Le Red Team Analysis Weekly - 30 juin 2022

Voici l'édition du 30 juin 2022 de notre scan hebdomadaire pour les risques politiques et géopolitiques ou, plus largement, pour la sécurité nationale et internationale conventionnelle et non conventionnelle (accès libre). Faites défiler vers le bas pour accéder au scan.

Éditorial:: Une escalade si parfaite vers la troisième guerre mondiale !

Continuer la lecture « The Red Team Analysis Weekly – 30 June 2022 »

Le Red Team Analysis Weekly - 23 juin 2022

Voici l'édition du 23 juin 2022 de notre scan hebdomadaire des risques politiques et géopolitiques ou, plus largement, de la sécurité nationale et internationale conventionnelle et non conventionnelle (accès libre). Faites défiler vers le bas pour accéder au scan.

Éditorial:: Business as usual, si je puis dire. Intéressant : quelque chose devrait être là et ne l'est pas, la réaction russe à la Lituanie se focalise sur Kaliningrad, ce qui n'est pas une bonne nouvelle !

Bonne lecture à vous qui ne faites pas partie de ceux qui essaient de ne plus lire les nouvelles parce qu'ils pensent que c'est mauvais pour leur humeur - voir l'enquête de Reuters - dans ce cas, comme tant de "new age people", ils se prendront un jour un coup sur la tête parce qu'il est trop tard pour agir... exemple toutes les entreprises qui ont perdu de l'argent en Russie (et ailleurs), parce que, bien sûr, "ahahahah la géopolitique c'est du passé, comptons sur les spécialistes du marketing, de la "stratégie" et de l'innovation disruptive des célèbres cabinets de conseil et consorts pour notre conseil..."

Grâce au scan (balayage d'horizon), chaque semaine, nous recueillons des signaux faibles - et moins faibles. Ceux-ci indiquent des problèmes nouveaux, émergents, en voie d'intensification ou, au contraire, de stabilisation. En conséquence, ils indiquent comment les tendances ou les dynamiques évoluent.

Le scan du 23 juin 2022→


Balayage d'horizon (Horizon scanning), signaux faibles et biais

Nous caractérisons des signaux comme faibles, lorsqu'il est encore difficile de les discerner parmi un vaste éventail d'événements. Cependant, nos biais cognitifs altèrent souvent notre capacité à mesurer la force d'un signal. Par conséquent, la perception de la force d'un signal variera, en fait, en fonction de la conscience de l'acteur. Au pire, les biais cognitifs peuvent être si forts qu'ils bloquent complètement l'identification même du signal.

Dans le domaine de la prospective et de l'alerte précoce stratégiques, de la prévention et de la gestion des risques, il appartient aux bons analystes de faire des scans ou balayages d'horizon. Ainsi, ils peuvent percevoir et identifier les signaux. Les analystes évaluent ensuite la force de ces signaux en fonction de risques et de dynamiques spécifiques. Enfin, ils livrent leurs conclusions aux utilisateurs. Ces utilisateurs peuvent être d'autres analystes, leur hiérarchie ou d'autres décideurs.

Vous pouvez trouver une explication plus détaillée dans l'un de nos articles de fond : Balayage d'horizon (horizon scanning) et veille pour l'alerte précoce : Définition et pratique.

Les sections du scan

Chaque section se concentre sur les signaux liés à un thème spécifique :

  • monde (politique internationale et géopolitique) ;
  • économie ;
  • la science, y compris l'IA, le QIS, la technologie et les armes, ;
  • l'analyse, la stratégie et l'avenir ;
  • la pandémie de Covid-19 ;
  • l'énergie et l'environnement.

Cependant, dans un monde complexe, les catégories ne sont qu'un moyen pratique de présenter des informations, alors que faits et événements interagissent au-delà des frontières.

Les informations recueillies (crowdsourcing) ne signifient pas que nous les cautionnons.


Image en vedette : Image du Swedish-ESO 15m Submillimeter Telescope (SEST) au centre de recherche de l'ESO. Observatoire de La SillaCe site est situé à la périphérie du désert chilien d'Atacama, à 600 km au nord de Santiago du Chili et à une altitude de 2 400 mètres. La photo a été prise par Stefan Seip, l'un des membres de l'équipe de recherche de la Commission européenne. Ambassadeurs photo de l'ESO.

L’intérêt national américain

(Conception artistique : Jean-Dominique Lavoix-Carli

(Traduction de l'article en français en cours - regardez la vidéo, en français, en attendant...) Les États Unis considèrent-ils toujours la France comme leur allié?

Nous devons nous poser cette question à cause du contrat de vente des sous-marins signé entre la la france et l’Australie, et cassé en sept 2021, au profit des États Unis. Si un pays vous prend 35 bn d’euros, possiblement réévalués à 55 bn, alors est-il toujours votre allié? Cela ressemble en fait plutôt à un comportement hostile de la part des Américains.

Donc savoir si les EU et la France sont toujours des alliés est un puzzle. Et c’est un puzzle qu’il est important de resoudre . En effet, ce genre d’attitude américaine pourrait éventuellement survenir de nouveau dans d’autres circonstances, avec d’autres pays. Nous devons donc impérativement comprendre.

Cette comprehension, l’explication du puzzle, se trouvent dans l’intérêt national américain, ce que nous allons voir avec cet article et la vidéo correspondante. L'article détaille également toutes les sources et footages utilisés pour la vidéo.

Continuer la lecture « The American National Interest »

Le Red Team Analysis Weekly - 16 juin 2022

Voici l'édition du 16 juin 2022 de notre scan hebdomadaire des risques politiques et géopolitiques ou, plus largement, de la sécurité nationale et internationale conventionnelle et non conventionnelle (accès libre). Faites défiler vers le bas pour accéder au scan.

Grâce au scan (balayage d'horizon), chaque semaine, nous recueillons des signaux faibles - et moins faibles. Ceux-ci indiquent des problèmes nouveaux, émergents, en voie d'intensification ou, au contraire, de stabilisation. En conséquence, ils indiquent comment les tendances ou les dynamiques évoluent.

Le scan du 16 juin 2022→


Balayage d'horizon (Horizon scanning), signaux faibles et biais

Nous caractérisons des signaux comme faibles, lorsqu'il est encore difficile de les discerner parmi un vaste éventail d'événements. Cependant, nos biais cognitifs altèrent souvent notre capacité à mesurer la force d'un signal. Par conséquent, la perception de la force d'un signal variera, en fait, en fonction de la conscience de l'acteur. Au pire, les biais cognitifs peuvent être si forts qu'ils bloquent complètement l'identification même du signal.

Dans le domaine de la prospective et de l'alerte précoce stratégiques, de la prévention et de la gestion des risques, il appartient aux bons analystes de faire des scans ou balayages d'horizon. Ainsi, ils peuvent percevoir et identifier les signaux. Les analystes évaluent ensuite la force de ces signaux en fonction de risques et de dynamiques spécifiques. Enfin, ils livrent leurs conclusions aux utilisateurs. Ces utilisateurs peuvent être d'autres analystes, leur hiérarchie ou d'autres décideurs.

Vous pouvez trouver une explication plus détaillée dans l'un de nos articles de fond : Balayage d'horizon (horizon scanning) et veille pour l'alerte précoce : Définition et pratique.

Les sections du scan

Chaque section se concentre sur les signaux liés à un thème spécifique :

  • monde (politique internationale et géopolitique) ;
  • économie ;
  • la science, y compris l'IA, le QIS, la technologie et les armes, ;
  • l'analyse, la stratégie et l'avenir ;
  • la pandémie de Covid-19 ;
  • l'énergie et l'environnement.

Cependant, dans un monde complexe, les catégories ne sont qu'un moyen pratique de présenter des informations, alors que faits et événements interagissent au-delà des frontières.

Les informations recueillies (crowdsourcing) ne signifient pas que nous les cautionnons.


Image en vedette : Image du Swedish-ESO 15m Submillimeter Telescope (SEST) au centre de recherche de l'ESO. Observatoire de La SillaCe site est situé à la périphérie du désert chilien d'Atacama, à 600 km au nord de Santiago du Chili et à une altitude de 2 400 mètres. La photo a été prise par Stefan Seip, l'un des membres de l'équipe de recherche de la Commission européenne. Ambassadeurs photo de l'ESO.

Le Red Team Analysis Weekly - 9 juin 2022

Voici l'édition du 9 juin 2022 de notre scan hebdomadaire des risques politiques et géopolitiques ou, plus largement, de la sécurité nationale et internationale conventionnelle et non conventionnelle (accès libre). Faites défiler vers le bas pour accéder au scan.

Grâce au scan (balayage d'horizon), chaque semaine, nous recueillons des signaux faibles - et moins faibles. Ceux-ci indiquent des problèmes nouveaux, émergents, en voie d'intensification ou, au contraire, de stabilisation. En conséquence, ils indiquent comment les tendances ou les dynamiques évoluent.

Le scan du 9 juin 2022→


Balayage d'horizon (Horizon scanning), signaux faibles et biais

Nous caractérisons des signaux comme faibles, lorsqu'il est encore difficile de les discerner parmi un vaste éventail d'événements. Cependant, nos biais cognitifs altèrent souvent notre capacité à mesurer la force d'un signal. Par conséquent, la perception de la force d'un signal variera, en fait, en fonction de la conscience de l'acteur. Au pire, les biais cognitifs peuvent être si forts qu'ils bloquent complètement l'identification même du signal.

Dans le domaine de la prospective et de l'alerte précoce stratégiques, de la prévention et de la gestion des risques, il appartient aux bons analystes de faire des scans ou balayages d'horizon. Ainsi, ils peuvent percevoir et identifier les signaux. Les analystes évaluent ensuite la force de ces signaux en fonction de risques et de dynamiques spécifiques. Enfin, ils livrent leurs conclusions aux utilisateurs. Ces utilisateurs peuvent être d'autres analystes, leur hiérarchie ou d'autres décideurs.

Vous pouvez trouver une explication plus détaillée dans l'un de nos articles de fond : Balayage d'horizon (horizon scanning) et veille pour l'alerte précoce : Définition et pratique.

Les sections du scan

Chaque section se concentre sur les signaux liés à un thème spécifique :

  • monde (politique internationale et géopolitique) ;
  • économie ;
  • la science, y compris l'IA, le QIS, la technologie et les armes, ;
  • l'analyse, la stratégie et l'avenir ;
  • la pandémie de Covid-19 ;
  • l'énergie et l'environnement.

Cependant, dans un monde complexe, les catégories ne sont qu'un moyen pratique de présenter des informations, alors que faits et événements interagissent au-delà des frontières.

Les informations recueillies (crowdsourcing) ne signifient pas que nous les cautionnons.


Image en vedette : Image du Swedish-ESO 15m Submillimeter Telescope (SEST) au centre de recherche de l'ESO. Observatoire de La SillaCe site est situé à la périphérie du désert chilien d'Atacama, à 600 km au nord de Santiago du Chili et à une altitude de 2 400 mètres. La photo a été prise par Stefan Seip, l'un des membres de l'équipe de recherche de la Commission européenne. Ambassadeurs photo de l'ESO.

Le Red Team Analysis Weekly - 2 juin 2022

Voici l'édition du 2 juin 2022 de notre scan hebdomadaire pour les des risques politiques et géopolitiques ou, plus largement, pour la sécurité nationale et internationale conventionnelle et non conventionnelle (accès libre). Faites défiler vers le bas pour accéder au scan.

Cette semaine, les principaux signaux s'articulent autour de trois axes majeurs - liés : la guerre en Ukraine, l'opération de la Turquie contre les Kurdes en Syrie, et l'escalade continue autour de la Chine, avec notamment Taïwan et les pays des îles du Pacifique comme sujets majeurs.

Grâce au scan (balayage d'horizon), chaque semaine, nous recueillons des signaux faibles - et moins faibles. Ceux-ci indiquent des problèmes nouveaux, émergents, en voie d'intensification ou, au contraire, de stabilisation. En conséquence, ils indiquent comment les tendances ou les dynamiques évoluent.

Le scan du 2 juin 2022→


Balayage d'horizon (Horizon scanning), signaux faibles et biais

Nous caractérisons des signaux comme faibles, lorsqu'il est encore difficile de les discerner parmi un vaste éventail d'événements. Cependant, nos biais cognitifs altèrent souvent notre capacité à mesurer la force d'un signal. Par conséquent, la perception de la force d'un signal variera, en fait, en fonction de la conscience de l'acteur. Au pire, les biais cognitifs peuvent être si forts qu'ils bloquent complètement l'identification même du signal.

Dans le domaine de la prospective et de l'alerte précoce stratégiques, de la prévention et de la gestion des risques, il appartient aux bons analystes de faire des scans ou balayages d'horizon. Ainsi, ils peuvent percevoir et identifier les signaux. Les analystes évaluent ensuite la force de ces signaux en fonction de risques et de dynamiques spécifiques. Enfin, ils livrent leurs conclusions aux utilisateurs. Ces utilisateurs peuvent être d'autres analystes, leur hiérarchie ou d'autres décideurs.

Vous pouvez trouver une explication plus détaillée dans l'un de nos articles de fond : Balayage d'horizon (horizon scanning) et veille pour l'alerte précoce : Définition et pratique.

Les sections du scan

Chaque section se concentre sur les signaux liés à un thème spécifique :

  • monde (politique internationale et géopolitique) ;
  • économie ;
  • la science, y compris l'IA, le QIS, la technologie et les armes, ;
  • l'analyse, la stratégie et l'avenir ;
  • la pandémie de Covid-19 ;
  • l'énergie et l'environnement.

Cependant, dans un monde complexe, les catégories ne sont qu'un moyen pratique de présenter des informations, alors que faits et événements interagissent au-delà des frontières.

Les informations recueillies (crowdsourcing) ne signifient pas que nous les cautionnons.


Image en vedette : Image du Swedish-ESO 15m Submillimeter Telescope (SEST) au centre de recherche de l'ESO. Observatoire de La SillaCe site est situé à la périphérie du désert chilien d'Atacama, à 600 km au nord de Santiago du Chili et à une altitude de 2 400 mètres. La photo a été prise par Stefan Seip, l'un des membres de l'équipe de recherche de la Commission européenne. Ambassadeurs photo de l'ESO.

Comprendre la guerre en Syrie - 2013 à 2017

You will find here a series of research articles that were published from 2013 to 2017 to help actors navigate the war in Syria, with different focuses according to years.

The early years of the war: up until 2013-2014

State of play and actors of the war in Syria

In this section you will find the state of play and the various categories of actors fighting in and over Syria. Articles written before July 2013 are open access.

General and evolution of the war

(Une report in pdf – Potential Futures for Syria in the Fog of War(Le rapport de la Commission européenne, publié le 15 juillet 2013, est également disponible).

Al-Assad Groups

Les Kurdes

Salafis and Jihadis

Scenarios (2013) for the future of the war in Syria

Back in 2013, we also built scenarios for the future. Keep in mind that ideally, scenarios should then be used for monitoring and early warning. Indeed, scenarios evolve, notably in terms of likelihood, out of changes on the battleground and interactions between all actors.

Évaluation des scénarios et des indicateurs de la guerre en Syrie, by Helene Lavoix, 10 March 2014.

The war against the Islamic State

Then we focused mainly on the Islamic State. You can access our detailed work in the section correspondante as it is broader in scope than the war in Syria (see notably: En guerre contre l'État islamique - De la Syrie à la région by H Lavoix, 2 November 2015).

The years 2016 and 2017

A more recent phase of the war in Syria, end of 2016 to 2017 is handled mainly through signals’ analysis in the Radar, with longer articles on the Kurds (see package above).

La bataille de Raqqa, les Kurdes et la Turquie – by H Lavoix, 2 May 2017.

Les Kurdes en Syrie - Construction de l'État, nouveau modèle et guerre – by H Lavoix, 22 May 2017.

Le Powder Keg du Moyen-Orient et la grande bataille de Raqqa  par H Lavoix, le 12 juin 2017.

Towards Renewed War in Syria? The Kurds and Turkey – par H Lavoix, le 3 juillet 2017.

Bibliographie

La guerre de Syrie - Bibliographie et sources (premières années de la guerre en Syrie)

Méthodologie

See also our section on scenarios and scenario-building.

Sécurité alimentaire : Chine-Russie et Ukraine - Guerres de l'Anthropocène (4)

La guerre en Ukraine et la grande amplification

(Traduction française par IA) Depuis le début de l'offensive russe le 24 février 2022, la guerre qui fait rage a provoqué une amplification de la tension sur les prix mondiaux de l'alimentation et de l'énergie. Les tendances des prix du pétrole, du gaz, du charbon et des produits agricoles étaient déjà à la hausse en raison de la reprise économique occidentale " post " pandémie de Covid.

Depuis mars, la guerre en Ukraine fait exploser les tendances inflationnistes (Charlotte Hebebrand et David Laborde, "Les prix élevés des engrais contribuent à l'aggravation des problèmes de sécurité alimentaire dans le monde“, Institut international de politique alimentaire, 25 avril 2022 et " Les prix du pétrole resteront au-dessus de $100/ baril tant que la guerre en Ukraine fera rage ", The Economic Times, 25 avril 2022).

Ensuite, comme on le voit dans "Guerre en Ukraine, méga-sécheresse aux États-Unis et crise alimentaire mondiale à venir" (Jean-Michel Valantin, The Red Team Analysis Society, 1er mai 2022), les effets de la guerre en Ukraine, non seulement bloquent les exportations des récoltes ukrainiennes et russes, mais se combinent également aux conséquences des multiples méga-pertes qui impactent les récoltes américaines et indiennes.

Pendant ce temps, les pouvoirs exécutif et législatif américains mobilisent un paquet de 40 milliards de dollars, afin de soutenir l'Ukraine financièrement et militairement. Il se trouve que le président américain Joe Biden a signé la législation en Corée du Sud, alors qu'il était en tournée en Asie.Biden signe un programme d'aide de $40 milliards d'euros pour l'Ukraine lors de son voyage en Asie”, CNBC, 21 mai 2022).

Deux jours plus tard, à Tokyo, il déclarait que les États-Unis soutiendraient militairement Taïwan en cas d'attaque chinoise sur l'île (Tripti Lahiri, "Biden vient-il de mettre fin à l'ambiguïté stratégique des États-Unis sur Taïwan ?”, Quartz, 23 mai 2022). On peut en déduire que, compte tenu de l'état de tension actuel, ces législations et déclarations sont suivies de très près par Pékin.

Ces signaux politiques et stratégiques américains surviennent à un moment où les décideurs chinois doivent gérer des crises internes et internationales difficiles.

D'une part, ils doivent gérer la lutte contre la nouvelle vague Covid-19 et, d'autre part, les tensions entre Taïwan, les États-Unis et la Chine continentale. Simultanément, ils doivent garantir la sécurité alimentaire de la Chine, tout en devant faire face à une très mauvaise récolte de blé d'hiver (Hallie Gu et Shivani Sing, "Selon le ministre chinois de l'agriculture, l'état du blé d'hiver pourrait être le pire de l'histoire”, Reuters, 7 mars 2022).

À cet égard, il semble qu'en fait, la Chine stocke des céréales depuis 2021. Les entreprises chinoises achètent, entre autres, du blé et du maïs à la Russie, la France et l'Ukraine ("Les importations chinoises de maïs atteignent de nouveaux records en 2021”, Reuters18 janvier 2022). Pékin met en œuvre cette politique alimentaire alors que des événements climatiques extrêmes majeurs ont un impact sur les principales cultures en Chine et dans le monde.

Depuis 2021, les événements météorologiques extrêmes ont eu des répercussions sur les cultures d'hiver et de printemps dans le monde entier et plus particulièrement en Chine, aux États-Unis, en Inde et au Brésil (Sara Schafer, "La sécheresse au Brésil : le déclencheur qui pourrait faire grimper les prix du maïs ?”, AgWeb, 28 avril 2022).

Dans le contexte de cette situation internationale très tendue, les liens entre l'agriculture et l'énergie confèrent une signification géopolitique renforcée à la relation sino-russe.

La question est d'évaluer si l'une des principales conséquences des tensions géopolitiques actuelles et du changement climatique pourrait être le renforcement des relations entre la Russie et la Chine. Dans ce cas, l'étroite coopération entre la Russie et la Chine ne concerne pas seulement le développement économique. Il s'agit également de soutenir la puissance de l'autre, tout en maintenant l'accès vital de l'autre aux ressources alimentaires et énergétiques.

Sécurité alimentaire chinoise : un tournant en 2021

Interdictions d'exportation

Depuis 2021, un nombre croissant de grands pays agricoles restreignent ou interdisent les exportations de leur propre production. Le processus a commencé en juin 2021, lorsque le gouvernement russe a imposé des taxes sur les exportations de céréales, pour tenter de stabiliser les prix alimentaires nationaux.

Puis, en décembre 2021, l'Argentine a pris une mesure similaire (Clément Vérité, "L'Argentine arrête les exportations d'huile et de tourteaux de soja "jusqu'à nouvel ordre".“, NouvellesendipLe 14 mars 2022. Depuis lors, les autorités politiques argentines limitent les volumes d'exportation de maïs et de blé. Elles le font afin de contrôler les prix alimentaires intérieurs. En mars, le gouvernement argentin a renforcé ces mesures.

L'Algérie, l'Égypte, l'Indonésie, l'Iran, le Kazakhstan, le Kosovo, la Turquie, la Serbie, la Hongrie et le Koweït ont pris des mesures similaires (Weizhen Tan, "L'Inde n'est pas le seul pays à interdire les exportations de produits alimentaires. Les pays suivants font de même", CNBC, 17 mai, 2022).

Ensuite, depuis février 2022 et l'offensive russe en Ukraine, les exportations de céréales de l'Ukraine et de la Russie sont aussi largement en baisse. Cette diminution provient du blocage des ports de la mer Noire.

En mai 2022, l'Inde, deuxième producteur de blé, a décidé d'interdire les exportations. Cette décision est fondée sur les effets destructeurs de la vague de chaleur massive qui touche l'Inde et le Pakistan. Le rendement des cultures indiennes a perdu 20% à cause de cet événement météorologique extrême d'un mois dû au changement climatique (Manavi Kapur, "La canicule extrême qui sévit en Inde contrarie déjà le projet de Modi de "nourrir le monde".“, Quartz, 28 avril 2022).

Pendant ce temps, le Midwest et le Sud des États-Unis connaissent une méga-sécheresse majeure, ainsi que des épisodes de pluies courtes mais abondantes qui retardent l'implantation des cultures de printemps.

En d'autres termes, l'agriculture et les marchés alimentaires mondialisés traversent une "tempête parfaite" majeure (Jean-Michel Valantin, "La guerre en Ukraine, la méga-sécheresse américaine et la crise alimentaire mondiale à venir”, The Red Team Analysis Society1er mai 2022).

Les stocks de la Chine

Dans le contexte de cette crise agricole mondiale, depuis 2021, la Chine a développé des stocks massifs de céréales. En effet, la Chine a importé 28,2 millions de tonnes de maïs en 2021 (Shin Watanabe and Eiko Munakata, "La Chine accapare plus de la moitié des céréales du monde, ce qui fait grimper les prix”, Asie NikkeiLe 23 décembre 2021). C'est l'équivalent de 152% des importations annuelles record de 2020, soit 11,8 millions de tonnes.

Depuis 2021, les stocks de blé de la Chine représentent 51% des stocks mondiaux, tandis que ses stocks de maïs représentent 61% du total mondial, et ses réserves de riz 60% des réserves mondiales. En d'autres termes, la Chine aurait stocké l'équivalent de 1,5 an de nourriture (Watanabe et Munakata ibid). Depuis l'automne 2021, ce stockage massif semble être l'un des moteurs de l'inflation alimentaire mondiale.

La situation de l'agriculture chinoise est aggravée par l'exode rural que connaît actuellement la Chine. Cette tendance sociale prive les campagnes, et donc le secteur agricole, d'agriculteurs et de travailleurs agricoles (Jean-Michel Valantin, "Chine : Vers la révolution écologique numérique ?”, The Red Team Analysis Society, 22 octobre 2017. Pour ajouter l'insulte à l'injure, la Chine souffre d'une pénurie nationale d'eau douce provenant des déchets, de la pollution, des changements climatiques, de l'urbanisation, ce qui constitue un autre facteur limitant massif pour le développement agricole (Ting Ma, Sia Sun et al., "La pollution aggrave la pénurie d'eau et les inégalités régionales en Chine.”, Communication de la nature31 janvier 2020).

Le mandat du Ciel en danger 

La sécurité alimentaire et le mandat du Ciel

Lorsqu'on étudie la Chine, il faut toujours se rappeler qu'il s'agit d'un pays géant de 1,4 milliard d'habitants. Ce pays géant connaît un développement économique et urbain colossal depuis la mise en œuvre des "quatre réformes" décidées par Deng Xiaoping en 1978 (Ezra F. Vogel, Deng Xiaoping et la transformation de la Chine, Harvard University Press, 2013).

Ainsi, l'ampleur des besoins nationaux en nourriture et en ressources définit l'ampleur de la sécurité alimentaire de la Chine ainsi que l'ampleur mondiale de ses ressources alimentaires.

Le développement de réserves alimentaires massives par la Chine s'inscrit dans un contexte national et international potentiellement défavorable à la sécurité alimentaire de la Chine, car la concurrence pour la nourriture et le pouvoir pourrait limiter sa capacité à atteindre les volumes de céréales que Pékin souhaite stocker.

Ainsi, les autorités politiques chinoises pourraient devoir faire face au risque d'un retour de la faim en Chine. Ce serait une rupture massive du contrat social défini par l'enrichissement collectif de la Chine depuis 1978 (Loretta Napoleoni, MaonomicsSeven Stories Press, 2011).

En conséquence, cela entraînerait une perte critique de légitimité pour le régime.

Dans le contexte de l'histoire de la Chine, ce serait l'équivalent de la perte du "Mandat du Ciel". En effet, lorsqu'une crise de légitimité se produit, la société chinoise connaît généralement des bouleversements très profonds et violents, tandis que le régime s'effondre (voir John King Fairbank, Merle Goldman, La Chine, une nouvelle histoire, Enlarged Edition, Harvard University Press, 1998 ; Andrea Janku, "''.Heaven-Sent Disasters' dans la Chine impériale tardive : La portée de l'État et au-delà", dans Christ of Mauch et Christian Pfister, eds., Catastrophes naturelles, réponses culturelles : Études de cas vers une histoire environnementale mondialeLanham, MD : Lexington Books, 233-64 ; Chris Courtney, "Le Roi Dragon et le déluge de Wuhan de 1931 : Rumeurs religieuses et catastrophes environnementales en Chine républicainedans La Chine du XXe siècle, avril 2015 et Cohen, Paul A., Paul A. Townsend, L'histoire en trois clésColumbia University Press, 1997).

Protéger le contrat social contre le COVID et la faim

Ainsi, assurer l'alimentation de la Chine est aussi un moyen pour le gouvernement chinois de s'assurer du maintien de sa légitimité, alors que la nouvelle vague de Covid-19 induit des verrouillages féroces à Shanghai et dans d'autres grandes villes industrielles et commerciales, ainsi que des restrictions à Pékin.

Comme ces blocages sont une nouvelle occurrence de la lutte nationale prolongée contre la pandémie, ils entraînent un ralentissement significatif de l'économie chinoise (Brenda Goh and Kevin Yao, "Shanghai vise la sortie du blocage de COVID en juin alors que l'économie s'effondre”, Reuters, 16 mai 2022).

Cela met en péril la promesse d'une croissance économique partagée pour tous les citoyens chinois mise en œuvre depuis les réformes de 1978. Ainsi, les lockdowns peuvent devenir dangereux pour la légitimité du gouvernement.

Dans le même temps, cette grave situation intérieure se conjugue avec les tensions concernant Taïwan. Cela se produit parce que le gouvernement américain soutient le statut autonome de Taïwan.

La sécurité alimentaire de la Russie et de la Chine

Dans ce contexte, la relation privilégiée avec la Russie prend une dimension vitale. Pékin a autorisé les importations de blé et d'orge en provenance de toutes les régions de Russie le 24 février 2022. Avant cette date, Pékin limitait les importations de céréales russes pour des raisons phytosanitaires, notamment en raison d'une menace fongique (Laura He, "La Chine lève les restrictions sur les importations de blé russe”, CNN Business, 25 février 2022).

Cette autorisation fait suite à la signature de nombreux contrats commerciaux entre la Russie et la Chine, lors de la visite du président Vladimir Poutine pour les Jeux olympiques d'hiver de février 2022 à Pékin (CNN's Beijing Bureau and Anna Chernova CNN, "Poutine et Xi appellent à l'arrêt de l'expansion de l'OTAN lors d'une démonstration d'unité aux Jeux olympiques d'hiver”, CNN, 4 février 2022).

La Grande Convergence alimentaire et énergétique Russie-Chine

Le stockage, un effort national

Dans le contexte stratégique et climatique actuel, les importations de céréales russes revêtent une importance particulière pour la sécurité alimentaire chinoise, car la Russie est à la fois un grand producteur et un voisin. En outre, depuis le lancement par Xi Jinping, de l'initiative "Belt and Road" en 2013. La Russie joue un rôle central dans ce projet, car les chemins de fer chinois passent par la Russie pour atteindre l'Europe.

Ainsi, leur développement accroît de facto les capacités d'expédition entre la Russie et la Chine (Frederic de Kemmeter, "OBOR - Une ceinture, une route”, Mediarail.be, janvier 2018 et Jean-Michel Valantin, "La Chine, la Russie et la nouvelle route de la soie en Asie centrale - La grande coresponsabilité”, The Red Team Analysis Society, 17 mars 2016).

Il se trouve qu'un nouveau pont ferroviaire entre la ville chinoise de Tongjiang et la ville russe de Nizhnelenizskoye a été inauguré le 27 avril 2022 et sera opérationnel pendant l'été 2022.

Cette nouvelle ligne est d'autant plus importante que la guerre en Ukraine impose un ralentissement aux expéditions ferroviaires de la Chine vers l'Europe. Or, dans ce contexte, on assiste à une croissance marquée des échanges entre la Russie et la Chine. En effet, en avril, le trafic ferroviaire Russie-Chine a augmenté de 27% au poste frontière de Manzhouli, et de 10% au poste frontière de Suifene (Majorie Van Leijen, "Ce pont ferroviaire rapproche la Chine et la Russie”, Fret ferroviaire.com, 28 avril 2022).

 La Chine a réduit ses importations américaines depuis le lancement de la "guerre commerciale" du président Trump en mars 2018 (Jean-Michel Valantin, "L'économie américaine, entre le marteau climatique et l'enclume de la guerre commerciale - Le cas de la culture du soja aux États-Unis”, The Red Team Analysis Society, 8 octobre 2018) . Cependant, en 2021, la Chine a effectué d'importants achats de blé et d'orge australiens, malgré les tensions avec Canberra.

La guerre commerciale avec les États-Unis est également la raison pour laquelle, depuis 2018, la Chine a quadruplé ses importations de céréales en provenance d'Ukraine. Les entreprises chinoises effectuent également d'importants achats de blé et de maïs en provenance de France (Gus Trompiz et Michael Hogan, "EXCLUSIF La Chine s'empare de gros volumes de céréales françaises et ukrainiennes”, Reuters, 10 décembre 2021) .

Ainsi, les importations de céréales de la Chine apparaissent comme un moyen de compenser la perte des importations américaines et ukrainiennes. De plus, le blocage d'importants volumes d'importations ukrainiennes confère de facto une plus grande importance aux capacités d'exportation russes.

2022 : la montée en puissance du commerce entre la Chine et la Russie

À l'heure où nous écrivons ces lignes, les statistiques détaillées des volumes de céréales échangés entre la Chine et la Russie depuis mars 2022 n'ont pas encore été divulguées. Toutefois, il apparaît qu'entre janvier et mars 2022, le chiffre d'affaires commercial entre la Russie et la Chine a augmenté de 28,7% en glissement annuel. Il a atteint $38,17 milliards pour le premier trimestre 2022. ("Les échanges commerciaux entre la Russie et la Chine augmentent en 2022”, The Moscow Times, 13 avril 2022)

Dans la même dynamique, les exportations russes vers la Chine ont augmenté de 32% pour atteindre $21,73 milliards au cours du premier trimestre de l'année. Pour le seul mois de mars, la Russie a exporté pour 7,84 milliards de marchandises vers la Chine (Ibid).

Cela se produit lorsque les principaux producteurs agricoles diminuent ou interdisent leurs exportations afin de protéger leur marché intérieur, au moment où la Chine constitue des stocks massifs. En effet, ces interdictions et restrictions limitent de facto l'accès international de la Chine aux volumes de céréales internationaux. C'est pourquoi, en raison de la combinaison de leur grande disponibilité, de leur proximité relative et de l'existence de capacités de transport, ces importations russes revêtent une importance particulière.

En d'autres termes, au milieu de la guerre en Ukraine, le rapprochement agricole entre la Russie et la Chine soutient la sécurité alimentaire chinoise ainsi que l'économie russe, qui subit d'énormes pressions en raison des sanctions économiques que les États-Unis et l'UE infligent à Moscou (Jean-Michel Valantin, "La guerre en Ukraine, la méga-sécheresse américaine et la crise alimentaire mondiale à venir”, The Red Team Analysis Society1er mai 2022)).

De l'alimentation à l'énergie : une relation privilégiée

Le renforcement des relations entre la Chine et la Russie par le biais de la sécurité alimentaire se manifeste également dans le domaine de l'énergie, par une nouvelle augmentation des achats chinois de pétrole et de gaz russes. Le marché pétrolier étant un marché international, la demande croissante des pays et des entreprises entraîne une hausse des prix.

Pendant ce temps, la production internationale reste étroitement contrôlée par les producteurs, notamment par l'OPEP+. Cependant, depuis 2021, les membres de l'OPEP+, menés par l'Arabie saoudite, n'augmentent que légèrement leur production, malgré les demandes pressantes des États-Unis.

En mars, la production mondiale a été légèrement inférieure à celle de février, déclenchant ainsi une forte croissance des prix ("La production de brut de l'OPEP+ chute alors que les sanctions frappent la Russie : Enquête standard de S&P”, S&P Global Commodity insight, 7 avril 2022).

En miroir de ces sanctions, le Kremlin a commencé à exiger que le pétrole russe soit payé en roubles russes, au lieu de dollars ou d'euros (Archana Rani, "4 compagnies européennes paient le gaz à la Russie en roubles”, Technologie offshore, 28 avril 2022).

Cette situation déjà complexe ne cesse de se complexifier. En effet, l'ensemble de la situation énergétique Russie-UE s'aggrave avec le blocage par l'Ukraine de certains flux de gaz vers l'Europe, afin, selon Kiev, de priver certains séparatistes soutenus par la Russie du flux de gaz ("L'Ukraine interrompt les exportations de gaz russe vers l'Europe au point de transit oriental”, Euronews, 11 mai 2022).

Un géant géopolitique émerge

Cette dynamique très complexe renforce l'inflation des prix mondiaux du pétrole et du gaz. Par conséquent, la hausse des prix du pétrole et du gaz a un impact sur les pays importateurs, la Chine étant l'un des plus importants.

Ainsi, afin de garantir les achats chinois de pétrole et de gaz russes, Gazprom et Rosneft vendent à la Chine à des prix réduits. Cela aide la Russie à maintenir son économie entravée par les sanctions occidentales, tandis que ces achats soutiennent la sécurité énergétique de la Chine (Chen Aizhu et Florence Tan, "EXCLUSIF : La Chine augmente discrètement ses achats de pétrole russe à bas prix.“, Reuters, 20 mai 2022).

En d'autres termes, la Russie et la Chine deviennent mutuellement des soutiens économiques et politiques. Cette évolution s'inscrit dans le contexte d'un environnement géopolitique international de plus en plus polarisé.

Il reste maintenant à voir comment cette "relation spéciale" Chine-Russie évoluera, tout en faisant face à l'implication croissante des États-Unis en Ukraine par le biais d'un programme d'aide humanitaire et militaire de 40 milliards USD, ainsi qu'à l'évolution de la crise alimentaire mondiale dans un contexte d'accélération du changement climatique.

Image en vedette : par Vladislav Nekrasov - Creative Commons Attribution 4.0 International

Le Red Team Analysis Weekly - 26 mai 2022

Voici l'édition du 26 mai 2022 de notre scan hebdomadaire pour les risques politiques et géopolitiques ou, plus largement, pour la sécurité nationale et internationale conventionnelle et non conventionnelle (accès libre). Faites défiler vers le bas pour accéder au scan.

Les signaux de ce numéro ne sont ni édités ni triés. Ils sont le résultat brut du processus algorithmique et du crowdsourcing. Vous pouvez utiliser ce numéro pour tester vos compétences en matière de sélection des signaux à partir du bruit, et en expérimentant les frontières floues entre les catégories.

Grâce au scan (balayage d'horizon), chaque semaine, nous recueillons des signaux faibles - et moins faibles. Ceux-ci indiquent des problèmes nouveaux, émergents, en voie d'intensification ou, au contraire, de stabilisation. En conséquence, ils indiquent comment les tendances ou les dynamiques évoluent.

Le 26 mai 2022, le scan→


Balayage d'horizon (Horizon scanning), signaux faibles et biais

Nous caractérisons des signaux comme faibles, lorsqu'il est encore difficile de les discerner parmi un vaste éventail d'événements. Cependant, nos biais cognitifs altèrent souvent notre capacité à mesurer la force d'un signal. Par conséquent, la perception de la force d'un signal variera, en fait, en fonction de la conscience de l'acteur. Au pire, les biais cognitifs peuvent être si forts qu'ils bloquent complètement l'identification même du signal.

Dans le domaine de la prospective et de l'alerte précoce stratégiques, de la prévention et de la gestion des risques, il appartient aux bons analystes de faire des scans ou balayages d'horizon. Ainsi, ils peuvent percevoir et identifier les signaux. Les analystes évaluent ensuite la force de ces signaux en fonction de risques et de dynamiques spécifiques. Enfin, ils livrent leurs conclusions aux utilisateurs. Ces utilisateurs peuvent être d'autres analystes, leur hiérarchie ou d'autres décideurs.

Vous pouvez trouver une explication plus détaillée dans l'un de nos articles de fond : Balayage d'horizon (horizon scanning) et veille pour l'alerte précoce : Définition et pratique.

Les sections du scan

Chaque section se concentre sur les signaux liés à un thème spécifique :

  • monde (politique internationale et géopolitique) ;
  • économie ;
  • la science, y compris l'IA, le QIS, la technologie et les armes, ;
  • l'analyse, la stratégie et l'avenir ;
  • la pandémie de Covid-19 ;
  • l'énergie et l'environnement.

Cependant, dans un monde complexe, les catégories ne sont qu'un moyen pratique de présenter des informations, alors que faits et événements interagissent au-delà des frontières.

Les informations recueillies (crowdsourcing) ne signifient pas que nous les cautionnons.


Image en vedette : Image du Swedish-ESO 15m Submillimeter Telescope (SEST) au centre de recherche de l'ESO. Observatoire de La SillaCe site est situé à la périphérie du désert chilien d'Atacama, à 600 km au nord de Santiago du Chili et à une altitude de 2 400 mètres. La photo a été prise par Stefan Seip, l'un des membres de l'équipe de recherche de la Commission européenne. Ambassadeurs photo de l'ESO.

Guerre de l'information et guerre en Ukraine

(Conception artistique : Jean-Dominique Lavoix-Carli
sur une photo de Francesco Ungaro)

La guerre(*) en Ukraine accélère les changements en politique internationale de nombreuses façons.

La possibilité de voir le conflit se transformer en une troisième guerre mondiale incite aux efforts de compréhension et d'adaptation. Les acteurs concernés et informés tentent donc de donner un sens au conflit en cours et à ses perspectives. Ils cherchent à comprendre comment les relations entre les acteurs pourraient évoluer, et plus généralement à concevoir les changements en cours.

La manière dont l'information est utilisée pendant la guerre est un élément clé qui mérite une attention particulière, car cette utilisation de l'information façonne et influence fortement le conflit et ses perspectives, ainsi que les relations internationales mondiales. En effet, l'Ukraine a été saluée pour sa formidable maîtrise de l'information et de la communication (par exemple, Michael Butler, "Ukraine’s information war is winning hearts and minds in the West“, The Conversation, 12 mai 2022). Les acteurs de la scène internationale évaluent donc comment la guerre de l'information est menée dans le cadre de la guerre en Ukraine. Ils continueront à surveiller cet élément. Les enseignements qui en découleront auront un impact profond sur le traitement futur de l'information dans l'arène internationale.

Dans cet article, nous présentons d'abord ce qu'est la guerre de l'information, en utilisant principalement la doctrine américaine. Ensuite, nous nous tournons vers l'Ukraine et certaines des caractéristiques de sa guerre de l'information, et donnons des exemples de ses "communications stratégiques". Nous soulignons ce qui peut être considéré comme des succès, mais signalons également des conséquences potentielles plus inquiétantes. Nous avons essayé autant que possible d'inclure des vidéos pour illustrer nos propos, notamment un documentaire sur l'histoire des psyops et une interview du Pr Noam Chomsky sur la guerre en Ukraine et la propagande.

La galaxie de la guerre de l'information

Si nous voulions résumer rapidement ce qu'est la guerre de l'information, nous pourrions simplement dire qu'il s'agit de l'utilisation par un acteur - généralement un État ou un acteur de type étatique, mais il peut s'agir de n'importe quelle entité, dans tous les contextes, que ce soit en temps de guerre ou en temps de paix, de tous les moyens possibles liés à l'information et impliquant cette dernière, afin de gagner en influence sur les autres et de voir ses objectifs atteints. Les "autres" peuvent être n'importe qui. Il peut s'agir, par exemple, d'un public national ou étranger. Examinons plus en détail ce bref résumé.

Guerre de l'information, communication stratégique et propagande

L'utilisation de l'information en politique, en politique internationale, et plus particulièrement durant une guerre est définie comme:

"Toute forme de communication à l'appui d'objectifs nationaux visant à influencer les opinions, les émotions, les attitudes ou le comportement de tout groupe afin d'en faire bénéficier le commanditaire, directement ou indirectement".

Dennis M. Murphy "Strategic Communications: Wielding the Information Element of Power", dans Guide des questions de sécurité nationale de l'U.S. Army War College (en anglais) - Volume I : Théorie de la guerre et de la stratégie, édité par le Dr J. Boone Bartholomees Jr, Strategic Studies Institute, US Army War College, juin 2012, p. 162.

Elle est considérée comme étant aussi ancienne que l'histoire de l'humanité.

Pour sa part, le Congressional Research Service américain, reprenant les conceptualisations données par les praticiens définit la guerre de l'information comme :

"Une stratégie pour l'utilisation et la gestion de l'information afin de poursuivre un avantage concurrentiel, tant pour les opérations offensives que défensives."

CRS, Defense Primer: Information OperationsDécembre 2021

Pour les États-Unis, la guerre de l'information, surtout depuis la stratégie de défense nationale de 2018, est comprise "comme une compétition qui peut avoir lieu sans guerre ouverte" (Ibid. - voir plus loin avec les concepts de EI et OEI).

Il s'agit donc bien de l'utilisation de l'information, y compris lorsque nous ne sommes pas en guerre, avec pour cible tout un chacun.

Lorsque la guerre de l'information est utilisée par des acteurs jugés inamicaux ou perçus comme ennemis, elle tend à être qualifiée de "propagande", lequel terme n'est devenu péjoratif qu'autour de la Première Guerre mondiale et surtout après la Seconde Guerre mondiale (Murphy : 162-163). Par exemple, le ministère de la Défense des États-Unis définit la propagande comme suit :

"Toute forme de communication de l'adversaire, notamment de nature tendancieuse ou trompeuse, destinée à influencer les opinions, les émotions, les attitudes ou le comportement d'un groupe quelconque afin d'en faire bénéficier le commanditaire, directement ou indirectement" .

"Opérations psychologiques," Joint Publication 3-13.2, Joint Chiefs of Staff, 7 janvier 2010.

Lorsque, au contraire, l'information est utilisée par le commanditaire lui-même, ainsi que par ses alliés et amis, alors cette activité est qualifiée de "communication stratégique." L'armée américaine le définit comme suit :

"Les efforts ciblés du gouvernement américain pour comprendre et engager les audiences clés afin de créer, renforcer ou préserver les conditions favorables à la promotion des intérêts, des politiques et des objectifs du gouvernement américain par l'utilisation de programmes, plans, thèmes, messages et produits coordonnés et synchronisés avec les actions de tous les instruments de la puissance nationale".

"Opérations psychologiquesJoint Publication 3-13.2, Joint Chiefs of Staff, 7 janvier 2010.

Les définitions de l'OTAN sont très similaires, voire identiques, à celles utilisées par les États-Unis (cf. AJP 3-10.1 : Doctrine interarmées alliée pour les opérations psychologiques, UK).

Le problème de ces définitions dichotomiques est qu'elles tendent déjà à intégrer une perspective biaisée : ce qui vient de l'ennemi est de la désinformation, de la mésinformation, en un mot des "mensonges" et du "faux" ; ce qui vient de moi - ou des alliés qui servent mon objectif - est "vrai" ou "la Vérité". D'une certaine manière, la guerre psychologique a déjà commencé. Une fois qu'un adversaire est identifié comme tel, toute sa communication devient viciée, ce qui obscurcit définitivement la compréhension. Par conséquent, cette approche conduit intrinsèquement à l'escalade et favorise la guerre au détriment de la paix et de la diplomatie. Elle peut également générer un sentiment d'arrogance moralisatrice (self-righteousness), qui implique que l'on est si sûr de soi que l'on devient la proie facile de tout biais cognitif et émotionnel. Par conséquent, ces définitions dichotomiques peuvent finir par conduire à la défaite si la compréhension fait de plus en plus défaut, lorsque l'on devient de plus en plus persuadé que tout ce qui vient de l'adversaire est faux, alors que ce qui vient de son propre système est juste et vrai.

La conception "américaine" de la "communication stratégique" correspond presqu'exactement à l'approche chinoise qualifiée d' "engagement global (comprehensive engagement)" par Jeangène Vilmer et Charon ("Russia as a Hurricane, China as Climate Change: Different Ways of Information Warfare”, War on The Rocks, 21 janvier 2020). La communication stratégique de la Chine est, en effet, décrite par Wallis comme suit :

"Une approche holistique dans laquelle le langage et les messages sont utilisés en tandem avec d'autres éléments constitutifs de l'art de diriger l'Etat (statecraft), y compris les efforts diplomatiques, militaires et économiques."

Jake Wallis, "China and Russia aren’t the same when it comes to information warfare“, Le stratège, Australian Strategic Policy Institute, 25 septembre 2019

Quel que soit le commanditaire ou l'initiateur de la communication stratégique, il est essentiel de comprendre que cette dernière est fondée sur "la compréhension inhérente que toutes les activités diplomatiques, d'information, militaires et économiques (DIME) ont le potentiel d'influencer les comportements et les attitudes de groupes spécifiques" (Steve Tatham, U.S. Governmental Information Operations and Strategic Communications: A Discredited Tool or User Failure? Implications for Future Conflict, Strategic Studies Institute, US Army War College, décembre 2013 : 8). 

Par conséquent, toutes les activités DIME peuvent et doivent devenir la cible de la communication stratégique si un acteur veut voir sa communication réussir. En attendant, toutes ces activités doivent être combinées pour créer une "communication stratégique" réussie.

Là où cela devient encore plus intéressant, c'est lorsque la communication stratégique elle-même s'emploie à utiliser les activités DIME des autres pour atteindre son propre objectif. Au niveau individuel, cela s'appellerait tout simplement de la manipulation. Les activités DIME qui sont ainsi ciblées peuvent être non seulement celles des alliés et des pays amis, mais aussi celles des concurrents et des ennemis. Nous nous trouvons ici dans le domaine du contrôle réflexif russe (refleksivnoe upravlenie / рефлексивного управления), construit sur le modèle soviétique de la Maskirovka de la Tcheka (l'art de surprendre par la tromperie, la dissimulation ou les opérations psychologiques). Le contrôle réflexif peut être défini comme suit :

"Un moyen de transmettre à un partenaire ou à un adversaire des informations spécialement préparées pour l'incliner à prendre volontairement la décision prédéterminée souhaitée par l'initiateur de l'action."

Timothy L. Thomas, "Russia’s Reflexive Control Theory and the Military,” Journal of Slavic Military Studies 17, p 237.

Dans ce cas, il est essentiel de voir qu'il n'est pas nécessaire que l'information utilisée soit fausse, biaisée ou directement trompeuse. Le contrôle réflexif peut très bien se faire avec quelque chose de tout à fait réel et vrai. Par exemple, la fuite d'une information réelle peut être très efficace. On peut également mettre en place des actions qui inciteront les gens à penser et à agir comme on le souhaite.

Capacités d'appui et opérations connexes

Aux États-Unis, par exemple, quatre capacités soutiennent traditionnellement la " communication stratégique " : les affaires publiques, les opérations d'information militaire, la diplomatie publique ainsi que les services de radiodiffusion internationale (Murphy : 163-164). Idéalement, toute capacité et activité susceptible de soutenir utilement la communication stratégique devrait être impliquée (Ibid.).

Affaires publiques

Les affaires publiques désignent les informations communiquées à un public national et international sur les activités du gouvernement dans l'intérêt de ce dernier (ibid).

Opérations d'information (I/O), Opérations dans l'environnement informationnel (OIE) et Psyops

Sur le plan militaire et opérationnel, la communication stratégique est soutenue par ce que l'on appelle les opérations d'information ou O/Is:

"L'emploi intégré, au cours d'opérations militaires, de capacités liées à l'information, de concert avec d'autres lignes d'opération, afin d'influencer, de perturber, de corrompre ou d'usurper la prise de décision des adversaires et des adversaires potentiels tout en protégeant les nôtres."

U.S. JP 3-13 dans CRS Information Primer, 2021.

Les O/Is pourraient être conçues de façon à incorporer toutes les capacités de soutien disponibles, et pas seulement les capacités militaires, et être exécutées en combinaison par l'ensemble de ces capacités.

En 2016, le DoD a d'ailleurs ajouté un nouveau concept, l' "Environnement informationnel" (EI)avec son corollaire, les "Opérations dans l'environnement informationnel" (OIE) (Strategy For Operations In The Information Environment, juin 2016, révisé en 2018 avec le Joint Concept for Operations in the Information Environment).

L'EI est composé et regroupe de nombreux attributs sociaux, culturels, cognitifs, techniques et physiques qui agissent sur et affectent la connaissance, la compréhension, les croyances, les visions du monde et, en fin de compte, les actions d'un individu, groupe, système, communauté ou organisation. L'EI comprend également les systèmes techniques et l'utilisation des données. L'EI affecte directement et transcende tous les environnements opérationnels.

Glossaire, Joint Concept for Operations in the Information Environment, juillet 2018, p.42.

Les opérations dans l'environnement informationnel (OIE) [sont] des actions prises pour générer, préserver et appliquer le pouvoir informationnel contre un acteur pertinent afin d'augmenter ou de protéger l'avantage concurrentiel ou le potentiel de puissance de combat dans tous les domaines de l'environnement opérationnel.

CRS, Defense Primer: Information Operations, décembre 2021.

La guerre de l'information deviendrait alors soit "un sous-ensemble des OIEs" (Ibid.), soit coïncidente avec les OIEs.

Plus important encore, ces définitions et donc les actions américaines s'appliquent également aux concurrents et pas seulement aux ennemis dans le cadre de la guerre. Les concurrents peuvent, bien entendu, également signifier "amis et alliés". Si l'on se réfère à la définition des "acteurs pertinents", on peut en effet lire :

Acteurs pertinents. Les individus, groupes, populations et processus et systèmes automatisés qui, par leur comportement, pourraient avoir un impact substantiel sur la stratégie, la politique, les campagnes, les opérations ou les actions tactiques des États-Unis. Ces acteurs pertinents peuvent comprendre les gouvernements aux niveaux national et infranational, les forces de sécurité de l'État, les groupes paramilitaires ou les milices, les groupes armés non étatiques, les personnalités locales du monde politique, religieux, de la société civile, des médias et des affaires, les communautés de la diaspora et les organisations intergouvernementales et non gouvernementales mondiales/régionales. La loi ou les politiques publiques peuvent limiter davantage la définition des acteurs pertinents au moment de l'opération proposée.

Glossaire, Joint Concept for Operations in the Information Environment, juillet 2018, p.42.

Par conséquent, les acteurs concernés peuvent être à peu près n'importe qui ou n'importe quoi, selon les souhaits des États-Unis. La protection (pour les non-Américains) offerte par la dernière phrase est plutôt mince.

L'approche par l'EI et les OEI met en évidence une perspective extrêmement offensive de l'Amérique en termes de politique internationale. Les États-Unis veulent préserver leur statut de superpuissance unique. Les doutes potentiels qui existaient en 2017, par exemple, ont été de facto surmontés (voir Helene Lavoix, "Quel déclin américain ? Le point de vue du Conseil national du renseignement américain,” The Red Team Analysis Society, 25 septembre 2017).

Une analyse détaillée de cette "nouvelle" approche de la guerre de l'information, de la manière dont elle est mise en œuvre et des résultats obtenus, par exemple dans le cas de la guerre en Ukraine, donnerait très probablement des résultats extrêmement intéressants.

Une capacité primaire des O/Is est appelée opérations psychologiques (Psyops) en Europe et au sein de l'OTAN, à part aux États-Unis où elle est devenue Military Information Support Operations (MISO) (Ibid.). Notez cependant qu'en 2021, aux États-Unis, les MISO tendraientt à redevenir PSYOP (CRS Defense Primer : Information Operations). Les opérations psychologiques sont définies comme suit :

"Opérations planifiées visant à transmettre des informations et des indicateurs sélectionnés à des publics étrangers afin d'influencer leurs émotions, leurs motifs, leur raisonnement objectif et, en fin de compte, le comportement des gouvernements, organisations, groupes et individus étrangers. Le but des opérations psychologiques est d'induire ou de renforcer les attitudes et les comportements des étrangers favorables aux objectifs de l'initiateur."

JP 1-02. SOURCE : JP 3-13.2

Le documentaire vidéo ci-dessous présente notamment l'utilisation des psyops et son évolution historique, ainsi que des exemples concrets.

Les mensonges et le lavage de cerveau des tactiques de guerre psychologique | Secrets de guerre | Chronologie, mai 2021.

Diplomatie publique

La diplomatie publique est classiquement assurée par les ministères des affaires étrangères.

Cependant, on peut aussi penser à d'autres types d'activités qui relèvent de la diplomatie publique en quelque sorte, et qui pourraient ainsi soutenir la communication stratégique.

Nous avons, par exemple, la diplomatie "Track II", menée idéalement par des personnes privées, mais en réalité généralement faite par des universitaires et d'anciens fonctionnaires (par exemple, Charles Homans, "Track II Diplomacy: A Short History", 20 juin 2011, Politique étrangère).

Les ONG et l'aide humanitaire, compte tenu notamment de leur financement - par le biais des programmes d'aide à l'étranger (voir CRS Defense Primer : Information Operations) - et de leur processus de reporting, peuvent également être considérées comme faisant potentiellement partie des activités de soutien à la communication stratégique.

Services de radiodiffusion internationale

Enfin, parmi les capacités de soutien à la communication stratégique, nous trouvons les "services de diffusion internationale" (Murphy : 164).

Pour les États-Unis, ces médias sont gérés et dirigés par l' Agence américaine pour les médias mondiaux (voir aussi Histoire - rebaptisée en 2018 de l'original Broadcasting Board of Governors), qui supervise Voice of America (VOA), Radio Free Europe/Radio Liberty, Radio Free Asia, etc. Le budget de l'USAGM est de 840 millions USD pour l'exercice 2023.

Ces types de services internationaux existent dans la plupart des pays avec une influence mondiale, par exemple BBC World News pour le Royaume-Uni, France 24 et TV5Monde pour la France, Deutsche Welle (DW) pour l'Allemagne, Russia Today (RT) et Sputnik pour la Russie (censurés dans l'UE, voir HuffPost avec AFP, "Les médias russes Sputnik et Russia Today (RT) interdits dans l'UE", Huffington Post, 27 février 2022), etc. Dans le cas de la Chine, nous avons notamment China Global Television Network (CGTN), Global Times, et la plus ancienne Beijing Review.

Ces services se sont bien sûr adaptés à l'environnement médiatique global et utilisent l'internet, les applications, les plateformes de médias sociaux ou, plus largement, tous les dispositifs et moyens disponibles. Ils continueront probablement tous à s'adapter aux nouvelles technologies et cela peut également signifier, à plus ou moins brève échéance, d'inclure la réalité virtuelle et la réalité augmentée.

La guerre de l'information en Ukraine

L'Ukraine, un nouveau maître des opérations d'information ?

L'Ukraine semble avoir pleinement intégré l'ensemble du champs et des moyens de la guerre de l'information dans sa stratégie et dans ses capacités opérationnelles.

Elle bénéficie de capacités organisées, qui, en 2019 sous le commandement séparé des forces spéciales comptaient " quelque 4000 opérateurs sous les armes " avec " quatre centres d'opérations psychologiques informationnelles : le 16e à Huiva, le 72e à Brovary, le 74e à Lviv, et le 83e à Odessa " (Max Gaelotti, Armies of Russia’s War in Ukraine, Bloomsbury Publishing, 27 juin 2019, p.46-47).

En conséquence et logiquement, après le 24 février 2022, l'Ukraine a rapidement souligné l'importance de l'utilisation des O/Is et des opérations psychologiques en " interdisant strictement " de divulguer tout ce qui s'y rapporte dans ses "Informations importantes pour les médias, les blogueurs et tous les citoyens qui prennent des photos ou écrivent sur la guerre et l'armée.", selon l'ordre du commandant en chef de l'état-major général des forces armées ukrainiennes, le général Valery Zaluzhny (publié le 2 mars 2022 ; modifié le 14 avril 2022).

Un article récent sur les O/Is en Ukraine estime que les autorités politiques ukrainiennes gèrent et utilisent les O/Is "de manière très efficace" (Matthew Ford, "The Smartphone as Weapon – part 1: the new ecology of war in Ukraine”, 8 avril 2022). ce faisant, le gouvernement ukrainien contribue à renforcer l'émergence de ce que Ford et Hoskins appellent la nouvelle écologie de la guerre (Radical War, 2022):

"Dans leur ensemble, les MSM [grands médias audiovisuels et presse écrite], les médias sociaux, les communications militaires et les infrastructures d'information dont ils dépendent forment une constellation complexe de plateformes qui interagissent de différentes manières, produisant ... la nouvelle écologie de la guerre".

Matthew Ford, "The Smartphone as Weapon – part 1: the new ecology of war in Ukraine”, 8 April 2022, p.2.

Au sein de ce qui pourrait être considéré comme une façon efficace d'utiliser la communication stratégique, une nouvelle capacité de soutien semble être pleinement utilisée par l'Ukraine : sa propre population civile. En effet, il est probable que les citoyens ukrainiens aient reçu une formation aux O/Is avant le début de la guerre ("The Smartphone as Weapon – part 1, p. 4).

Cela permet, par exemple, d'intégrer les civils dans le cycle de ciblage, c'est-à-dire l'ensemble du processus par lequel une cible ennemie peut être identifiée afin de pouvoir être attaquée et ce de façon à ce que l'effet de l'attaque corresponde à ce qui était attendu ("The Smartphone as Weapon – part 2: the targeting cycle in Ukraine", 10 avril 2022). Comme le dit Ford,

"Les forces armées ukrainiennes ont externalisé certaines parties de la chaîne de frappe (kill chain) aux civils... Sur les champs de bataille en dehors de Kiev, les civils sont devenus des capteurs, étendant le cycle de ciblage à la société civile."

Matthew Ford, "The Smartphone as Weapon – part 2: le cycle de ciblage en Ukraine, 10 avril 2022, p.1.

D'autres types d'O/Is sont effectuées en Ukraine, par exemple la "gestion" du cycle d'information des principaux médias audiovisuels et de la presse écrite (voir pour ce cycle Nick Newman, "Mainstream media and the distribution of news in the age of social discovery", Université d'Oxford, Reuters Institute for the Study of Journalism, septembre 2011). Ford rapporte que les autorités ukrainiennes surveillent étroitement ce que les journalistes peuvent consigner et filmer ("The Smartphone as Weapon – part 1p. 4-5). Il documente ensuite la chronologie de la Bataille pour Voznesensk montrant qu'il s'est écoulé entre 9 et 19 jours entre la bataille elle-même - 2 au 3 mars 2022 - et les premiers comptes rendus sur les principaux médias - 15 au 22 mars 2022 (Ibid. pp. 5-7). Il en conclut que les gestionnaires des médias ukrainiens ont eu suffisamment de temps pour rassembler des éléments destinés à promouvoir un récit spécifique (Ibid.).

Pendant ce temps, la communication est diffusée à partir de tous les niveaux, du président ukrainien Zelensky et de la Direction principale du renseignement du ministère de la Défense de l'Ukraine aux éléments armés, par exemple le désormais célèbre Détachement des opérations spéciales Azov (Окремий загін спеціального призначення "Азов"), qui appartient à la Garde nationale ukrainienne, ou le moins célèbre mais tout aussi controversé Corps ukrainien de volontaires "Right Sector" - Добровольчий Український Корпус "Правий сектор". ДУК ПС (DUK PS), en passant par les Ukrainiens vivant à l'étranger (sur Azov et " Secteur droit ", Hélène Lavoix, " Printemps ukrainien 2022 : les groupes armés ", rapport commandé, 21 avril 2022). Cette approche globale, utilisant de multiples canaux, permet d'atteindre et d'influencer toutes les activités DIME des autres Etats et acteurs pertinents, y compris par le biais du grand public.

Quelques exemples de communication stratégique ukrainienne

20 mars 2022 - Message Telegram de la Direction ukrainienne du renseignement mettant en garde contre la présence du groupe Wagner en Ukraine.

Wagner en Ukraine

Ce message a ensuite été "confirmé" par les services de renseignement britanniques sur Twitter et l'information a été partagée maintes fois sur les médias sociaux.

Traduction du message

🇺🇦 "‼Les occupants envoient un autre groupe terroriste en Ukraine afin d'éliminer les dirigeants de l'Ukraine. 

▪️Des groupes réguliers de militants liés à Evgueni Prigogine, un propagandiste russe proche de Poutine et propriétaire de la Ligue (Wagner), ont commencé à arriver en Ukraine aujourd'hui. La tâche principale des criminels est d'éliminer les hauts dirigeants militaires et politiques de l'Ukraine...".

La Direction ukrainienne du renseignement partage ce qui est censé être une conversation téléphonique interceptée - Ce message du 23 mai 2022 a été vu 80 400 fois une heure après avoir été partagé sur Telegram.

📞Viols, pillages, crimes de masse - les occupants discutent des dernières nouvelles dans l'unité.

Deux soldats de la soi-disant "RPD" [République Populaire de Donetsk] partagent leurs impressions sur le déroulement des événements dans leur unité. Ils ont récemment appris que la rotation promise ne pouvait même pas être envisagée : Tant que les oblasts de Donetsk et de Luhansk ne seront pas "libérés", vous pouvez oublier la rotation. Et alors nous ne bougerons pas, parce que tout le groupe est dans la RPD. Quand ils auront fini là-bas, ils enverront des troupes ici et nous commencerons à bouger. "

Puis on parle du crime rampant dans l'armée d'occupation : "Ils ont parlé du 125e régiment. Jusqu'à ce qu'une fillette de huit ans soit violée. Pillages. "On a pillé" la station-service de quelqu'un. Les gens étaient privés du carburant vendu par cette station-service. Commandant du régiment, commandants de bataillon. Et commandants de bataillon adjoints. "

DNRivets avertit son interlocuteur d'être plus prudent et ne comprend pas pourquoi il participe à l'opération spéciale russe.

🔥Le 4e bataillon séparé accomplit des tâches de combat pour la victoire sur Moscou

S'abonner à Right Sector
Soutenir les combattants du Right Sector

L'aide apportée par les services de renseignement de la défense britannique et les services de renseignement américains, qui effectuent leurs propres O/Is sur les plateformes médiatiques, contribue grandement à l'efficacité de la communication stratégique ukrainienne.

Dans le monde occidental, en dehors de l'Ukraine, les autorités politiques, les élites, les médias grand public et les réseaux sociaux occidentaux amplifient ensuite les récits ukrainiens.

La polarisation en cours, selon laquelle les gens, en fonction de leurs préférences personnelles, tendent à se regrouper sur une plateforme spécifique de réseaux sociaux, et la rapidité inhérente aux réseaux sociaux servent l'amplification directe des récits, plutôt qu'une analyse paisible et objective (voir, par exemple, Matthew Ford, "The Smartphone as Weapon – part 1).

Jusqu'à présent, la communication stratégique ukrainienne, en convergence avec les communications américaines et britanniques, a été suffisamment efficace pour apporter à l'Ukraine le soutien quasi total de l'Union européenne et de ses Etats membres, quel qu'en soit le coût, de l'aide militaire, un soutien financier tout en dégradant la puissance russe notamment par le biais de sanctions (e.g. BBC News, "What sanctions are being imposed on Russia over Ukraine invasion?"17 mai 2022 ; CRS "U.S. Security Assistance to Ukraine", 29 avril 2022).

Par ailleurs, la Suède et la Finlande, pays européens jusqu'ici neutres, ont décidé d'abandonner ce statut et de rejoindre l'OTAN, le sort de leur adhésion étant entre les mains de la Turquie, qui par la même occasion renforce sa puissance internationale (France 24, "Le président turc Erdogan pose des conditions à la candidature de la Finlande et de la Suède à l'OTAN", 23 mai 2022).

Le soutien des populations de nombreux pays occidentaux est également un indicateur du succès de la communication stratégique ukrainienne.

Une enquête globale d'Ipsos réalisée sur 27 pays (hors Chine), dans le monde entier, permet d'évaluer l'efficacité de la guerre de l'information menée par l'Ukraine auprès des populations (Ipsos, "The World’s Response To The War In Ukraine", 19 avril 2022).

L'Ukraine a réussi à attirer l'attention, ce qui est un exploit dans un monde où la durée d'attention ne dure que quelques jours au mieux et où l'on se concentre généralement plus sur le sport ou le dernier influenceur que sur les affaires mondiales (passez votre souris sur l'image IPSOS ci-dessous pour voir les pourcentages).

L'Ukraine a également été capable de générer un soutien à sa cause, avec une majorité de personnes voulant accueillir les réfugiés ukrainiens, soutenant l'aide financière, l'aide militaire et les sanctions économiques "en général" contre la Russie (Ipsos, Ibid.).

Pourtant...

Une vision moins optimiste ?

En réalité, selon l'enquête Ipsos, les effets de la guerre et de la communication stratégique de l'Ukraine sont plus nuancés que ce qu'une moyenne sur 27 pays pourrait laisser croire.

Par exemple, Ipsos souligne qu'il n'y a "pas de consensus sur le soutien à la réponse militaire de l'Ukraine" (Ibid.). Ipsos a constaté, par exemple, que "ceux qui soutiennent l'envoi de leurs propres troupes en Ukraine sont une minorité dans chacun des 27 pays, avec une moyenne de 17%."

En moyenne, seulement "un tiers des personnes interrogées sont favorables à ce que leur pays fournisse des armes - telles que des fusils et des armes antichars - à l'armée ukrainienne (36%), finance l'armée ukrainienne (33%) et envoie des troupes dans les pays de l'OTAN voisins de l'Ukraine (32%)". Cependant, comme dans la plupart des pays occidentaux, plus de 50% ("une majorité") soutiennent ces propositions, cela signifie qu'en dehors de l'Occident, le pourcentage de soutien est encore plus faible que la moyenne.

En outre, seuls 54 % en moyenne sont prêts à payer plus cher leur pétrole et leur carburant en raison des sanctions contre la Russie, "moins de 40% au Mexique, au Pérou, en Hongrie, au Brésil et en Argentine" étant prêts à le faire. "Alors que plus de 50% en Grande-Bretagne, au Canada, en Suède, en Pologne, en Australie, aux États-Unis et en France sont favorables à une telle interdiction [ entraînant une nouvelle hausse du prix du pétrole], c'est le cas de moins de 20% en Hongrie et en Turquie. En Allemagne, qui est fortement dépendante du gaz naturel russe, 45% soutiennent une telle interdiction, 30% s'y opposent, et 25% ne sont pas sûrs".

En conséquence, nous assistons sans surprise à l'émergence d'un monde divisé, avec l'"Occident" d'un côté et le très vaste "reste" du monde de l'autre.

En effet, "en Arabie saoudite, en Hongrie, en Malaisie et en Inde, l'opinion selon laquelle "les problèmes de l'Ukraine ne nous regardent pas et nous ne devons pas nous en mêler" prévaut". Parallèlement, comme le souligne la vidéo d'Al Jazeera ci-dessous, l'existence de deux poids deux mesures dans la perception des réfugiés, la préoccupation qu'ils génèrent et l'intérêt pour les conflits en fonction de la géographie et appartenance ethnique sont également mis en évidence.

Ukraine : La guerre de l'information | The Listening Post, 5 mars 2022

Nous assistons donc à une polarisation potentielle du monde, avec l'Ukraine et "l'Occident", plus notamment le Japon et la Corée du Sud, d'un côté, et le reste, de l'autre. Le "reste" du monde pourrait se sentir d'autant plus aliéné qu'il doit faire face à une tragique crise alimentaire, conséquence de la guerre.

De nombreux scénarios résultant de cette fracture, si elle n'est pas réparée, sont possibles. Certains sont négatifs pour le monde, comme une nouvelle guerre mondiale. D'autres sont particulièrement négatifs pour l'Occident, avec une accélération d'un possible appauvrissement, et une disparition de l'ordre libéral dirigé par les États-Unis. Un tel scénario pourrait être pire pour l'Europe, notamment en raison de sa situation géographique et de l'importance désormais révolue des liens commerciaux et industriels européens avec la Russie (par ex.Eurozone inflation soars to record 7.5 percent in March", Politico, 1er avril 2022 ; Balazs Koranyi et Dan Burns, "Economic outlook has 'darkened', business and government leaders warn in Davos, Reuters, 24 mai 2022).

Dans ce cas, la communication stratégique de l'Ukraine aurait contribué à renforcer ses liens avec un ordre mondial en déclin, tout en accélérant ce même déclin. Ce serait loin d'être un succès.

Certaines voix commencent également à dénoncer ce qui est ressenti comme une propagande constamment martelée sur le public occidental, comme l'exprime et le souligne Noru Tsalic dans "Russie et Ukraine : Une histoire plus intelligente - Chapitre IV" (The Times of Israel, 28 avril 2022) :

"J'ai dit dans les précédents chapitres et je le répète : dans la guerre actuelle, la Russie (et seulement la Russie) est le coupable. Mais ce n'est pas une raison pour que les politiciens occidentaux et les grands médias nous traitent comme si nous étions tous des simples d'esprit, incapables de saisir la complexité ou les nuances et incapables de distinguer la réalité des vœux pieux.
Dans cette série d'articles, je me bats contre la pensée collective ; je tente d'exposer le récit abrutissant que l'on nous sert et de le rendre plus intelligent. J'ai confiance en mes semblables : nous sommes capables de faire face à la dure réalité, sans fard ni artifice ; traitez-nous comme des adultes intelligents."

Noru Tsalic, "Russie et Ukraine : Une histoire plus intelligente - Chapitre IV", The Times of Israel, 28 avril 2022.

Dans cette perspective, il est éclairant d'écouter le Pr Noam Chomsky sur la guerre, la propagande et les médias :

Noam Chomsky sur la guerre Russie-Ukraine, Les médias, la propagande, Orwell, le Newspeak et le langage, 1ère semaine de mai 2022, EduKitchen

Avec le temps, les conséquences négatives de ce qui serait de plus en plus dénoncé comme de la propagande, et ne serait plus considéré comme une communication stratégique efficace, pourraient mettre en danger les autorités politiques des pays agissant comme des capacités de soutien à la guerre de l'information de l'Ukraine.

Au sein de ces pays, la confiance pourrait être entamée, et donc la légitimité pourrait diminuer. Au sein de "l'Occident", si certains pays comme les États-Unis sont perçus comme profitant de la situation sans en partager le coût - l'avantage d'un système monétaire dirigé par les États-Unis étant que la charge réelle de l'aide est réduite - l'ordre mondial dirigé par les États-Unis pourrait être fragilisé.

Les gens pourraient commencer à s'interroger sur l'intérêt national de leur pays concernant la guerre en Ukraine, et si d'autres alternatives, moins coûteuses pour tout le monde et principalement pour l'Ukraine, n'étaient pas et ne seraient pas encore possibles. Par exemple, si l'Ukraine avait été incitée à rester neutre, si sa sécurité avait été garantie par un nouvel accord de sécurité, si Minsk II avait été réellement respecté et appliqué, alors la guerre n'aurait probablement jamais commencé. Malheureusement, les Etats-Unis n'étaient pas favorables à Minsk II, comme le soulignent la signature de la Charte de partenariat stratégique Etats-Unis-Ukraine le 10 novembre 2021 et le vocabulaire utilisé, et le Royaume-Uni n'avait pas non plus confiance en Minsk II (Samuel Charap, "How Could the United States React to Russia's Latest Posturing on Ukraine?", The Rand Blog, 19 novembre 2021 ; Bureau du porte-parole des États-Unis, Charte américano-ukrainienne de partenariat stratégique, 10 novembre 2021 ; par exemple, pour le sentiment britannique, Duncan Allan et Kataryna Wolczuk, "Why Minsk-2 cannot solve the Ukraine crisis", Chatham House, 16 février 2022 ; Duncan Allan, "The Minsk Conundrum: Western Policy and Russia’s War in Eastern Ukraine", Chatham House Policy Paper, mai 2020).

Les accords de Minsk sont le meilleur moyen de protéger l'Ukraine, dit Macron - FRANCE 24 Francais
8 février 2022

Au niveau international, si la propagande était de plus en plus perçue comme étant aveuglément acceptée et promue dans et par les pays occidentaux, la réputation et les valeurs mêmes de "l'Occident" en souffriraient, avec des conséquences considérables en termes d'influence et de pouvoir.

Enfin, sur le plan normatif, l'utilisation des citoyens dans le cycle de ciblage (Ford, ibid. partie 2) et comme vecteurs volontaires de la communication stratégique ajoute une nouvelle couche de difficultés aux lignes déjà floues entre le statut des civils et celui des combattants (Lavoix, " Ukraine - Printemps 2022 " ; Ford, The Smartphone as Weapon - part 3: participative war, the laws of armed conflict and genocide by smartphone). Le CICR et le droit des conflits armés pourraient essayer d'argumenter que "le statut de combattant ne s'applique qu'à ceux qui ont une 'intégration durable dans un groupe armé organisé' (Ibid). Mais qu'entend-on par durable ? Si tous les civils sont formés aux I/O et font désormais partie intégrante de la défense nationale, ne s'agit-il pas d'une intégration durable ? Cette évolution même pourrait impliquer de nouvelles discussions et désaccords normatifs internationaux et, au pire, remettre sérieusement en cause les progrès réalisés en termes de "droit de la guerre".

En pratique, en temps de guerre et indépendamment du droit, la simple possession d'un smartphone pourrait désormais transformer un civil en une cible pour les forces armées ennemies et donc impliquer qu'il soit tué. Plus tard, il y aura peut-être un procès, mais le propriétaire du téléphone portable restera mort. La responsabilité des autorités politiques mettant ainsi sciemment en danger la vie de leur population civile pourrait également être engagée.

La guerre de l'information ukrainienne apparaît donc, à court terme, comme efficace. Grâce à sa communication stratégique, l'Ukraine a pu combattre davantage et résister. Le prix à payer en destructions et probablement en morts et blessés est cependant très élevé. À plus long terme, si une extrême prudence n'est pas exercée dans le traitement de la communication stratégique de l'Ukraine et si nous ne revenons pas à la raison et à la pensée rationnelle, la guerre de l'information de l'Ukraine pourrait se retourner contre elle. Au pire, elle pourrait nous conduire non seulement vers une guerre mondiale mais aussi vers une guerre totale.

Notes

(*) Nous utilisons le terme de guerre suivant les définitions de von Clauzewitz selon lesquelles "La guerre est donc un acte de violence destiné à contraindre notre adversaire à accomplir notre volonté" et "La guerre est une simple continuation de la politique par d'autres moyens" (Carl von Clausewitz, Sur la guerre, vol. 1. Kegan Paul, Trench, Trubner, and Company, 1832).
Notre choix de mot est donc fonctionnel et descriptif et non une déclaration juridique. 
La Russie affirme avoir lancé une "opération militaire spéciale" le 24 février 2022 pour "démilitariser" et "dénazifier" l'Ukraine. En outre, elle affirme l'avoir fait "en exécution des traités d'amitié et d'assistance mutuelle avec la République populaire de Donetsk et la République populaire de Lougansk, ratifiés par l'Assemblée fédérale le 22 février, ...pour protéger les populations qui, depuis huit ans, sont confrontées à l'humiliation et au génocide perpétrés par le régime de Kiev" (Discours du Président de la Fédération de Russie, 24 février 2022, 06h00, Kremlin, Moscou).
Le 22 mars 2022, l'Assemblée générale des Nations unies a voté un projet de résolution présenté par l'Ukraine, avec 141 États en faveur, cinq contre et 35 abstentions, qui "déplore dans les termes les plus forts l'agression de la Fédération de Russie contre l'Ukraine en violation de l'article 2 (4) de la Charte" (ONU, "L'Assemblée générale adopte à une écrasante majorité une résolution exigeant que la Fédération de Russie mette immédiatement fin à l'usage illégal de la force en Ukraine et retire toutes ses troupes.", 2 mars 2022 ; Projet de résolution.
Il convient de noter que la République populaire de Donetsk et la République populaire de Lougansk ne sont guère reconnues au niveau international ; toutefois, sur le plan juridique, le cas est lié au principe d'"autodétermination", qui est un principe fondamental de la charte des Nations unies.

FR