(Image de crédit : Pierre Markuse, CC BY 2.0)

Le feu de forêt mondial est en train d'engloutir le monde. Tout au long de l'année 2019, d'immenses étendues d'Australie, de Californie, d'Alaska, de Russie, d'Afrique centrale et du bassin amazonien ont fait partie de cet immense feu de joie. Cette conflagration a eu lieu après les saisons historiques des incendies de 2018, 2017, 2016... (David Wallace Wells, La terre inhabitable, la vie après le réchauffement, 2019).

Ces nouveaux feux de forêt géants marquent une inversion historique : l'homme ne maîtrise plus le feu. En fait, l'état actuel n'est rien d'autre qu'un "déconcertant" de feu, à l'échelle planétaire. À une telle échelle, un tel rythme et une telle intensité, ce feu de forêt mondial devient une nouvelle dimension de l'hyper-siège climatique actuel. Il doit donc être compris en termes stratégiques.

De la Quête du feu...

Depuis la période protohistorique, le feu est au centre du développement de l'humanité sociétés. C'est un outil pour manger, chasser, cultiver l'espace agraire, et résistant au froid. Il est également essentiel pour le développement des minéraux et les métaux. Le flux de l'histoire humaine est aussi l'histoire de la domestication des le feu (Jared Diamond, Armes à feu, germes et acier, Le destin des sociétés humaines, 1999).

Dans sa dimension "feu de forêt", il a été réduit et atténué en tant que risque. Par conséquent, grand appareil de gestion technique et administrative, d'atténuation et de Il existe des mesures de sécurité pour contenir ce risque. Le feu est également un outil de guerre. Il peut être utilisé à dessein pour détruire des villes et des forêts à des fins stratégiques et objectif opérationnel (John Keegan A Histoire de la guerre1993, Mike Davis, Mort Les villes : Une histoire naturelle, 2002).

... A la perte du feu

élaboration de scénarios, scénario, prospective stratégique, cours en ligne, gestion des risques, futur
Consultez notre nouveau cours en ligne sur l'élaboration de scénarios pour l'anticipation des risques géopolitiques et des crises (cours/vidéos en anglais seulement).

Cependant, les choses changent à un rythme effréné. Comme Hélène Lavoix le dit avec une grande précision, nous vivons aujourd'hui dans un "monde brûlant". Ainsi, dans cet article en deux parties, nous nous pencherons sur cette nouvelle condition. Dans cette première partie, nous verrons que le nouveau "pouvoir de feu de forêt" est en train d'accaparer les capacités des sociétés modernes à le maîtriser.

En d'autres termes, la propagation rapide des méga-feux devient une forme sauvage - comme dans "non domestiquée" - d'attaque stratégique contre les conditions de vie urbaines modernes.

Celles-ci dépendent notamment de la continuité des chaînes d'approvisionnement mondiales ainsi que de la productivité du secteur agro-industriel (Carolyn Steel, Hungry City : comment la nourriture façonne nos vies, 2013). Pourtant, les feux de forêt et les méga-feux peuvent les affecter et même les interrompre. La dimension stratégique des méga-feux est également un produit et un moteur de la grande accélération du développement urbain et industriel moderne ainsi que du changement climatique.

La puissance du feu sauvage

Le feu pour la guerre

Pendant la Seconde Guerre mondiale, l'invention du bombardement stratégique a mis le feu à des centaines de villes en Europe continentale, en Grande-Bretagne et au Japon. Grâce à l'énorme expérience ainsi accumulée, la Royal Air Force britannique et l'armée de l'air américaine (qui deviendra l'U.S. Air Force en 1946), sont devenues de grands experts dans l'utilisation artificielle et le développement du feu urbain par le biais du bombardement aérien (Richard Overy, La guerre des bombardements : l'Europe 1939-1945 et John Dower, Cultures de guerre, Pearl Harbor/Hiroshima, 9/11/ Irak, 2010).  

Ensuite, pendant la guerre du Vietnam, l'armée américaine a fait un usage prolongé du napalm pour mettre de la jungle vietnamienne afin de détruire la végétation couverture que l'armée du Vietnam du Nord utilisait comme un piège géant contre les États-Unis. et les marines.

Ces exemples nous aident à comprendre comment la "puissance du feu" est aussi une façon d'utiliser le feu pour exercer une forme de puissance hautement destructrice. Le feu est un moteur très efficace de destruction massive dans les environnements urbains et ruraux.

Cependant, notre planète qui se réchauffe rapidement est en train de renverser le statut du feu. Notre planète devient ainsi un acteur stratégique involontaire.

Le feu arrive

Ainsi, la puissance de feu n'est plus seulement un outil de l'arsenal militaire, mais elle devient une puissance sauvage en soi. Aujourd'hui, le feu sauvage met en danger le monde moderne, par son hybridation avec les vulnérabilités des sociétés modernes.

Par exemple, le 5 août 2010, les autorités russes ont déclaré l'état d'urgence pour le territoire de l'Ozersk ("La Russie déclare l'état d'urgence dans une ville nucléaire alors qu'un incendie se déclare”, Le télégraphe10 août 2010). Ils réagissaient très fortement aux gigantesques incendies qui dévastaient le pays depuis le mois de juillet. Ces incendies menaçaient désormais la ville et son usine de retraitement de déchets nucléaires stratégiques.

Il était donc d'une importance stratégique de l'isoler du feu, afin de prévenir une éventuelle catastrophe nucléaire (Ibid.). Cela s'est produit pendant la vague de chaleur historique qui a frappé la Russie et l'Ukraine de fin juillet à la fin de la deuxième semaine d'août 2010.

Si un lien direct n'a pas été établi jusqu'à présent, avertissent les climatologues Néanmoins, ce genre d'événement va certainement devenir la nouvelle norme au cours du XXIe siècle, alors que le climat change (Alyson Kenward, "2010 La vague de chaleur russe plus extrême qu'on ne le pensait”, Climat Centralle 17 mars 2011).

Le La vague de chaleur de 2010 a déclenché et alimenté d'immenses incendies qui ont ravagé la les forêts et les terres. Elle a également réduit de plus de 10% les la production de céréales. En conséquence, le prix mondial des céréales a augmenté. A son tour, le prix du pain dans le monde arabe a augmenté pendant l'automne et l'hiver 2010, ainsi que tout au long de l'année 2011 (Michael Klare, "Le L'explosion mondiale à venir”, TomDispatch21 avril 2013), qui a alimenté le printemps arabe.

Feu de forêt mondial

En mai 2016, de l'Amérique du Nord à la Russie, des endroits particulièrement vulnérables au changement climatique ont été secoués par d'immenses incendies. Parmi ces événements extrêmes, le méga-incendie qui a dévasté la région de Fort Mc Murray, dans l'État de l'Alberta au Canada, a occupé une place de choix (Bryan Alary, "Selon un chercheur, l'incendie de Fort Mc Murray est l'un des plus extrêmes des feux de forêt”, Phys.org9 mai 2016).

Cet énorme incendie a eu lieu directement au cœur des exploitations de sables bitumineux mondialement connues. Celles-ci ont fait du Canada un exportateur de produits pétroliers (Andrew Nikiforuk, Sables bitumineux : le pétrole sale et l'avenir d'un continent, 2010).

Méga incendie, méga danger

L'incendie de l'Alberta a déclenché l'évacuation d'urgence de Fort Mc Murray. Il a déclenché une de facto l'affaiblissement de la production des sables bitumineux. L'incendie avait mis en danger la population, ainsi que les installations industrielles et les nombreux investissements connexes.

En attendant, l'avenir les coûts d'assurance ont fortement augmenté. (Maria Galucci, "Fort Les feux de forêt de Mc Murray : Les producteurs de sables bitumineux du Canada réduisent leur production suite aux incendies en Alberta rage”, L'heure des affaires internationales, O5/04/16). En d'autres termes, ces événements météorologiques extrêmes montrent à quel point les changements environnementaux mondiaux met en danger les sociétés, les économies et les modèles d'entreprise modernes.

Nulle part pour fuir, nulle part pour se cacher  

Puis, en 2018, des incendies ont ravagé l'Europe, de la Grèce à la Scandinavie, tandis que le Midwest et la Californie ont combattu deux méga-feux. En 2019, une tempête de feu mondiale a balayé le monde et a ravagé le bassin amazonien, l'Afrique centrale, l'Europe, la Sibérie, l'Alaska et, enfin, l'Australie (IncendiesObservatoire de la Terre de la NASA).

Dans dans ce pays-continent, des méga-feux géants se sont regroupés. Ce processus est en train de tourner la partie ouest et sud-ouest en un piège à feu géant. Jusqu'à présent, il a tué plus d'un milliard d'animaux. Elle a également ravagé les zones rurales et modifié le partie superficielle du sol.

Ceci est particulièrement préoccupant, car l'état des sols et de leur biodiversité est une condition majeure du cycle de l'eau et de l'agriculture (Sarah Maunder, "Les sols ravagés par les feux de brousse mettent 80 ans à se régénérer, selon la recherche”, ABC22 janvier 2019).

Un monde brûlant

Dans En d'autres termes, les sociétés modernes ne contrôlent plus le feu. Ainsi, le climat Le changement signifie également que, comme l'a écrit Hélène Lavoix ("Quand Déni et passivité à la limite de la stupidité” – L'analyse rouge (équipe) Hebdomadaire - 9 janvier 2020), nous vivons désormais dans un monde brûlant.

Dans d'autres termes, l'état de brûlure exceptionnel connu par les villes européennes et la Les jungles d'Asie du Sud pendant la guerre du Vietnam/ Cambodge/Laos, est maintenant imposée à des villes modernes dans le monde entier. Elle devient l'équivalent d'une troisième guerre mondiale qui est menée par un "adversaire" mondial contre chaque nation de la Terre.

Ainsi, le méga-incendie mondial devient un moteur de l'hyper-siège. Cela signifie que les sociétés contemporaines sont littéralement "immergées" dans les conditions géophysiques nouvelles et défavorables qui les assiègent (Jean-Michel Valantin "Hyper siège : Changement climatique et sécurité nationale des États-Unis”, The Red Team Analysis SocietyLe 31 mars 2014, et Clive Hamilton, Terre de défi, Le sort des humains dans l'Anthropocène, 2017).

De plus, les méga-feux produisent des quantités gigantesques de gaz à effet de serre. Ils deviennent ainsi les moteurs du changement climatique et de son accélération. Ce processus renforce l'intensité de l'hyper-siège (Emma Newburger, "Les feux de forêt massifs de l'Arctique ont émis plus de CO2 en juin que la Suède en un an“, CNBCle 17 août 2019 et Chris Baynes, "Les incendies en Australie : Des flammes dévastatrices poussent les niveaux mondiaux de CO2 à un niveau record“, L'Indépendant25 janvier, 2020″.)

Cela signifie également que le changement climatique alimente les feux de forêt et les méga-feux. Ceux-ci deviennent ainsi une condition politique, sécuritaire et sociale.

Dans la deuxième partie de cet article, nous étudierons les conséquences politiques et géopolitiques de l'installation de nos sociétés modernes sur cette nouvelle planète qu'est le monde en feu.


Image en vedette au crédit : Incendie près du lac Echo, Tasmanie, Australie, 25 janvier 2019 - Contient des données modifiées du Copernicus Sentinel [2019], traitées par Pierre MarkuseCC BY 2.0.

Publié par Dr Jean-Michel Valantin (PhD Paris)

Le Dr Jean-Michel Valantin (PhD Paris) dirige le département Environnement et Sécurité du Red Team Analysis Society. Il est spécialisé dans les études stratégiques et la sociologie de la défense avec un accent sur la géostratégie environnementale. Il est l'auteur de "Menace climatique sur l'ordre mondial", "Ecologie et gouvernance mondiale", "Guerre et Nature, l'Amérique prépare la guerre du climat" et de "Hollywood, le Pentagone et Washington".

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

FR