzième Symposium militaire", USAF Academy, 1986 et David Glantz, Art opérationnel militaire soviétique : à la poursuite de la bataille profonde - Théorie et pratique militaires, 2012 ). 

Fragmentation

La guerre est une compétition non seulement entre des armées, mais aussi entre les systèmes nationaux économiques, industriels et politiques qui se cachent derrière ces armées. L'objectif est de dégrader considérablement la cohésion économique, politique et sociale du système opposé en le fragmentant.

L'objectif de cette fragmentation est de perturber profondément les connexions entre les différents systèmes et institutions nécessaires à un État pour mener une guerre. En conséquence, l'État ennemi devient matériellement et politiquement incapable de perpétuer l'effort de guerre.

Dans cette perspective, l'utilisation des forces militaires consiste à fragmenter les forces et le territoire de l'ennemi (Stephen Covington, La culture de la pensée stratégique derrière les approches de la guerre en Russie, Belfer Center - Université de Harvard, 2016). La stratégie russe utilise également d'autres types de forces pour désorganiser la profondeur économique de l'adversaire, tout en fragmentant l'appareil économique et social dont il dépend. L'objectif est de dégrader les moyens de combat de l'ennemi ainsi que sa volonté de combat politique.

En effet, le récent rapport Stratégie militaire russe : principes fondamentaux et concepts opérationnels met en évidence la fluidité entre la défense et l'attaque dans une perspective de stratégie opérationnelle (Michael Kofman et al., Stratégie militaire russe : principes fondamentaux et concepts opérationnels(CNA, 2021). Il souligne également que :

"La théorie de la victoire [de la stratégie russe] repose sur la dégradation du potentiel militaro-économique des adversaires, en se concentrant sur les objets d'importance critique, afin d'affecter la capacité et la volonté d'un adversaire à soutenir un combat, par opposition aux offensives terrestres visant à saisir un territoire ou un terrain clé.

Le calcul est que le centre de gravité réside dans la dégradation du potentiel militaire et économique d'un État, et non dans la saisie d'un territoire".

Stratégie militaire russe : principes fondamentaux et concepts opérationnels dans Michael Kofman et al, Stratégie militaire russe : principes fondamentaux et concepts opérationnelsCNA, 2021

La guerre par d'autres moyens

If we use that framework, the Kremlin’s weaponization of winter in Europe becomes a new dimension of the Russian strategic fundamentals. Its goal is to disrupt the depths of the national social and economic systems’ cohesion that underpin the European support to Ukraine, as well as the Ukrainian political will to fight. This supports Hélène Lavoix’s hypothesis in “Un scénario rouge alternatif pour la guerre entre l'Ukraine et la Russie"(The Red Team Analysis Society, 19 septembre 2022).

Nous devons également garder à l'esprit que cette stratégie perturbe et menace également la cohésion économique et politique de l'OTAN et, par conséquent, les efforts des États-Unis en faveur de l'Ukraine. En d'autres termes, le froid de l'hiver devient une arme de "déstabilisation massive" en période de crise énergétique (Mark Galeotti, L'armement de tout, un guide de terrain sur la nouvelle façon de faire la guerre, Yale University Press, 2022).

L'Europe en grande difficulté

Cette déstabilisation pourrait devenir une caractéristique chronique du paysage politique européen au cours des années 2022-2023. Elle fonctionnera par la combinaison de l'invasion de l'intérieur des villes et des habitats avec le froid atmosphérique, ainsi qu'avec l'inflation et l'insécurité énergétique, alimentaire et sanitaire.

The middle or low income families with young children and elderlies will be especially sensitive to the thermic situation. Being the majority of the population, they are particularly at risk of feeling that the social contract between them and the governments and institutions is under strain, if not broken (Michael Lind, La nouvelle guerre des classes, sauver la démocratie de l'élite métropolitaineAtlantic Books, 2020).

This will put European governments in very difficult postures. Indeed, they will have to manage recessionary and social crises, even possibly insurrectional situations, while supporting Ukraine and NATO’s effort (Tyler Durden, “L'Allemagne se prépare à des livraisons d'urgence de liquidités, à des retraits de banques et à un "mécontentement agressif", avant les coupures d'électricité de l'hiver.”, Zerohedge, 17 novembre 2022, "Le gouvernement britannique a "joué à la guerre" avec les plans d'urgence pour les pannes d'électricité de plusieurs jours ; des documents divulgués révèlent que...”, Zerohedge, 3 novembre 2022).

En effet, l'"offensive de l'hiver" russe risque de faire payer un lourd tribut en vies humaines, en raison de la vulnérabilité des populations au froid. Selon un scénario de The Economistce bilan, en dehors de l'Ukraine, pourrait passer de 32 000 morts supplémentaires en cas d'hiver doux à 335 000 vies supplémentaires en cas d'hiver rigoureux (".La Russie utilise l'énergie comme une arme - à quel point sera-t-elle mortelle ?”, The Economist, 26 novembre 2022).

Dans ce contexte, l'Union européenne devra certainement subir des pressions endogènes très dangereuses (Silvia Amaro, "La véritable crise énergétique de l'Europe surviendra l'hiver prochain, mais elle ne durera pas éternellement.”, CNBC, 27 novembre 2022, Jorge Libeiriro "Crise énergétique : Les pays de l'UE sont toujours divisés par des "points de vue différents" sur le plafonnement du gaz.", 25 octobre 2022 et Adam Tooze, " Le projet européen est désormais à la merci de la météo ", Politique étrangère, 2 novembre 2022).

Signification stratégique de l'armement de l'hiver

Par ailleurs, militariser l'hiver, c'est aussi instrumentaliser les effets du changement climatique sur les changements saisonniers et météorologiques. En effet, en raison du changement climatique, le rayonnement thermique des saisons devient de plus en plus irrégulier. Par exemple, la tendance actuelle de l'évolution des températures froides les voit arriver plus tard dans la saison hivernale qu'il y a trente ans (Jacob Dykes, "Avec le réchauffement de la planète, les saisons changent.”, Géographique, 7 mai 2021).

Cependant, si cela semble être une bonne nouvelle face à l'utilisation stratégique de l'hiver, il faut garder à l'esprit que les événements météorologiques quittent leur enveloppe d'intensité normale. En raison du changement climatique, ils ont tendance à aller vers les extrêmes (David Wallace Wells, La terre inhabitable, la vie après le réchauffement, 2019).

Par exemple, la désorganisation du courant-jet arctique induit des ruptures d'air arctique. Celles-ci ont le potentiel de traverser des régions continentales entières. Ces "vortex polaires" plongent des régions adaptées à un climat océanique doux ou à un climat continental plus rude dans des situations thermiques extrêmes qui infligent de lourds dégâts. Ce fut le cas, par exemple, au Texas en janvier 2021 (Jean-Michel Valantin, "Perdre le Texas face au changement climatique et à la Covid 19 ?”, The Red Team Analysis Society, 16 mars 2021).

Vents froids comme bombardement

Ce danger est accentué par le ralentissement actuel du Gulf Stream. Ce courant océanique atlantique véhicule la chaleur de manière moins régulière, entraînant ainsi une plus grande vulnérabilité de l'Europe aux hivers froids.

D'un point de vue stratégique, cela signifie que la Le Kremlin est potentiellement à la tête d'une révolution dans les affaires géopolitiques et militaires. Il le fait en développant davantage l'armement d'une saison. Il se trouve que, comme nous l'avons vu depuis nos premières recherches avec The Red Team Analysis Societyle changement climatique inflige des systèmes d'impacts qui ont les caractéristiques et les conséquences d'un "hyper siège" global" (Jean-Michel Valantin "Hyper siège : Changement climatique et sécurité nationale des États-Unis”,The Red Team Analysis Society , 31 mars 2014).

Ici, alors que le Kremlin affaiblit, voire détruit, les systèmes de défense thermique contre le froid que sont les compagnies d'électricité et le réseau, l'hyper siège est transformé par la stratégie russe en "hyper assaut". Et l'assaut a commencé.

Cela signifie que, potentiellement, des "stratégies climatiques" émergent et deviennent de nouvelles dimensions de la gestion des conflits actuels et certainement à venir d'un monde multipolaire sur une planète en mutation.

Publié par Dr Jean-Michel Valantin (PhD Paris)

Le Dr Jean-Michel Valantin (PhD Paris) dirige le département Environnement et Sécurité du Red Team Analysis Society. Il est spécialisé dans les études stratégiques et la sociologie de la défense avec un accent sur la géostratégie environnementale. Il est l'auteur de "Menace climatique sur l'ordre mondial", "Ecologie et gouvernance mondiale", "Guerre et Nature, l'Amérique prépare la guerre du climat" et de "Hollywood, le Pentagone et Washington".

Rejoindre la conversation

2 commentaires

  1. Russia’s strategy has united the Ukrainian people as never before. They will endure any hardship for victory. It has eliminated any meaningful support, or even residual sympathy for Russia, from the Ukrainian population. It has consolidated the emergence of a coherent Ukrainian national identity. It has not stopped, or even slowed, Ukrainian military efforts.

    Further, it has not discouraged western efforts to arm Ukraine. North American and European governments are more, not less united in this endeavor.

    This will end in disaster and defeat for the Russian invaders.

  2. I should also add to my previous comment that Russia’s weaponization of fossil fuels has accelerated the global shift away from fossil fuels. As Russia has little else of value to export, this is a compounding disaster for the Russian economy. Putin’s strategy will long be remembered as an example of self-destructive folly.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

FR