Vers le sud

Alors qu'il est soumis à la pression croissante du changement climatique, l'Antarctique attire l'attention stratégique de la Chine. Depuis 1983, la Chine est membre du traité international de 1959 sur l'Antarctique. Ce traité international définit l'Antarctique comme une réserve scientifique et interdit toute activité militaire sur le continent (Le traité sur l'Antarctique). Les seules activités extractives sont menées à des fins scientifiques. Plus de 13 pays sont représentés sur le continent par des bases scientifiques. Le traité sera renégocié en 2048. Cette échéance crée déjà de nouvelles tensions internationales.

Cependant, dans l'Antarctique, il semble que les activités de la Chine s'intensifient, tant sur le continent que sur l'océan (Craig Hooper, "La nouvelle stratégie polaire doit se concentrer sur la longue marche de la Chine vers l'Antarctique”, Forbes, 2021/01/10).

Cette activité croissante se déroule sur un continent entièrement recouvert de glace et d'un océan glaciaire que le changement climatique altère rapidement (Julie Brigham-Grette, Andrea Dutton, "L'Antarctique se dirige vers un point de basculement climatique d'ici 2060, avec une fonte catastrophique si les émissions ne sont pas réduites rapidement”, La Conversation, 17 mai 2021).

Entre-temps, les besoins chinois en minéraux et en produits biologiques ne cessent de croître. Par conséquent, il est maintenant temps de comprendre la conception stratégique de Pékin pour l'Antarctique. Pourrions-nous assister à quelque chose de similaire à la stratégie de la Chine dans la région arctique (Jean-Michel Valantin, (Jean-Michel Valantin, "Vers une guerre entre les États-Unis et la Chine ? (1) et (2) : Tensions militaires dans l'Arctique”, The Red Team Analysis SocietyLe 16 septembre 2019) ?

Identifier la présence croissante de la Chine dans l'Antarctique

Installation de la carte Go

En fait, de 1985 à aujourd'hui, la présence de la Chine en Antarctique a été assez faible. Par exemple, il n'existe que quatre petites bases chinoises qui, ensemble, ne peuvent accueillir que 180 travailleurs. En comparaison, il existe 22 bases antarctiques américaines qui accueillent 1400 travailleurs tout au long de l'année, et 450 travailleurs et chercheurs dans les 11 bases chiliennes (Craig Hooper, "Avec de nouveaux équipements et de nouvelles bases, la Chine commence à jouer la carte de la domination dans l'Arctique.”, Forbes, 2020/12/23).

Cependant, depuis 2014, les activités chinoises sur le continent et sur l'océan Antarctique ont connu une augmentation significative.

La Chine renforce sa présence, par la construction d'une cinquième base qui pourrait ouvrir en 2022. Elle construit également une piste permanente, qui établira une ligne directe entre la nouvelle base et la Chine continentale. Une extension de la base de Great Wall est en cours, tandis qu'une entreprise chinoise construit une piste d'atterrissage près de la station de Zongshan, toutes deux faisant partie des premières bases chinoises. Depuis 2010, les autorités chinoises installent des dispositifs de communication et de télémétrie par satellite dans leurs différentes exploitations en Antarctique (Craig Hooper, "With new Gear...", ibid).

Pendant ce temps, le brise-glace chinois Xuelong approvisionne la station Zongshan. Depuis 2013, le Xuelong (" Snow Dragon ") a également effectué de nombreuses tournées arctiques. En outre, depuis 2019, un autre brise-glace, le Xuelong 2, a commencé à naviguer à la fois dans l'Arctique et dans l'Antarctique ("MV Xue Long 2”, Wikipedia).

En 2020, Pékin a également exigé la souveraineté chinoise sur une zone de 20 000 kilomètres carrés autour de la région de Kunlun. Cela équivaut à la création d'une zone de souveraineté aérienne et spatiale. Cette zone créerait une discontinuité territoriale entre la base américaine Amundsen et la future base australienne Davis (Craig Hooper, "New polar Strategy...", ibid).

La pêche extrême

Dans la même dynamique, depuis 2015, la Jiangsu Shen Lan Distant Water Fishing Company construit deux navires modernes de pêche au krill géant. Le premier, le Shen Lan, a été mis à l'eau en mai 2020. Ce navire, et son jumeau à venir, ainsi que les quatre autres navires de pêche au krill chinois déjà existants transforment la Chine en une puissance de récolte massive de krill (Mark Godfrey, "Un nouveau navire prestigieux à la tête de l'incursion chinoise dans la pêche au krill de l'Antarctique”, SeaFoodSource, 19 juin 2020).

Le krill est un crustacé microscopique qui vit en très grands bancs. Un mètre cube d'eau de mer peut contenir jusqu'à 20.000 individus. Le krill est la base même de toute la vie halieutique, mammifère et aviaire de l'Antarctique. En vertu du traité sur l'Antarctique, il n'est possible de récolter qu'un total de 620 000 tonnes métriques de krill par an (Godfrey, ibid).

La demande chinoise de viande et d'huile de krill augmente rapidement, en raison de ses qualités sanitaires. Et en plus des Shen Lan 1 et 2, deux ou trois autres navires chinois de pêche au krill sont actuellement construits ou dessinés. Cela signifie que la limite du total admissible des captures pour la Chine sera soumise à une pression croissante. Et cette pression pourrait bien s'accentuer à l'approche de 2048, date limite de l'actuel traité sur l'Antarctique.

Satellites pour l'Antarctique

Au sol, la Chine installe son système Beidou en Antarctique. Beidou, le GPS chinois, est un système spatial à double technologie, c'est-à-dire civil et militaire, pour la navigation aérienne, spatiale et maritime. Il est donc également capable de surveiller et de soutenir les systèmes d'armes aériens et spatiaux. En 2010, Pékin a installé un système Beidou dans les stations de la Grande Muraille et de Zongshan et, en 2013, dans la station éloignée du Dôme A de Kunlun (Peter Wood, Alex Stone, Taylor E. Lee, "Le segment spatial terrestre de la Chine, la construction des piliers d'une grande puissance spatiale”, Rapport de Blue Path Labs pour l'Institut d'études aérospatiales de Chine, Université américaine de l'air.1er mars 2021).

Beidou fera également partie intégrante de l'équipement de la cinquième station chinoise de 2022. (Anne-Mary Brady, "La Chine et la Russie poussent le rival du GPS en Antarctique”, L'Australie, 6 septembre 2018).

L'observation aérienne australienne dispose également de systèmes d'antennes à la station de Taishan (Jackson Gothe-Snape "La Chine incontrôlée en Antarctique”, ABC News, 12 avril 2019). Selon Eric Chol, ces antennes pourraient être des dispositifs infrarouges utilisés pour suivre le lancement des satellites (Eric Chol, Il est Midi à Pékin, 2019).

Le haut du panier : stratégie, stratégies

Brise-glace

Il est intéressant de noter que les différentes manières dont la Chine s'installe en Antarctique rappellent étroitement ses stratégies en matière d'Arctique, d'accès aux fruits de mer et d'espace.

En effet, comme en Arctique, la marine chinoise apprend à utiliser ses navires brise-glace Xuelong et Xuelong 2 dans l'océan Antarctique. Les difficultés de navigation rencontrées par le Xuelong en 2014 ne sont que des étapes dans l'apprentissage de son équipage. Cette expérience de la navigation sera importante pour assurer une liaison régulière, voire permanente, entre les stations et la Chine continentale ("Sauvetage en Antarctique : Le brise-glace chinois Xue Long "coincé dans la glace".””, BBC News, 4 janvier 2014).

Convergence avec l'initiative "Belt & Road

L'installation des systèmes Beidou s'inscrit dans le cadre des stratégies de l'Arctique, de l'espace et de la Ceinture et la Route (Toru Tsunashima, "Le Beidou chinois éclipse le GPS américain”, Nikkei AsieLe 25 novembre 2020). En effet, les stations des systèmes Beidou sont systématiquement installées dans les pays membres de la Ceinture et la Route. C'est également le cas en Suède et en Norvège, même s'ils ne sont pas officiellement membres de l'initiative Belt& Road (B&R) (Wood, Stone et Taylor, ibid).

Or, ces deux pays se trouvent à l'extrémité européenne de la route russe de la mer du Nord, qui s'étend du détroit de Béring à l'Atlantique depuis les côtes de la mer de Barents et de la Norvège. L'installation de systèmes Beidou est donc très utile pour le nombre croissant de navires chinois qui empruntent la route de la mer du Nord / "route de la soie polaire".

Les effets du réchauffement climatique sur l'océan Arctique sont la condition de base pour l'ouverture de cette route. De plus, comme les cargos chinois utilisent de plus en plus fréquemment cette route, Pékin en fait la "route de la soie polaire", c'est-à-dire le segment arctique de la B&R (Jean-Michel Valantin, "L'Ouest est-il en train de perdre le réchauffement de l'Arctique ?”, The Red Team Analysis Society, 7 décembre 2020).

La sécurité alimentaire à partir du froid

Il faut également noter que les moteurs de l'intérêt de Pékin pour l'Antarctique semblent être les mêmes que pour les autres zones, à savoir l'accès aux ressources, le renforcement de la sécurité alimentaire et l'accroissement de l'influence géographique. Par exemple, la stratégie de sécurité alimentaire de la Chine se révèle par ses capacités et sa dimension de (sur)pêche (Jean-Michel Valantin, "La flotte de pêche chinoise, influence et les guerres de la faim”, The Red Team Analysis SocietyLe 20 avril 2021.) Le nouveau navire de pêche au krill et son jumeau à venir font partie de la gigantesque flotte chinoise de navires de pêche en eaux lointaines.

L'objectif de cette flotte est de positionner ses "escouades" de navires en position dominante. Ce faisant, ils peuvent exploiter les ressources biologiques des océans. Et ils le font de la mer de Chine méridionale au golfe de Guinée et à la zone économique exclusive de la Bolivie (Valantin, ibid).

Il apparaît que Pékin est également de plus en plus actif, aux côtés de la Russie, pour contester et bloquer les avenants au traité sur l'Antarctique. Par exemple, au cours des cinq dernières années, les deux pays ont systématiquement refusé de valider la création de trois zones de protection marine. Ainsi, de factoles zones concernées restent potentiellement ouvertes à l'exploitation de la pêche (Alvaro Etchegaray, "Le nuage grandissant de la Chine en Antarctique”, SupChina, 3 novembre 2020).

Ainsi, dans l'Antarctique, le navire Shen Lan commence ses activités tandis que les entreprises chinoises déclarent leur intention de pêcher deux à trois millions de tonnes de krill par an. Soit un total bien plus important que celui autorisé par le traité sur l'Antarctique (Mark Godfrey, ibid).

Ainsi, les modalités de la présence croissante de la Chine en Antarctique pourraient donc être une extension et une transposition des différents autres segments de la grande stratégie de l'"Empire du Milieu".

Projection du "besoin chinois en Antarctique".

Ainsi, Pékin accroît sa présence terrestre et océanique en Antarctique. Dans la même dynamique, elle met sous pression les normes qui définissent le statut international du continent du pôle sud (Alexander B. Gray, "Le prochain objectif géopolitique de la Chine : dominer l'Antarctique”, L'intérêt national20 mars 2021). Et ce, pour les mêmes raisons qu'ailleurs. Le gouvernement et les entreprises chinoises doivent trouver des ressources pour satisfaire les immenses besoins qui alimentent la croissance de la Chine.

La construction de bases, le développement d'infrastructures terrestres et spatiales ultramodernes et l'augmentation des capacités maritimes nécessitent une incitation d'une ampleur unique. Cette incitation est le "pouvoir du besoin" chinois. Nous entendons par là l'énorme besoin qui motive le développement économique et matériel de l'"Empire du Milieu", fort de 1,4 milliard d'habitants.

Dans les années 1980, une classe moyenne chinoise émergente de 300 millions de personnes a commencé à découvrir le consumérisme. Pendant ce temps, des centaines de millions d'autres Chinois ont échappé aux griffes de la pauvreté et de la faim (Jean-Michel Valantin, "La Chine et la nouvelle route de la soie, des puits de pétrole à la lune... et au-delà”, The Red Team Analysis Society6 juillet 2015).

Ainsi, le "pouvoir du besoin" chinois est le besoin immense et permanent de différents types de ressources et de produits. Ceux-ci sont nécessaires pour répondre aux besoins fondamentaux et en développement d'un pays géant qui traverse un triple cycle de croissance économique, de consommation et d'urbanisation très rapide (Loretta Napoleoni, Maonomics, 2011).

Prendre de la hauteur sur une planète qui se réchauffe

Déstabilisation

Comme dans l'Arctique, ce renforcement de la présence chinoise dans l'Antarctique s'inscrit dans le contexte de la compétition mondiale pour les ressources minérales, énergétiques et biologiques sur une planète qui se réchauffe. En effet, l'Arctique et l'Antarctique, qui se réchauffent, sont des environnements extrêmes, qui subissent des modifications profondes et rapides en raison du changement climatique.

Contrairement à l'Arctique, l'Antarctique se réchauffe à cause de l'océan, et non à cause du réchauffement de l'atmosphère. Ce processus déstabilise les énormes glaciers continentaux. Les fluctuations thermiques pourraient avoir des conséquences désastreuses sur le niveau global des océans au cours des prochaines décennies (Alexandra Witze, "L'Antarctique oriental perd de la glace plus vite qu'on ne le pensait”, Nature,, 10 décembre 2018, Sarah Sloat, "Une énorme cavité dans un glacier de l'Antarctique abrite une menace dangereuse », Inverse quotidien, le 1er février 2019 et Chelsea Gohd, " Plus d'un tiers de la plate-forme de glace de l'Antarctique pourrait s'effondrer en raison du réchauffement de la planète dû au changement climatique », Espace.com, 11 avril 2021).

Ces modifications commencent déjà à ouvrir des pans de terrain à l'"exploration géologique". Il est intéressant de noter qu'un phénomène similaire se produit au Groenland. Et que des entreprises chinoises tentent également d'exploiter les nouvelles terres libres de glace du Groenland (Jean-Michel Valantin "La Chine Arctique: vers de nouvelles guerres du pétrole dans un Arctique en réchauffement?“, The Red Team Analysis Society, 14 septembre 2021 et Mark O'Neill, "Le vote de la Chine nuit aux projets de la Chine en matière de terres rares”, Ejinsight, 15 avril 2021) .

La course commence

En d'autres termes, le développement de la Chine dans l'Antarctique projette la gigantesque "puissance de besoin" chinoise dans tout le continent de glace et son océan.

Ainsi, la Chine installe des infrastructures qui vont permettre d'"importer" de plus en plus de capacités en Antarctique. Pendant ce temps, le besoin en ressources va devenir toujours plus important. Et d'un point de vue stratégique, l'Antarctique pourrait bien être un gigantesque gisement de ressources.

Nous devons maintenant explorer les conséquences géopolitiques gigantesques de la stratégie chinoise en Antarctique, à l'échelle indo-pacifique et mondiale.


Image en vedette : Antarctique par Sarah N à partir de Pixabay


Publié par Dr Jean-Michel Valantin (PhD Paris)

Le Dr Jean-Michel Valantin (PhD Paris) dirige le département Environnement et sécurité de la Société d'analyse (équipe) rouge. Il est spécialisé dans les études stratégiques et la sociologie de la défense, avec un accent sur la géostratégie environnementale. Il est l'auteur de "Menace climatique sur l'ordre mondial", "Ecologie et gouvernance mondiale", "Guerre et Nature, l'Amérique prépare la guerre du climat" et de "Hollywood, le Pentagone et Washington".

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

FR