Vers des guerres civiles climatiques ?

(Traduction française faite par IA) Les "guerres climatiques" ne seront pas "seulement" des guerres interétatiques.

Dans notre précédent article, nous avons vu que les conflits actuels intègrent des tensions liées au climat. Ce processus transforme littéralement certains conflits en "proto-guerres climatiques" (Jean-Michel Valantin, "Que sont les guerres climatiques ?”, The Red Team Analysis Society2 novembre 2021). Cette transformation suit la manière dont la chaîne des conséquences du changement climatique influence la définition des buts de la guerre.

Le même processus s'applique très probablement aux tensions internes. Dès lors, nous devons nous demander si les interactions entre le changement climatique et les tensions internes ne risquent pas de déboucher sur des guerres civiles ?

Guerre civile

Afin de répondre à cette question, nous devons définir ce qu'est une guerre civile. Nous proposons de la définir comme une guerre qui se déroule à l'intérieur des frontières d'un pays donné, entre des parties armées différentes mais nationales qui combattent l'État (Encyclopedia Britannica). 

Selon Max Weber, un État est le "monopole légitime de la violence" ("La politique comme vocation", 1919). Ainsi, une guerre civile signale sa faiblesse et l'aggrave. Cependant, cet affaiblissement peut très bien transformer une guerre civile en une "guerre de désagrégation", quand et où les parties opposées continuent à se battre, tandis que la guerre devient sa propre finalité (Harald Welzer, Les guerres du climat : ce pourquoi les gens seront tués au XXIe sièclest siècle, 2012). 

Ainsi, une guerre civile implique une rupture profonde de l'ordre social, institutionnel et politique. Or, dans certaines régions et à certaines périodes, le changement climatique exerce déjà sur les sociétés des effets analogues à ceux de la guerre civile.  

Nous allons donc utiliser le début de la guerre en Syrie comme étude de cas. Tout d'abord, nous verrons comment et pourquoi il y a eu une telle vulnérabilité sociale face à la longue sécheresse de 2006-2011.

Ensuite, nous verrons comment le changement climatique et les tensions politiques ont interagi au Moyen-Orient et en Syrie pendant le printemps arabe et le début de la guerre civile syrienne en 2011.

Enfin, nous étudierons comment cela a conduit à l'affaiblissement de l'État syrien en tant que monopole de la violence.

Premier contact

La fragilité de la Syrie

Il existe plusieurs études sur les liens entre le changement climatique et la guerre civile syrienne. Plusieurs chercheurs identifient la façon dont la longue sécheresse historique de 2006-2010 a détruit le tissu rural syrien (Werrell et Femia, Le printemps arabe et le changement climatique, 2013).

Elle a entraîné un exode rural massif de populations pauvres et démunies dans des villes mal préparées et mal gérées. Dans ce contexte, le développement ultra-rapide des inégalités urbaines a bien créé un vaste réservoir de jeunes désaffiliés. Ceux-ci allaient devenir les premiers réservoirs des insurrections.

Vulnérabilité des bâtiments

Cependant, le manque même de résilience de ce pays semi-aride, même face à une sécheresse historique, est surprenant. Il se trouve que les raisons de cette vulnérabilité à la sécheresse prennent racine dans la politique agricole du régime Assad depuis les années 1990 (Aden W. Hassan et alii, "L'impact des politiques alimentaires et agricoles sur l'utilisation des eaux souterraines en Syrie", Journal of Hydrology, 29 mars 2014).

À cette époque, le régime a développé par la force la culture du coton pour l'exportation vers le marché international. La culture du coton est très gourmande en eau. Ainsi, le nombre de puits a doublé entre 1998 et 2006, surexploitant ainsi les réserves d'eau syriennes assez limitées (Asan, ibid).

Ainsi, la Syrie souffrait déjà d'un manque d'eau aigu lorsque la longue sécheresse de 2006 a commencé. Face à cette catastrophe, l'État syrien et ses autorités politiques étaient fondamentalement impuissants.

Cette crise a été d'autant plus profonde qu'elle s'est déroulée dans le cadre plus large du lien climat-politique des Printemps arabes de 2011.

Le lien climat-pain-politique du printemps arabe

L'ensemble du processus du "printemps arabe" s'est déroulé dans le contexte d'une hausse générale des prix des produits de base amorcée quelques années auparavant. L'impact sur le blé a été particulièrement notable, notamment en 2007-2008, où, comme le maïs et le riz, le blé a vu son prix augmenter de 100% (Michael Klare, "L'entrée dans un monde de chocs de ressources", TomDispatch, 21 avril 2013).

Par conséquent, la nourriture et, en particulier, le pain, l'élément le plus important (outre l'eau) de la vie biologique et sociale quotidienne pour des dizaines de millions de familles et de personnes arabes pauvres dans une douzaine de pays, coûtent plus cher. Ce qui signifie : trop cher.

Le marché mondial des céréales était sous pression en raison de trois facteurs convergents. Il s'agissait d'une flambée brutale des prix du pétrole, d'un détournement de l'alimentation vers les cultures destinées aux biocarburants et de la spéculation financière sur les matières premières. Cela a déclenché une "épidémie" d'émeutes de la faim dans tout le tiers monde (Michael Klare, "Une planète au bord du gouffre", TomDispatch, 24 février 2009).

La situation s'est encore aggravée en 2010-2011, en raison d'une série d'événements climatiques extrêmes qui ont touché les principales zones de production céréalière. Il y a eu des sécheresses géantes en Russie et en Chine, et d'immenses inondations en Australie. La Russie a immédiatement décidé de retirer ce qui restait de ses récoltes du marché mondial. La flambée des prix a été la réponse immédiate du marché (Klare, 2013).

Ainsi, le prix du pain a accentué les tensions sociales syriennes, qui étaient déjà ancrées dans la société. les conséquences du changement climatique.

Choc pétrolier et financier

Cependant, au cours de la même période que la sécheresse, la production pétrolière syrienne a diminué de façon spectaculaire en raison de l'épuisement géologique. La perte financière qui s'en est suivie a privé les autorités politiques syriennes de leurs capacités à répondre aux besoins de base des villes très pauvres en pleine expansion (Mathieu Auzanneau, Pétrole, Le Déclin est Proche, Le Seuil, 2021).

L'État, la guerre civile syrienne et la géophysique

Pour appréhender le rôle central que joue "l'État de l'État syrien" dans cette crise, il faut se rappeler que, selon des penseurs politiques majeurs tels que Thomas Hobbes (Le Léviathan1651), Max Weber (La politique comme vocation1919) et Norbert Elias (Le processus de civilisation, vol.II, Formation de l'État et civilisation1982), l'État concentre le monopole de la violence légitime et un grand capital de légitimité, c'est-à-dire le droit de gouverner reconnu par la population protégée par l'État.

En d'autres termes, la légitimité de l'État est profondément ancrée dans sa capacité à interdire aux autres acteurs l'usage de la violence. Lorsque l'État est efficace, il est donc capable de protéger les populations de la violence d'une invasion, d'une guerre civile, d'une catastrophe ou d'un crime généralisé (Norbert Elias, ibid).

L'agriculture comme facteur d'attraction du changement climatique

Ainsi, en 2011, l'État syrien est confronté aux interactions entre une agriculture non durable, une sécheresse extrême et l'épuisement du pétrole. Malheureusement, il est incapable de protéger le peuple syrien et la cohésion sociale. Le régime Assad est incapable de gérer cette crise (Jason Burke, La nouvelle menace, Le passé, le présent et l'avenir du militantisme islamique, 2017).

C'est dans ce contexte qu'en 2011, différentes insurrections émergent lors du " printemps arabe ". Comme en Tunisie et en Égypte, ces mouvements contestent aussi bien les conditions de vie que la légitimité des autorités politiques. Dès juillet 2011, l'Etat gouverné par Assad commence à les combattre.

En d'autres termes, s'il n'y a pas de causalité directe et immédiate entre la guerre civile syrienne et le changement climatique, il existe des liens profonds entre les vulnérabilités économiques et sociales et le choc profond et durable que la longue sécheresse inflige au pays. Ces conditions sont profondément déstabilisantes et affaiblissent l'autorité et les capacités de l'État.

Il en résulte un ensemble de conditions sociales, économiques et politiques volatiles qui alimentent la contestation tout en déstabilisant et en délégitimisant les institutions ((Acemoglu et Robinson, Pourquoi les nations échouent, 2012).

Lorsque cette légitimité et cette autorité s'affaiblissent, les moyens de protéger la population diminuent, tandis que les risques de radicalisation et de violence augmentent (John Gray, Messe noireLa religion apocalyptique et la mort de l'utopie, 2007).

Le lien entre le climat et la politique en tant que dynamique intégrée

En l'occurrence, ces interactions géophysiques et sociales doivent être comprises comme un processus intégré. En effet, dans un pays aride, pour rester durables, les utilisations de l'eau pour les besoins agricoles, humains et urbains sont fondamentalement dépendantes de la disponibilité limitée propre à cette ressource.

Cependant, le cycle de l'eau est fondamentalement intégré à la dynamique de l'atmosphère. climat (évaluationJohann Rockstrom et al., "Planetary boundaries : Exploring the safe operating space for humanity", Écologie et société, 2009). Par conséquent, les utilisations de l'eau attirent littéralement la dynamique du changement climatique dans le tissu même de la société syrienne.

Il semble donc que le changement climatique puisse très bien s'immiscer dans le tissu de tensions nationales et domestiques menant à une guerre civile. Cela signifie que ce processus peut émerger dans d'autres pays lorsque des dynamiques similaires apparaissent.

Elle n'est donc pas spécifique à la Syrie ou à d'autres pays "non occidentaux". On peut donc se demander si cette combinaison mortelle peut émerger dans une grande puissance ?


Image en vedette : Le fleuve Euphrate coule à travers le lac Assad en Syrie sur cette photo prise par la Station spatiale internationale alors qu'elle était en orbite à 263 miles au-dessus. NASA, 22 avril 2021. Domaine public.


Publié par Dr Jean-Michel Valantin (PhD Paris)

Le Dr Jean-Michel Valantin (PhD Paris) dirige le département Environnement et Sécurité du Red Team Analysis Society. Il est spécialisé dans les études stratégiques et la sociologie de la défense avec un accent sur la géostratégie environnementale. Il est l'auteur de "Menace climatique sur l'ordre mondial", "Ecologie et gouvernance mondiale", "Guerre et Nature, l'Amérique prépare la guerre du climat" et de "Hollywood, le Pentagone et Washington".

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

FR