Un théâtre d'opération nucléaire

(Direction artistique : Jean-Dominique Lavoix-Carli
Image : Recognize Productions via Pexels).

(Traduction française par intelligence artificielle) Le 24 février 2022, au tout début de l'offensive russe contre l'Ukraine, après une bataille de deux jours, les forces russes ont pris le contrôle de la centrale de Tchernobyl, où s'est produit l'accident nucléaire historique de 1986 (Mary Kekatos, "La saisie de la centrale de Tchernobyl par les troupes russes suscite des inquiétudes pour la santé des personnes vivant à proximité de la centrale nucléaire.”, ABC News26 février, 2022 et Adam Higginbotham, Minuit à Tchernobyl, 2019).

Puis, le 4 mars 2022, les forces russes ont tiré des obus sur un bâtiment administratif de l'énorme centrale nucléaire de Zaporizhzhia. Zaporizhzhia est la plus grande centrale nucléaire d'Europe et la neuvième au monde. Elle produit 20% de l'électricité de l'Ukraine ("Ukraine : l'incendie de la centrale nucléaire est éteint, la Russie s'empare du site”, DW, 4-03-22).

Ces deux batailles conventionnelles signalent un état des choses singulier, car elles croisent des situations militaires avec des paysages de centrales nucléaires. Or, ces situations révèlent la manière dont le nucléaire crée une césure dans l'histoire biophysique de notre planète.

Ces batailles soulèvent donc la question de leur signification opérationnelle et stratégique. Pourquoi les troupes russes se sont-elles emparées d'une centrale nucléaire ? Comment et pourquoi le contrôle de la production et des flux d'électricité en Ukraine est un objectif de guerre important ? Et qu'est-ce que cela révèle sur la stratégie russe en Ukraine ? Enfin, et plus généralement, que révèlent ces combats sur l'état de notre planète en mutation, à l'heure où des "entités nouvelles" comme les produits nucléaires transgressent les frontières planétaires ?

Les batailles des centrales nucléaires : à quoi ça sert ?

Assaut

Le 24 février, premier jour de l'attaque russe contre l'Ukraine, les forces russes ont saisi la zone d'exclusion de Tchernobyl. Elles ont également pris la ville fantôme voisine de Pripiat. Il semble que cette opération s'inscrivait dans le cadre de l'ouverture de couloirs par les forces russes. Ces couloirs ont conduit les forces russes vers Kiev.

Cette nouvelle a été un choc. En effet, la zone d'exclusion de Tchernobyl correspond à la zone principalement touchée par l'accident nucléaire historique de 1986. Cette zone fait encore l'objet d'un processus de démantèlement long de cinquante ans. De nombreux sites y connaissent encore des niveaux de radio nucléides importants.

Une hypothèse que nous pouvons formuler est que l'installation temporaire dans cette région a permis aux forces russes, pendant un certain temps, de dissuader toute frappe contre elles, car de telles frappes pourraient signifier la libération de nuages de poussière radiative. Elles pourraient également déclencher des feux de forêt dans la "forêt rouge" autour de la centrale désaffectée. Cela générerait de la fumée radiative (Michael Kodas, "Tchernobyl n'est pas la seule menace nucléaire que l'invasion de la Russie a fait naître en Ukraine.”, Inside Climate News, 26 février 2022). Toutefois, depuis le 1er avril 2022, les troupes russes ont quitté Tchernobyl et aucun feu de forêt n'a été détecté ("Des travailleurs affirment que des soldats russes non protégés ont perturbé la poussière radioactive dans la forêt rouge de Tchernobyl.", Reuters, 29 mars 2022).

Une semaine plus tard, le 3 mars 2022, les troupes russes ont pris le contrôle de la centrale nucléaire de Zapporizhzhia. La centrale est située sur le Dniepr, dans le sud-est de l'Ukraine. La centrale de Zapporizhzhia produit 20% d'électricité ukrainienne et fait partie de l'oblast ("district") de Kherson. Son emplacement fait partie d'un des principaux axes pour les forces russes dans le sud-est ("Les troupes russes prennent le contrôle de la centrale nucléaire de Zapporizhzhyia en Ukraine.”, Technologie de l'énergie, 4 mars 2022).

Les bâtiments administratifs ont été la principale cible des bombardements et des assauts. Aucun dommage structurel n'a été constaté en ce qui concerne la partie réacteur de la centrale. L'incendie qui s'est déclaré dans le bâtiment administratif a été rapidement éteint. Aucune matière nucléaire n'a été libérée (Charles S. Davis et Sinoad baker, "L'Ukraine affirme que la Russie a saisi sa plus grande centrale nucléaire, mais les niveaux de radiation sont stables.”, Initié aux affaires, 4 mars 2022) .

Entre-temps, le 3 mars, l'armée russe s'est emparée de Kherson, la capitale du district ("Les troupes russes s'emparent de la ville portuaire ukrainienne de Kherson.”, Le Quint, 3 mars 2022).

Une guerre étrange dans un lieu étrange

Alors que Zapporizhzhia est en activité, la région de Tchernobyl reste le site dangereux d'un accident nucléaire civil majeur.

Par exemple, les forêts, les champs et les sols autour de la centrale de Tchernobyl sont des écosystèmes qui ont intégré de manière très complexe la libération massive de radio-nucléides en 1986. D'où le statut de "zone d'exclusion" (Kate Brown, Manuel de survie : un guide de Tchernobyl pour l'avenir, 2020).

Selon l'Agence ukrainienne de réglementation de l'énergie nucléaire, la conséquence de l'assaut a été un pic d'émissions de rayons gamma. Cependant, il n'y a pas eu de description claire de cette émission depuis l'assaut (Agences, " L'augmentation des radiations de Tchernobyl est détectée, alors que l'armée russe soulève la poussière, selon l'agence nucléaire.”, Times of Israel, 25 février 2022).

L'Agence internationale de l'énergie atomique, dont le siège est à Vienne, a observé un pic de 9,46 micro sieverts par heure le 25 février : ce très faible niveau de rayonnement est resté bien en deçà du "niveau de fonctionnement sûr" (1000 micro sieverts équivalent à 1 millisievert. Un millisievert est un niveau sûr pour la population, Normes de sécurité, AIEA).

En plus de cette situation confuse, les troupes russes ont arrêté le transfert des données quotidiennes nécessaires à la mesure de la radioactivité. Ainsi, cette situation a inquiété l'Agence internationale de l'énergie atomique ("L'AIEA dit avoir perdu le contact avec le système de données de Tchernobyl Nuclear", France 24, 9 mars 2022).

L'organisme international va envoyer une mission pour enquêter sur la situation sur le site après le départ des troupes russes ("L'AIEA déclare qu'elle prépare une mission à Tchernobyl après le retrait de la Russie.”, Reuters, Mach 31, et (Kate Brown, Manuel de survie : un guide de Tchernobyl pour l'avenir2020, Mari Saito et Ju Min Park, "La saisie de la centrale nucléaire de Tchernobyl suscite des inquiétudes quant à la surveillance des radiations”, Reuters, 4 mars 2022).

Pour sa part, la saisie de la Zapporizhzhya a une signification stratégique, si on la considère dans le contexte du cadre stratégique russe, comme nous allons le voir maintenant.

Le renouvellement de la stratégie opérationnelle russe

L'angle russe

Dès les années 1920, puis pendant la Seconde Guerre mondiale et la Guerre froide, le ministère russe de la défense a développé des notions stratégiques qui intègrent les moyens militaires à d'autres, comme les moyens économiques, dans ce que l'on appelle des cadres de "stratégie opérationnelle" (".Transformation dans l'histoire militaire russe et soviétique, Actes du douzième Symposium militaire", USAF Academy, 1986 et David Glantz, Art opérationnel militaire soviétique : à la poursuite de la bataille profonde - Théorie et pratique militaires, 2012 ). 

La guerre est une compétition non seulement entre des armées, mais aussi entre les systèmes nationaux économiques, industriels et politiques qui se cachent derrière ces armées. L'objectif est de dégrader considérablement la cohésion du système opposé, afin de le rendre incapable de faire la guerre.

Dans cette perspective, l'utilisation des forces militaires consiste à fragmenter les forces et le territoire de l'ennemi (Stephen Covington, La culture de la pensée stratégique derrière les approches de la guerre en Russie, Belfer Center - Université de Harvard, 2016). Parallèlement, la stratégie russe utilise d'autres types de forces pour désorganiser la profondeur économique de l'adversaire. L'objectif est de dégrader les moyens de combat de l'ennemi ainsi que sa volonté de combattre.

En effet, le récent rapport "Russian military strategy : core tenets and operational concepts" rappelle la fluidité entre la défense et l'offensive dans une perspective de stratégie opérationnelle (Michael Kofman et al., Stratégie militaire russe : principes fondamentaux et concepts opérationnels, CNA, 2021).

Il souligne également que :

"La théorie de la victoire [de la stratégie russe] repose sur la dégradation du potentiel militaro-économique des adversaires, en se concentrant sur les objets d'importance critique, afin d'affecter la capacité et la volonté d'un adversaire à soutenir un combat, par opposition aux offensives terrestres visant à saisir un territoire ou un terrain clé.

Le calcul est que le centre de gravité réside dans la dégradation du potentiel militaire et économique d'un État, et non dans la saisie d'un territoire. "

La guerre par d'autres moyens

Si nous utilisons ce cadre, les assauts contre les deux centrales nucléaires prennent une signification stratégique. Le fait de placer la centrale de Zapporizhzhya sous contrôle russe confère à l'armée russe le pouvoir de "couper" la distribution d'électricité.

Ainsi, les autorités russes ont le "pouvoir" de priver d'électricité des millions de foyers, d'industries et d'infrastructures sanitaires. Ainsi, contrôler la centrale revient à dégrader le potentiel économique ainsi que les conditions de vie de millions de personnes, et donc la capacité ukrainienne à faire la guerre. En d'autres termes, cela fragmente la vie économique et sociale ukrainienne.

Elle déclenche également une fragmentation territoriale, entre les zones avec ou sans distribution d'électricité.

Cependant, si toute cette situation découle de conditions stratégiques, elle a également une signification plus profonde liée à la nouvelle condition de notre planète.

Les batailles de la "nouvelle entité"

L'Anthropocène et la guerre nucléaire

Comme nous l'avons vu, l'aspect singulier de ces batailles s'enracine dans l'association entre la guerre et la dimension nucléaire du monde contemporain. Cette dimension singulière est inhérente au développement du nucléaire militaire et civil depuis la mise en œuvre du projet Manhattan et les bombardements nucléaires d'Hiroshima et Nagazaki.

En effet, comme l'ont établi le géologue Jan Zalasiewic et son équipe, il existe une fine couche omniprésente de matière nucléaire artificielle qui recouvre la terre émergée. Cette couche résulte des multiples essais nucléaires qui ont eu lieu depuis la première explosion test en 1944 au Nouveau-Mexique. (Sarah Griffiths, "Dawn of the Anthropocene era : new geological epoch began with testing of the atomic bomb, experts claim", Courrier en ligne, 16 janvier 2015). C'est un signal définitif de l'émergence d'une nouvelle ère géologique, l'" ère de l'Anthropocène " (Waters, Zalasiewicz et al., "L'Anthropocène est fonctionnellement et stratigraphiquement distinct de l'Holocène”, Science8 janvier 2016).

Depuis 1945, la convergence de la guerre et des centrales nucléaires s'est produite à plusieurs reprises. Par exemple, en 1980, l'armée de l'air israélienne a détruit Osirak, la centrale nucléaire que le gouvernement de Saddam Hussein était en train de construire (Or Rabinowitz et Giordana Pulcini, "Le raid israélien contre le réacteur irakien - 40 ans après : de nouvelles informations tirées des archives”, Centre Woodrow Wilson, 3 juin 2021). 

En effet, la "guerre de l'Anthropocène" est une double condition de guerre. D'une part, il s'agit d'une guerre menée depuis l'émergence de l'Anthropocène. D'autre part, et dans la même dynamique, certains modes de guerre induisent une transgression des " frontières planétaires " (Kate Brown, Chapitre 8 - L'histoire très récente et l'Anthropocène nucléaire, Cambridge University Press, 24 mars 2022).

L'énergie nucléaire et la transgression des frontières planétaires

Celles-ci sont définies par le rapport : "Les frontières planétaires : Exploring the safe operating space for humanity". Ce rapport, dirigé par Johann Rockstrom, directeur du Stockholm Resilience Center, a constitué une percée conceptuelle ( Écologie et société2009) et Les neuf frontières planétaires, Centre de résilience de Stockholm.

L'équipe de recherche a défini neuf "frontières planétaires", qui ne doivent pas être dépassées. En effet, leur dépassement modifierait fondamentalement les conditions de vie collectives de l'humanité. S'ils étaient franchis, ces seuils ne seraient rien d'autre que des "points de basculement" vers des conditions de vie profondément modifiées sur Terre ("Éviter le basculement, l'activité humaine pourrait entraîner des changements de régime écologique à l'échelle planétaire.”, Centre de résilience de Stockholm).

Les neuf limites sont "le changement climatique, le taux de perte de biodiversité (terrestre et marine), l'interférence avec les cycles de l'azote et du phosphore, l'appauvrissement de la couche d'ozone stratosphérique, l'acidification des océans, l'utilisation mondiale de l'eau douce, le changement d'affectation des terres, la pollution chimique et la charge en aérosols atmosphériques" (Ibid).

Le rapport avertit que trois de ces seuils, à savoir le changement climatique, la crise de la biodiversité et les interférences avec les cycles de l'azote et du phosphore, sont déjà franchis (Hélène Lavoix, "Changement climatique, frontières planétaires et changements géopolitiques”, The Red Team Analysis Society) .

Depuis, des centres de recherche, notamment le Stockholm Resiliency center, se sont appuyés sur ces premiers concepts. Parmi ces limites, il y a l'injection de "nouvelles entités", c'est-à-dire la pollution par des produits transformés ou artificiels.

Il se trouve que les radio-nucléides industriels sont typiques de la famille des "nouvelles entités" et que leur injection dans l'environnement traverse les frontières planétaires (Les neuf frontières planétaires et Claire Asher, "Nouvelles entités chimiques : Sommes-nous en train de traverser une frontière planétaire ?", Mongabay, 23 septembre 2021).

Par conséquent, l'intégration des centrales nucléaires dans un champ de bataille conventionnel lors de la guerre d'Ukraine est un nouveau signal de la convergence de la guerre avec la "nouvelle entité" que constituent l'énergie et les matériaux nucléaires sur notre planète en mutation rapide. En d'autres termes, ces batailles sont un nouveau signal pour l'ère de la "guerre anthropocène" qui a commencé avec les bombardements d'Hiroshima et de Nagasaki par l'armée américaine en 1945.

En tant que tels, ils rappellent également les risques induits par le processus en cours de dépassement d'une des "frontières planétaires".

Publié par Dr Jean-Michel Valantin (PhD Paris)

Le Dr Jean-Michel Valantin (PhD Paris) dirige le département Environnement et Sécurité du Red Team Analysis Society. Il est spécialisé dans les études stratégiques et la sociologie de la défense avec un accent sur la géostratégie environnementale. Il est l'auteur de "Menace climatique sur l'ordre mondial", "Ecologie et gouvernance mondiale", "Guerre et Nature, l'Amérique prépare la guerre du climat" et de "Hollywood, le Pentagone et Washington".

Rejoindre la conversation

1 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

FR