(Conception artistique : Jean-Dominique Lavoix-Carli)

Plus de 110 millions de personnes ont souffert ou souffrent encore d'un COVID long depuis le début de la pandémie (Chen Chen et al., références complètes et détail du calcul ci-dessous). C'est le nombre qui découle des conclusions d'une étude passant systématiquement en revue les recherches effectuées sur le COVID long jusqu'en août 2021 et publiée le 16 novembre 2021 (Ibid).

Ce chiffre stupéfiant souligne combien il est important que la condition connue sous le nom de "COVID long" soit être prise en compte si nous voulons comprendre pleinement ce que signifie "vivre avec le COVID-19". Plus particulièrement, pour estimer les multiples impacts de la cinquième vague de la pandémie de COVID-19, nous devons intégrer le COVID long et ses effets. Le COVID long pourrait bien être, et ce de plus en plus, un aspect essentiel de la pandémie, même s'il a rarement été pris en compte au départ.

Ainsi, dans cet article en deux parties, nous nous concentrons sur le COVID long. La première partie fait le point sur les connaissances actuelles. Nous tentons de comprendre en quoi cet aspect de la pandémie peut avoir un impact sur la sécurité, entendue au sens large du terme. Nous verrons donc d'abord ce qu'est le COVID long, ses nombreuses appellations, ses définitions, le nombre de personnes qui le subissent, les personnes à risque en termes d'âge notamment, la durée du COVID long et son intensité. Nous aborderons ensuite les vaccins et la COVID longue. Enfin, nous commencerons à mettre en évidence les impacts possibles, au niveau individuel et collectif. Dans la partie suivante, nous chercherons à évaluer plus spécifiquement la COVID longue dans le cadre de la cinquième vague.

Nous avons examiné la létalité mondiale potentielle de la cinquième vague avec l' article précédent, après avoir regardé la contagion et la forme que la cinquième vague pourrait prendre, au niveau mondial.

Qu'est-ce que le "COVID long" ?

Introduction au COVID long

Le "COVID long" est également connu sous le nom de "Séquelles post-aiguës de COVID-19 (PASC)", "COVID-19 chronique ", "condition post-COVID", et "COVID-19 au long cours".

Le COVID long signifie que, après avoir été infecté par le SRAS-CoV-2, on souffre pendant une durée indéterminée, de trois à neuf mois selon l'OMS, ou plus selon l' Office for National Statistics du Royaume-Uni (voir ci-dessous), de certains symptômes, parmi les 200 symptômes qui ont été identifiés (conversation scientifique de l'OMS, "Condition post COVID-19", 30 juillet 2021).

La maladie est généralement définie comme "des symptômes nouveaux ou persistants à quatre semaines ou plus de l'infection par le SRAS-CoV-2" (voir, par exemple, U.S. CDC; Office for National Statistics du Royaume-Uni, Prevalence of ongoing symptoms following coronavirus (COVID-19) infection in the UK: 4 November 2021).

L'OMS propose, pour sa part, la définition suivante :

L’affection post COVID-19 survient chez des personnes présentant des antécédents d’infection probable ou confirmée par le SARS-CoV-2, généralement 3 mois après l’apparition de la COVID-19 avec des symptômes qui persistent au moins 2 mois et qui ne peuvent être expliqués par un autre diagnostic...."

OMS, "Une définition de cas clinique pour l’affection post-COVID-19 établie par un consensus Delphi, WHO/2019-nCoV/Post_COVID-19_condition/Clinical_case_definition/2021.1

Le COVID long n'inclut pas les complications liées au COVID-19, définies comme "toute maladie secondaire qui se manifeste après la phase aiguë d'une infection COVID-19". Le syndrome inflammatoire multisystémique de l'enfant (MIS-C), la maladie rénale chronique (MRC), la myocardite/péricardite, le syndrome de fatigue chronique (SFC) ou l'encéphalomyélite myalgique, et la maladie de Kawasaki sont des complications connues pour être associées au COVID-19" (Chen Chen et al., "Global Prevalence of Post-Acute Sequelae of COVID-19 (PASC) or Long COVID: A Meta-Analysis and Systematic Review“, MedRxiv [pas encore examiné par les pairs], 16 novembre 2021, doi : https://doi.org/10.1101/2021.11.15.21266377).

Combien de personnes souffrent de COVID long ?

Une étude, publiée le 16 novembre 2021, a passé en revue toutes les recherches scientifiques actuelles écrites en anglais sur le COVID long jusqu'au 12 août 2021. Elle a cherché notamment à connaître la prévalence du COVID long et le nombre de personnes qui pourraient en avoir souffert ou en souffrent encore (Chen Chen et al., "Global Prevalence of Post-Acute Sequelae of COVID-19 (PASC) or Long COVID: A Meta-Analysis and Systematic Review", Ibid.).

Selon les résultats de Chen Chen et al., on peut estimer globalement que 43% de tous les cas positifs au test COVID-19 développent un COVID long. La prévalence est pire chez les personnes qui sont hospitalisées et atteint, dans ce cas, 57%.

L'estimation de 43% correspond presque parfaitement au taux de prévalence pour le COVID long trouvé dans l'étude "Coronavirus (COVID-19) Infection Survey (CIS)" faite par l'Office for National Statistics du Royaume-Uni , c'est-à-dire 41,84% (Prevalence of ongoing symptoms following coronavirus (COVID-19) infection in the UK: 1 April 2021 - première publication - tableau 9).

On est loin des "environ 10-20% des patients ayant le COVID-19" suggérés par l'OMS dans son rapport fondé sur une enquête Delphi (OMS, "A clinical case definition of post COVID-19 condition by a Delphi consensus").

Cela montre, entre autres, le danger d'utiliser la méthode Delphi, comme l'a souligné Theodore Gordon ("The Delphi Method", The Millennium Project: Futures Research Methodology,Version 3.0, Ed. Jerome C. Glenn). Ces dangers sont constamment ignorés. La méthodologie continue d'être promue sans que les utilisateurs ne cherchent à remédier aux problèmes. La méthode Delphi est donc utilisée encore et encore, le plus souvent sans précaution par de nombreux acteurs, y compris au sein des gouvernements.

La faible prévalence retenue par l'enquête de l'OMS montre également, une fois de plus, que l'OMS est avant tout un organe de politique internationale, donc une arène pour les luttes diplomatiques et normatives. En outre, en tant qu'institution, l'OMS a également son propre agenda (voir Hélène Lavoix, L'épidémie de coronavirus COVID-19 ne concerne pas seulement un nouveau virus, The Red Team Analysis Society12 février 2020). Les définitions et recommandations de l'OMS doivent donc toujours être considérées et comprises dans leur contexte.

Si nous suivons les résultats de Chen Chen et al., cela signifie que le 22 novembre 2021, 110,5 millions de personnes ont souffert ou souffrent encore, dans le monde, de COVID long depuis le début de la pandémie (estimations d'infections : 257 015 millions le 22 novembre 2021, Reuters). Ce nombre augmente chaque minute.

Toujours selon Chen Chen et al., la prévalence du COVID long varie selon les régions avec 49% pour l'Asie, 44% pour l'Europe et 30% pour l'Amérique du Nord.

Ces résultats restent des estimations car les études diffèrent largement dans leur conception, en ce qui concerne par exemple le type de patients étudiés, le moment où la recherche a été effectuée, ou le type et la durée des symptômes pris en compte. Par exemple, Chen Chen et al. soulignent que, pour la prévalence globale, "les estimations varient largement de 0,09 à 0,81" (Ibid.). De plus, pour mieux appréhender la prévalence, il faudrait pouvoir considérer l'évolution et les changements en fonction des variants.

Malheureusement, les cas de COVID long sont très peu suivis dans le monde, une situation qui devrait changer si l'on veut s'attaquer correctement à ce problème. Ce suivi est plus que nécessaire compte tenu du nombre impressionnant de personnes concernées, des souffrances que la maladie entraîne et des différents impacts directs et indirects du COVID long, comme nous le verrons plus loin.

En nombre de personnes - Tiré du Tableau 12 : Séries chronologiques du nombre estimé de personnes vivant dans des ménages privés (foyers) et ayant déclaré un COVID long, quelle qu'en soit la durée, Royaume-Uni : périodes de quatre semaines. Office for National Statistics du Royaume-Uni ; "Prevalence of ongoing symptoms following coronavirus (COVID-19) infection in the UK: 4 November 2021

Depuis le 3 février 2021, le Royaume-Uni a commencé à surveiller régulièrement le COVID long à l'aide de déclarations spontanées au sein de la "Coronavirus (COVID-19) Infection Survey (CIS)" de l'Office for National Statistics du Royaume-Uni (Prevalence of ongoing symptoms following coronavirus (COVID-19) infection in the UK: 1 April 2021 - première publication). L'ONS publie régulièrement de nouvelles mises à jour, par exemple Prevalence of ongoing symptoms following coronavirus (COVID-19) infection in the UK: 4 November 2021". Par conséquent, nous disposons maintenant d'une estimation régulière des cas réels de COVID long au Royaume-Uni, comme le montre le graphique.

Comment et pourquoi souffre-t-on de Long Covid ?

Jusqu'à présent, nous ne savons pas exactement pourquoi une personne développe un COVID long. En effet, la maladie n'est pas encore comprise (par exemple Conversation scientifique de l'OMS, "Condition post COVID-19", 30 juillet 2021). Néanmoins, nous commençons à avoir quelques connaissances potentielles sur la maladie, lesquelles doivent encore être considérées avec beaucoup de prudence.

Selon Selon Chen et al., les femmes ont tendance à être plus exposées au risque de COVID long que les hommes : la prévalence chez les femmes est de 49% (95% CI : 0,35, 0,63), et chez les hommes de 37% (95% CI : 0,24, 0,51) (Ibid : 13). L'asthme préexistant semble également augmenter les risques de subir un long COVID (Ibid.). Cependant, comme le soulignent les auteurs, ces conclusions sont issues de moins de cinq études et doivent donc être considérées avec prudence. D'autres "conditions préexistantes telles que l'obésité, la comorbidité et l'hypothyroïdie" ont également été citées comme favorisant un COVID long (Ibid.), mais ces conclusions ne semblent pas cadrer avec la prévalence très élevée.

À la fin de l'année 2021, soit près de deux ans après le début de la pandémie, nous ne sommes sûrs que d'une chose : si nous sommes infectés par le SRAS-CoV-2, même si nous sommes asymptomatiques, nous pouvons souffrir de COVID long et les chances que cela se produise sont assez élevées.

Les jeunes et même les enfants souffrent de plus en plus souvent de COVID long.

Le COVID long touche principalement les adultes âgés de 35 à 69 ans, mais les jeunes adultes, âgés de 17 à 24 ans, sont loin d'être exempts (Office for National Statistics du Royaume-Uni ; "Prevalence of ongoing symptoms following coronavirus (COVID-19) infection in the UK: 4 November 2021“).

Si l'on prend le suivi des Britanniques comme indication, il est inquiétant de constater que le COVID long semble se répandre avec le temps parmi la population plus jeune. En novembre 2021, le pourcentage de Britanniques âgés de 17 à 24 ans qui souffrent de COVID long était "comparable à celui des personnes âgées de 35 à 69 ans" (Ibid.).

En outre, les enfants développent également le COVID long. L'enquête britannique de novembre 2021 a mis en évidence que le pourcentage de La COVID longue a augmenté chez les personnes âgées de 12 à 16 ans, passant de 0,89% de la population totale du Royaume-Uni le 2 septembre à 1,27% le 2 octobre 2021 (Ibid, tableau 4).

Cela correspond à ce qui a été constaté en Israël. Selon une enquête menée à la mi-septembre 2021 par le ministère israélien de la Santé,

Des symptômes persistants (COVID long) existent parmi les enfants infectés dans l'état d'Israël : 11,2% de tous les enfants ont présenté des symptômes après la guérison, et environ 1,8%-4,6% d'entre eux, selon leur âge, continuent de présenter des symptômes de COVID long 6 mois après la maladie aiguë, au moment de l'enquête. ...

Mises à jour du ministère de la santé, "Results of the Long-COVID Survey Among Children in Israel“, 14.09.2021

Selon la même enquête, plus l'enfant est âgé, plus il a de chances de souffrir d'un COVID long. Les enfants symptomatiques ont plus de chances de développer la maladie. Néanmoins, les enfants asymptomatiques peuvent également en souffrir :

"Parmi les adolescents âgés de 12 à 18 ans qui ont développé une maladie symptomatique, 5,6% ont connu un COVID long, contre 3,5% parmi ceux qui n'ont présenté aucun symptôme lorsque leur coronavirus a été confirmé positif. Une situation similaire a été observée parmi les autres groupes d'âge."

Mises à jour du ministère de la santé, "Results of the Long-COVID Survey Among Children in Israel“, 14.09.2021

Quelle est la durée d'un COVID long ?

Selon la Meta-Analyse et Revue Systématique de Chen Chen et al. (Ibid.), la prévalence globale de COVID long en fonction du temps écoulé depuis la "date index", qui est la date de test COVID-19 positif, mais qui devrait idéalement être le moment de l'infection, évolue comme dans le tableau suivant :

Temps de suivi après la date d'index (en jours)30 60 90 120
prévalence globale groupée des COVID longs36%24%29%51%
Prévalence mondiale de Covid long en fonction du délai après un test positif (d'après Chen Chen et al.)

Les chercheurs expliquent l'augmentation des taux avec le temps par une surreprésentation des patients hospitalisés dans les études de référence et l'abandon des personnes au fur et à mesure de l'amélioration de leur condition, ces deux facteurs pouvant fausser les résultats.

Si nous regardons l'enquête permanente de l'ONS britannique nous obtenons les chiffres suivants. En octobre 2021, 1,2 million de personnes ont déclaré avoir eu un COVID long (Office for National Statistics du Royaume-Uni ; "Prevalence of ongoing symptoms following coronavirus (COVID-19) infection in the UK: 4 November 2021). Parmi ceux-ci, "426.000 (35%) eurent (ou soupçonnent avoir eu) le COVID-19 au moins un an auparavant" ; 204.000 (17%) pensent avoir eu le COVID-19 entre 39 et 52 semaines auparavant (9,75 mois et 1 an) ; 172.000 (14%) pensaient avoir eu le COVID-19 entre 26 et 39 semaines (6,5 et 9,75 mois) auparavant ; 46.000 (4%) pensent avoir eu le COVID-19 entre 12 et 26 semaines auparavant (3 mois et 6,5 mois), 240.000 (20%) pensent avoir eu le COVID-19 moins de 12 semaines (3 mois) auparavant (Ibid).

Il est difficile de comparer les résultats des deux études car la première considère la durée du COVID long selon la prévalence et la seconde selon les patients souffrant de COVID long. De plus, la première étude ne couvre que 120 jours, soit 17,14 semaines, alors que la seconde va au-delà de 52 semaines.

Les deux approches n'en sont pas moins instructives et mettent en évidence la durée fort longue pendant laquelle les personnes souffrent, tandis que leur famille et la société sont également touchées.

Combien de personnes souffrant du COVID long sont handicapées par leurs symptômes ?

Les symptômes du COVID long sont souvent invalidants. Malheureusement, il n'existe à ce jour aucun traitement contre le COVID long, parce que la maladie n'est pas encore comprise (Conversation scientifique de l'OMS, "Condition post COVID-19", 30 juillet 2021 ; Long Covid Diagnostic et traitement par le Dr. Seheult de Medcram - 5 juin 2021 : certaines données, notamment sur la prévalence, sont périmées).

Selon une étude suédoise, réalisée entre le 15 avril 2020 et le 8 mai 2020, auprès de professionnels de la santé ayant souffert de formes non graves de COVID-19, donc avant les variants Alpha et Delta, 8 à 15% des personnes souffrant de COVID long ont vu leurs symptômes interférer avec leur vie quotidienne (Havervall S, Rosell A, Phillipson M, et al., "Symptoms and Functional Impairment Assessed 8 Months After Mild COVID-19 Among Health Care Workers“, JAMA, 2021;325(19) : 2015-2016, doi:10.1001/jama.2021.5612).

Toutefois, si l'on considère la surveillance continue effectuée au Royaume-Uni, au 4 novembre 2021 la proportion de personnes souffrant de symptômes incapacitants est beaucoup plus élevée :

"Les symptômes ont eu des répercussions négatives sur les activités quotidiennes de 780 000 personnes (65% des personnes ayant un COVID long autodéclaré), 233 000 (19%) ayant déclaré que leur capacité à entreprendre leurs activités quotidiennes avait été "fortement limitée".

Office for National Statistics du Royaume-Uni ; "Prevalence of ongoing symptoms following coronavirus (COVID-19) infection in the UK: 4 November 2021

Les variations entre les deux études peuvent provenir d'une multitude de raisons, les plus inquiétantes étant un effet de plus en plus sévères en raison des variants, ainsi que, peut-être, une répétition de l'infection créant un certain type de fragilité.

Vaccination et COVID long

Quel est l'impact, le cas échéant, de la vaccination actuelle sur le COVID long ? Là encore, nous sommes confrontés à des connaissances incertaines.

Une étude du 26 octobre 2021 " a examiné les données de près de 20 000 patients américains souffrant du COVID-19, dont la moitié avait été vaccinée (Maxime Taquet, Quentin Dercon, Paul J Harrison, "Six-month sequelae of post-vaccination SARS-CoV-2 infection: a retrospective cohort study of 10,024 breakthrough infections, medRxiv, [pas encore revue par les pairs], 26 octobre 2021, doi : 2021.10.26.21265508). Les chercheurs ont examiné " les cas confirmés d'infection par le SRAS-CoV-2 (enregistrés entre le 1er janvier et le 31 août 2021), incluant donc probablement les variants Alpha et Delta ". Compte tenu de l'importance de ces résultats, je les cite longuement :

Cette étude... confirme que la vaccination protège contre le décès et l'admission en soins intensifs à la suite d'une infection de percée (breakthrough infection) par le SRAS-CoV-2 [c'est-à-dire une infection après vaccination]. ... Notre étude montre également que la vaccination contre le COVID-19 est associée à un risque plus faible de problèmes supplémentaires ... tels que insuffisance respiratoire, hypoxémie, besoin en oxygène, hypercoagulopathie ou thromboembolie veineuse, convulsions, troubles psychotiques et perte de cheveux.
D'autre part, une vaccination antérieure ne semble pas avoir d'effet protecteur contre plusieurs suites précédemment documentées au COVID-19 tels que les caractéristiques du COVID long, l'arythmie, les douleurs articulaires, le diabète de type 2, les maladies du foie, les troubles du sommeil et les troubles de l'humeur et de l'anxiété.
L'absence d'un effet protecteur contre les caractéristiques du COVID long est préoccupante étant donné l'incidence et le poids élevés de ces séquelles.
... nos résultats soulignent que certaines conséquences post-aiguës du SRAS-CoV-2 (et notamment les présentations du COVID long) sont susceptibles de persister même après une vaccination réussie de la population, tant que des infections de percée (breakthrough infections) se produisent.

Maxime Taquet, Quentin Dercon, Paul J Harrison, "Six-month sequelae of post-vaccination SARS-CoV-2 infection: a retrospective cohort study of 10,024 breakthrough infections, medRxiv, [non encore examiné par les pairs], 26 octobre 2021, doi : 2021.10.26.21265508

Une autre étude a montré des résultats contradictoires. Les recherche furent réalisées sur des personnes s'auto- déclarant au Royaume-Uni et ses résultats étaient beaucoup plus optimistes. Se penchant également sur l'impact de la vaccination sur le Covid long, avec des données couvrant les variants existant entre le 8 décembre 2020 et le 4 juillet 2021, mélangeant ainsi les variants Alpha et Delta, cette étude a suggéré que les chances de développer un Covid long après vaccination étaient réduites de 50% (Steves, "Long COVID : la double vaccination réduit le risque de moitié... ; Antonelli M, Penfold RS, Merino J, et al. Risk factors and disease profile of post-vaccination SARS-CoV-2 infection in UK users of the COVID Symptom Study app : a prospective, community-based, nested, case-control study. Lancet Infect Dis. 2021;0(0), doi:10.1016/S1473-3099(21)00460-6).

Taquet et al. abordent la différence entre leurs résultats et ceux de l'étude britannique sur les patients auto-déclarés, soulignant entre autres que l'auto-déclaration peut introduire des biais. L'étude du 26 octobre, réalisée aux États-Unis, n'inclut pas le vaccin ChAdOx1 nCov-19 (" Oxford/AstraZeneca "), alors que la seconde étude le fait, car elle a été réalisée au Royaume-Uni (Taquet et al. Ibid.). D'autres recherches seraient nécessaires, surtout si l'on considère le potentiel positif du vaccin ChAdOx1 nCov-19 ('Oxford/AstraZeneca') pour le COVID long. Toutefois, si l'on se réfère à la surveillance continue du COVID long effectuée au Royaume-Uni, nous voyons des chiffres significatifs de patients souffrant de COVID long, alors que la population est largement vaccinée. Cela tendrait donc à suggérer que même si le vaccin Oxford/AstraZeneca offre un minimum de protection, il est insuffisant en ce qui concerne la prévalence du COVID long et son intensité.

Une autre étude réalisée à 120 jours, mais ne tenant pas compte du variant Delta, suggère que la vaccination améliore l'état des patients atteints de COVID long (Viet-Thi Tran et autres, "Efficacy of COVID-19 Vaccination on the Symptoms of Patients With Long COVID…", SSRN/Preprints avec The Lancet29 septembre 2021). Parallèlement, "la proportion de patients présentant un état symptomatique inacceptable" a été réduite de 46,4% à 38,9% (Ibid.). On notera que si 38,9% de personnes "ont un état symptomatique inacceptable", cela représente toujours un nombre de personnes très élevé.

En résumé, dans l'attente de recherches plus approfondies et en gardant à l'esprit le principe de précaution, il semble sage d'envisager que les vaccins actuels n'ont probablement pas d'effets positifs sur le COVID long.

Par ailleurs, nous savons, dans l'état actuel des connaissances, que c'est, pour l'heure, l'infection qui déclenche le COVID long. Ensuite, les vaccins semblent n'avoir, au mieux, qu'un effet positif limité sur les infections (voir Hélène Lavoix, "Vers une cinquième vague de Covid-19“, The Red Team Analysis Society, 27 octobre 2021). Troisièmement, quelle que soit la protection offerte par les vaccins actuels en termes de contagion, elle s'amenuise avec le temps, à mesure que l'immunité s'affaiblit (Ibid). Ainsi, pour l'heure, les seuls moyens certains dont nous disposons pour combattre et prévenir le COVID long sont les interventions non pharmaceutiques (masques, distance, quarantaines, lockdowns, etc.).

Impacts individuels et collectifs

Pour notre propos, l'ONS britannique fournit des données très intéressantes, car il ventile également l'intensité de l'incapacité créée par le COVID long en fonction de la durée de la maladie, comme le montre le graphique ci-dessous :

Personnes ayant un COVID long selon la limitation d'activité et la durée de l'affection
Extrait du tableau 9 : " Estimation du nombre de personnes vivant dans des ménages privés et ayant une COVID longue autodéclarée par limitation d'activité ultérieure, Royaume-Uni : période de quatre semaines se terminant le 2 octobre 2021 ", Office for National Statistics du Royaume-Uni ; "Prevalence of ongoing symptoms following coronavirus (COVID-19) infection in the UK: 4 November 2021

Ce graphique montre aussi, possiblement, l'effet débilitant d'un COVID long: plus les patients souffrent longtemps d'un COVID long, plus elles sont limitées dans leurs activités.

Le nombre de personnes gravement limitées dans leurs activités quotidiennes et ayant commencé à ressentir des symptômes il y a plus de 52 semaines est considérable. Il représente presque une ville de taille moyenne.

En termes d'impacts, il faut prendre en considération qu'une personne qui subit un COVID long fortement limitant signifie que c'est toute la famille qui sera impactée. En effet, la personne limitée dans ses activités doit être prise en charge, tandis que l'impact psychologique sur la famille doit également être pris en compte. Si jamais la personne qui souffre d'un COVID long est celle qui s'occupe de la famille et qui fournit les ressources, les conséquences sont encore plus dramatiques. Une personne atteinte d'un COVID long partiellement ou sévèrement limitant signifie donc en réalité que beaucoup plus de personnes sont directement touchées.

Par conséquent, le graphique ci-dessus met en évidence qu'un nombre relativement considérable de personnes seront "retirées" de la société, car elles seront incapables de mener à bien leur travail. Comme la famille est également touchée, il en résultera des répercussions plus légères, mais néanmoins très probablement perceptibles, sur la société, en raison de la charge et de l'inquiétude accrues de la famille.

Notamment pour les petites et moyennes entreprises, l'impact d'un COVID long peut être désastreux. En effet, l'absence d'une seule personne peut mettre en danger la survie même de l'entreprise. Pour les grandes entreprises, qui ont néanmoins choisi des politiques d'emploi strictes, l'impact d'un COVID long peut également être très grave. Collectivement, la gravité de l'impact variera selon les secteurs, et il est urgent de procéder à des analyses par secteur d'activité.

Par exemple, il serait très intéressant d'estimer dans quelle mesure les perturbations actuelles de la chaîne d'approvisionnement globale (par exemple, Judy Greenwald, "Port logjams exacerbate supply chain risks“, Business Insurance, 1er novembre 2021) peuvent également être liées au COVID long.

En résumé, il est évident que le COVID long est une affection grave, qui touche de nombreuses personnes et dont les conséquences sont multiples et en cascade. Avec la prochaine partie, nous nous tournerons vers des estimations concernant l'avenir afin d'avoir une meilleure vision de ce que pourrait impliquer le COVID long lors de la cinquième vague.

Publié par Dr Helene Lavoix (MSc PhD Lond)

Dr Hélène Lavoix, PhD Lond (relations internationales), est le président/CEO de la Red Team Analysis Society. Elle est spécialisée en prospective et alerte précoce stratégiques (S&W) pour les questions de sécurité nationale et internationale. Elle se concentre actuellement sur la montée en puissance de la Chine, la pandémie de COVID-19, la méthodologie du SF&W, la radicalisation, les environnements extrêmes ainsi que sur les problématiques des nouvelles technologies (IA, QIS, monde virtuel) du point de vue de la sécurité internationale.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

FR