L'IA, l'IA partout

Le domaine de l'intelligence artificielle (IA) crée une continuité qui englobe la science du changement climatique et la préparation de l'armée américaine aux risques climatiques. Cette continuité apparaît à travers le rôle central de l'IA dans deux utilisations civiles et militaires de la prospective apparemment déconnectées.

L'IA et la science du climat

Climat Central publié dans Nature, une nouvelle évaluation des effets des estimations du changement climatique. Elle établit que 300 millions de personnes seront menacées par l'élévation du niveau de la mer et les inondations côtières d'ici 2050. En 2100, les terres où vivent aujourd'hui 200 millions de personnes pourraient être submergées quotidiennement (Climat Central, “Rapport : L'avenir inondé : La vulnérabilité mondiale à l'élévation du niveau de la mer est pire qu'on ne le pensait ", 29 octobre 2019). Cette estimation représente un triplement par rapport aux évaluations précédentes. Elle est le résultat de l'utilisation de l'IA pour corriger des séries de données.

Selon l'AI, l'élévation du niveau de la mer et les inondations côtières menaceront 300 millions de personnes d'ici 2050.

Auparavant, nous pensions que 80 millions de personnes seraient en danger d'ici 2100.

L'IA et l'armée

Au cours de la même période, le Centre pour le climat et la sécurité a publié un article sur une publication récente de l'U.S. Army War College. Le document "Implications of Climate change for the U.S. Army", cependant, ne peut plus être trouvé sur le site de l'U.S. Army War College.publications" de l'U.S. Army War College. Une recherche rapide sur Internet nous permet de trouver le rapport cité dans quelques articles et publié en version pdf dans des revues Internet, telles que Vice et de Mécanique populaire. Pourtant, on ne le trouve pas sur les sites web officiels du ministère de la défense.

Néanmoins, ce document établit que l'adaptation aux conséquences écologiques, militaires, politiques, économiques et sociales violentes du changement climatique est une nécessité absolue et impérative pour l'armée et pour l'ensemble de l'armée américaine. Certaines parties de ce rapport sont centrées sur l'utilisation de l'intelligence artificielle pour le renforcement des forces et l'utilisation de l'énergie. Il appelle également à la modernisation de la formation par une utilisation meilleure et systématique de la formation et de la simulation virtuelles.

En d'autres termes, l'intelligence artificielle crée un pont cognitif entre la science du climat et l'armée américaine. Elle crée également de nouvelles possibilités d'adaptation aux conséquences à court et à long terme du changement climatique.

Dans cet article, nous allons étudier les conséquences stratégiques de cette utilisation scientifique et militaire de l'IA dans le domaine du changement climatique. Nous allons également voir comment l'introduction de l'IA dans le domaine du changement climatique et des affaires militaires définit l'émergence d'une nouvelle ère politique et planétaire.

La recherche basée sur l'IA et la nouvelle perspective sur l'élévation du niveau de la mer

Recalculer l'élévation du niveau de la mer

D'ici à 2100, un total de 360 (310-420) millions de personnes vivant sur les côtes seront mises en danger par les inondations provoquées par l'élévation du niveau de la mer due au changement climatique (Climat Central(ibid.). Par rapport à l'actuelle population mondiale de 7,5 milliards de personnes, cela signifie qu'une personne sur 22 est va être mis en danger par cette tendance planétaire avec, au moins, une d'inondation, alors que la montée de l'océan pourrait atteindre près de deux mètres. Ces résultats contrastent fortement avec une évaluation antérieure établissant que 80 millions les gens seraient en danger à la fin du siècle.

Aujourd'hui, sur les côtes les plus basses et les plus densément peuplées, comme au Bangladesh, au Vietnam, en Chine, en Indonésie, en Thaïlande, aux Pays-Bas et en Louisiane, entre autres, 237 à 300 millions de personnes seront menacées par des inondations annuelles en 2050. Ces chiffres gigantesques sont le résultat d'un nouveau calcul. Cette nouvelle approche repose sur le "nettoyage" par un système de réseau AI-neural de l'ensemble des données utilisées auparavant par les scientifiques (Climat Central rapporter dans Nature,Scott A. Kulp et Benjamin H. Strauss, "De nouvelles données sur l'élévation triplent les estimations de la vulnérabilité mondiale à l'élévation du niveau de la mer et aux inondations côtières "29 octobre 2019).

Le réseau neuronal au travail

Cet ensemble de données est une compilation des observations lidar de la NASA et d'autres satellites et bases aériennes (Kulp et Strauss, ibid). Le système d'IA a corrigé les différents résultats. Par exemple, il a corrigé la façon dont certains capteurs spatiaux ou aériens pouvaient confondre l'altitude des côtes avec l'altitude de l'horizon des villes. Ces erreurs permettaient de conclure que ces altitudes plus élevées étaient plus sûres. Ainsi, ce nouveau modèle d'élévation numérique du réseau neuronal génère de nouveaux résultats. Il génère également une visualisation interactive qui alerte sur la forme des choses à venir.

Ce L'étude établit également que, très probablement, l'amplitude de l'élévation du niveau de la mer dépassera la capacité et les ressources des pays et des villes pour construire les défenses côtières contre les inondations, comme les digues et les murs de mer. Il apparaît clairement que Les pays en développement ainsi que les anciens pays industrialisés sont exposés à des risques, de du Vietnam aux côtes de la Floride.

Cependant, les auteurs de l'étude tiennent à préciser que leur étude ne tient pas compte de plusieurs variables. Parmi celles-ci, on trouve les futures densités de population côtières, les conséquences géomorphologiques de la submersion des zones humides et l'érosion accélérée du sol. Les auteurs précisent également qu'ils n'ont pas encore intégré les conséquences socio-économiques de cette tendance climat-océan. Ils n'ont pas non plus élaboré de scénarios sur les migrations massives, les troubles sociaux et les conflits que cette recherche basée sur l'IA implique.

Entrez dans l'armée américaine

Dans un article précédent, nous avons vu comment la branche recherche de l'armée américaine utilise la recherche sur le changement climatique pour définir et proposer un effort militaire massif d'adaptation (Jean-Michel Valantin, "L'armée américaine contre une planète en réchauffement”, La société d'analyse Red (Team), 12 novembre 2019).  

Dans ce les auteurs du rapport encouragent l'utilisation de l'intelligence artificielle afin développer un réseau électrique intelligent et distribué, car "Les automatisés, La force renforcée de l'A.I. de l'avenir de l'armée est une force qui fonctionne à l'électricité, et non JP-8 (carburant). Une production d'électricité plus efficace ou plus résistante grâce à La production d'énergie micro-nucléaire ou l'amélioration des panneaux solaires peuvent fondamentalement modifier la mobilité et les défis logistiques d'une force mécanisée" (p.22).

L'armée américaine et la puissance de l'IA

Ainsi, ces recommandations visent à développer la robustesse et la résilience des opérations de l'armée américaine dans un avenir proche, sous contrainte énergétique et sensible au climat. Ce développement dépendra des interactions entre l'IA et la robotisation. C'est-à-dire l'intégration militaire des actionneurs (Hélène Lavoix, "Capteur et actionneur pour l'IA : Insérer l'intelligence artificielle dans la réalité”, The Red Team Analysis Society14 janvier 2019). Il s'agit de l'extension de l'IA dans la réalité physique. Ainsi, en termes militaires, l'IA va soutenir et optimiser le déploiement de forces terrestres mécaniques sur les théâtres d'opérations (Hélène Lavoix, "Capteur et actionneur (4) : Intelligence artificielle, la longue marche vers la robotique avancée et la géopolitique”, The Red Team Analysis Societyle 13 mai 2019).

Afin de mieux préparer les acteurs militaires à ces nouvelles réalités, le rapport préconise également une utilisation massive de la réalité virtuelle. En effet, la formation par des simulations de réalité virtuelle pourrait contribuer à mieux préparer les officiers et les acteurs (Hélène Lavoix, "Comment gagner une guerre avec une intelligence artificielle et peu de pertes”, The Red Team Analysis Societyle 27 mai 2019). Il se trouve qu'ils devront gérer de futures capacités militaires semi-automatisées dans un monde brutalisé par le changement climatique. AI soutiendrait également les réponses de l'armée américaine contre les cyber-attaques massives étrangères et nationales. Et elle serait le moteur du développement de l'armée américaine dans la course technologique actuelle. 

Il est difficile de ne pas penser que, dans les parties concernant l'utilisation de l'intelligence artificielle, les auteurs ne font pas allusion à la militarisation massive actuelle de l'IA par l'armée chinoise, tant au niveau de la formation qu'au niveau opérationnel et décisionnel (Jean-Michel Valantin, "Militarisation de l'intelligence artificielle - Chine (1) et (2)", The Red Team Analysis Societyle 23 avril 2018).

Il faut garder à l'esprit que ces recommandations s'inscrivent dans le cadre d'un plaidoyer de l'armée américaine en faveur de l'adaptation au changement climatique. Ce qui motive ces recommandations militaires est la multiplication rapide des risques multidimensionnels (Jean-Michel Valantin, "Le Midwest, la guerre commerciale et la pandémie de grippe porcine : la super tempête agricole et alimentaire est là”, L'analyse rouge (équipe)(3 juin 2019), étant donné que les Climat Central Le rapport définit l'élévation du niveau de la mer.

La puissance de l'IA face à l'hypersiège climatique

Comme nous peut voir, l'IA devient un élément central du nouveau paysage de la réalité. En tant que telle, elle devient un outil de science climatique ainsi qu'un outil militaire de transformation et l'adaptation au réchauffement et au risque de notre planète.

En d'autres termes, l'IA entre dans la mêlée de l'hyper-siège, c'est-à-dire la cascade de conséquences qui imbriquent les vulnérabilités sociales, infrastructurelles et biologiques avec les événements liés au climat. Ces cascades sont en train de devenir une "entité" qui assiège les sociétés contemporaines (Jean-Michel Valantin, "Hyper-siège : Changement climatique et sécurité nationale des États-Unis”, The Red Team Analysis Societyle 17 mars 2014 et "La marine américaine face au changement climatique et aux océans”, L'analyse rouge (équipe)Le 11 juin 2018, et David Wallace-Wells, La Terre inhabitableLa vie après le réchauffement, 2019).

Ainsi, le pouvoir de l'IA se dévoile (Hélène Lavoix, "Quand l'intelligence artificielle va-t-elle alimenter la géopolitique - Présenter l'IA”, The Red Team Analysis Society(27 novembre 2017), par la recherche scientifique et la préparation militaire, comme un outil et un "allié" possible face à la "super tempête climatique et sociale parfaite" qui approche rapidement.

La grande alliance (AI) ?

Dans ce contexte écologique et stratégique, la puissance de l'IA devient un continuum artificiel, à la fois technologique et cognitif. Elle s'auto-active grâce à la recherche climatique et à l'adaptation militaire au changement climatique même qu'elle contribue à prévoir. Cela crée une alliance inattendue entre la puissance de l'IA, la science du climat et la prévision et l'alerte militaires. Cette nouvelle puissance d'IA sera utile pour s'adapter à la crise planétaire et à sa cascade de conséquences hyper violentes (Jean-Michel Valantin, "Les règles de la crise planétaire", partie 1, 2, 3, 4, 5, The Red Team Analysis Society).

Dans en termes stratégiques, la convergence de la puissance de l'IA et la volonté et les capacités s'adapter à la "longue urgence" va définir qui seront les gagnants et les perdants de la crise planétaire.

Et le La course est déjà lancée.

Publié par Dr Jean-Michel Valantin (PhD Paris)

Le Dr Jean-Michel Valantin (PhD Paris) dirige le département Environnement et Sécurité du Red Team Analysis Society. Il est spécialisé dans les études stratégiques et la sociologie de la défense avec un accent sur la géostratégie environnementale. Il est l'auteur de "Menace climatique sur l'ordre mondial", "Ecologie et gouvernance mondiale", "Guerre et Nature, l'Amérique prépare la guerre du climat" et de "Hollywood, le Pentagone et Washington".

Rejoindre la conversation

2 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

FR